Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La nouvelle vient de tomber et est rapportée par La Voix du Nord et Nord Eclair : Gérard Dalongeville, mis en examen le 9 avril pour détournement de fonds publics, faux en écriture, favoritisme et corruption passive et qui entame sa quatrième semaine de détention provisoire vient d'être suspendu de ses fonctions de maire par arrêté ministériel en date du 27 avril. L'arrêté ministériel est paru au Journal Officiel d'aujourd'hui.

Rarissime, la demande de suspension de fonction est une procédure contradictoire qui avait été demandée par le Préfet du Pas-de-Calais, Pierre de Bousquet de Florian, au regard de la situation catastrophique des finances de la Ville d'Hénin-Beaumont et de l'incapacité du Maire à répondre aux exigences de la CRC. Informé fin mars de la demande de suspension, Gérard Dalongeville avait quelques jours pour répondre avant que le Préfet du Pas-de-Calais n'envoie un rapport au Ministère de l'Intérieur.

Michèle Alliot-Marie a donc tranché et Gérard Dalongeville est suspendu de ses fonctions pour une durée d'un mois. L'article L. 2122-17 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit qu'"En cas d'absence, de suspension, de révocation ou de tout autre empêchement, le maire est provisoirement remplacé, dans la plénitude de ses fonctions, par un adjoint, dans l'ordre des nominations et, à défaut d'adjoint, par un conseiller municipal désigné par le conseil ou, à défaut, pris dans l'ordre du tableau".

C'est donc Jean-Bernard Deshayes, actuel 1er adjoint tout dévoué à Gérard Dalongeville qui remplacera son "patron" le temps de la suspension. C'est d'ailleurs parce qu'il anticipait cette situation que Gérard Dalongeville, prenant prétexte de mon vote parfaitement légitime contre son budget insincère et en déséquilibre et du refus de Marie-Noëlle Lienemann de prendre part au vote nous avait retiré nos délégations et nos fonctions d'adjoints. Ce faisant, il est clair que Gérard Dalongeville, dans sa décision de retirer nos titres d'adjoints n'a pas tenu compte de la "bonne marche de l'administration communale" comme l'y obligent les textes et la jurisprudence, mais a opéré un coup politique pour écarter Marie-Noëlle Lienemann. Le PCF ne doute pas que le Tribunal Administratif de Lille annulera les délibérations nous retirant à Marie-Noëlle Lienemann et à moi-même nos titres d'adjoints.

A l'issue de la période de suspension, le Préfet du Pas-de-Calais pourrait lancer une procédure de révocation contre le Maire d'Hénin-Beaumont. Dans l'intervalle, c'est le Conseil d'Etat qui devrait rendre sa décision.

D'une manière ou d'une autre, le retour aux urnes paraît inévitable. Le PCF appelle les élus de la majorité complices de Gérard Dalongeville et entachés de honte qui ont osé voter son budget et voter pour retirer les fonctions d'adjoints des élus majoritaires critiques à cesser de regarder ailleurs, à faire preuve d'un sursaut de dignité et à démissionner.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

cimares 08/05/2009 01:05

Monsieur Noël.Merci tout d'abord pour l'intérêt que vous prenez à réagir à mes analyses, dont la dernière est un peu courte, certes. Mais il en est ainsi: certains propos me font réagir ainsi.Votre parcours est tout à fait respectable, mais ne croyez pas un seul instant que je vous en veuille: comment en pourrait-il être ainsi puisque nous ne nous connaissons pas. Cependant, il est des attitudes ou des comportements qui me font réagir et le blog est le moyen d'exprimer son ressenti, ses analyses. J'en profite tout en essayant d'apporter ma pierre à la construction d'un secteur qui mérite autre chose que ce qu'il subit depuis des années.Voyez vous, je suis membre du parti socialiste. Je fus dans mon jeune temps secrétaire fédéral du MJS et je puis vous assurer que nous travaillions souvent en coordination avec nos camarades du MJC. Combien de fois les ainés m'ont mis en garde, comme si les actions militantes menées avec le MJC risquaient de menacer notre jeune appartenance au parti; ce qui était amusant c'était que les camarades communistes se faisaient rappeler à l'ordre de la même manière. Evidemment, nous n'étions guère très obeissants quand il s'agissait, pour des raisons que j'ignore encore, de prendre nos distances imposées par nos responsablesC'est ce carctère frondeur que j'ai conservé . Je n'ai jamais considéré mon appartenance au parti comme une aliénation, ni comme une assurance, encore moins comme un tremplin pour obtenir je ne sais quelles prébendes.C'est le produit de cette expérience militante et le fait d'avoir croisé nombre de camarades dont le seul but visait à trouver un emploi ou une carrière élective qui continue à agacer profondément. Enfin, vous imaginez aisément ce que je peux ressentir quand j'observe que le système dans lequel vous evoluez est perverti au point de permettre à l'extrême droite de faire des scores remarqués à Hénin alors qu'ils sont en perte de vistesse sur le reste du territoire national.Je trouve qu'avec votre formation, votre bagage et votre capacité intellectuelle, vous disposiez de tous les outils pour faire un choix différent de celui que vous avez fait , surtout quand vous annoncez après coup y être allé avec une pince sur le nez.Je vous l'ai déjà dit, pour avoir vêcu une situation semblable il y a bien longtemps à Arras où l'on a tenté de m'intégrer dans un autre système avec à l'appui quelques prébendes... Et pourtant, à cette époque, Marcel Roger disposait d'une réputation d'intégrité, ce qui n'était pas le fait de certains de ses collègues adjoints voire du maire...Ma réaction a toujours été de pivilégier mon analyse propre et ai toujours préféré me désolidariser de mes camarades lorsque j'étais persuadé qu'ils faisaient fausse route.Eux non plus n'ont jamais accepté de faire l'analyse des raisons qui les ont amené à perdre la ville d'Arras il y a 14 ans. Demandez cela à Alain Fauquet (le frère d'Annick Genty) et vous constaterez que c'est les autres qui sont dans l'erreur, jamais eux !Je reproche notamment de privilégier des logiques d'organisation en occultant toute analyse critique ou en mettant sous boisseau des principes élémentaires contraires à ce que l'on prétend être. Aujourd'hui plus que jamais, c'est, je crois cet aspect des choses qui font que les partis traditionnels ne sont plus suivis par les électeurs.Quand vous dites que vous en voules à D. Percheron, vous avez raison parce qu'il n'est pas neutre dans le choix qui a été fait de suivre Dalongeville...Mais c'est justement cette culture du chef qui a toujours raison que je conteste. Et c'est parce que cette culture est si ancrée dans le Pas de Calais que tout le monde a suivi Dalongeville, comme d'autres ont suivi les analyses du juge Burgaud sans penser un seul instant qu'il était un homme comme d'autres. C'est pour cela que je ne cesse de répéter qu'une des plaies de la culture de ce département est la soumission; c'est d'ailleurs pour aider à sortir de cet environnement culturel que je demeure convaincu de la nécessité, plus qu'ailleurs, de développer sur ce territoire toutes formes de culture, que ce soit par la lecture publique, le développement des arts, et surtout une exigence scolaire de qualité...Parce que lorsqu'on observe les indicateurs mentionnés dans la politique de la ville, on ne peut qu'être effaré des retards accumulés en toute matière.S'agissant de cette magnifique manifestation qui a lieu tous les premier mai à Arras, il ne vous aura pas échappé qu'elle a été initiée sous les auspice d'une municipalité qui n'est pourtant pas de gauche... Cela me rappelle l'époque des semaines culturelles qui avaient été initiées par Marcel Roger, mais cela c'était au tout début des années 1970.Lorque nous nous rencontrerons, si vous le souhaitez, on pourra développer chacun des thèmes qui m'amènent à penser qu'il n'est pas honteux de reconnaître qu'on aurait pu agir autrement et que c'est tout à l'honneur de celui qui admet ne pas avoir fait le bon choix à un moment donné que de savoir rebondir avec cette caractéristique qui fait le charme de l'humanité.

gordet 05/05/2009 18:01

bonjour je suis de tous coeur avec vous j'espere bientot du changement pour la ville d'henin-beaumont avec un nouveau vote et des personnes serieuse au conseil municipal ;par contre je me demande pourquoi madame lempereur concubine de monsieur chopin a encore son service et continue à harcele moralement ces employers et à manger gratuitement sur notre compte à la centrale darcy de plus en etat d'ebrietee bien avancee en esperant du changement pour bientot bon courage a tous

cimares 05/05/2009 10:39

Refaire l'histoire en regardant dans un rétroviseur, cela s'appelle du révisionnisme.

David NOËL 05/05/2009 19:33



C'est un peu court votre commentaire, Cimarès et pour tout dire assez limite.

Il faudra un jour que vous nous expliquiez pourquoi vous me traitez en ennemi.

Pour ma part, j'étais le 1er mai dernier au Salon du Livre d'Arras, avec mes camarades du PCF de la région, avec mes camarades de fac, j'ai pu discuter avec les copains d'Attac et de la FSU, avec
François Ruffin, de Fakir et de Là bas si j'y suis, que j'avais rencontré en 2004 à Amiens alors que j'étais jeune professeur stagiaire et simple militant d'Attac et que j'avais
eu au téléphone il y a six ou sept mois pour le tenir au courant de la situation héninoise.

Tous mes copains de la gauche radicale et altermondialiste me disent qu'en mars 2008, il n'y avait pas d'autre choix. Le jour où je ne me reconnaîtrai plus dans une glace, j'arrêterai de faire de
la politique pour militer autrement, dans mon syndicat, dans les associations auxquelles j'appartiens, mais ce n'est pas le cas, Cimarès.
 
Aujourd'hui, après m'être battu de l'intérieur pendant des mois, critiquant le budget modifié, la hausse des impôts, le clientélisme électoral, la volonté de mettre en place une
vidéosurveillance, les subventions aux écoles privées, la razzia du journal Nord Eclair, le retrait de délégation de Pierre Ferrari, après avoir voté contre le CA 2008 et le BP 2009 et
m'être fait retirer ma délégation, je sais que j'ai gardé mon intégrité et j'en suis fier. Je me suis battu et vous êtes le seul à refuser de le voir.    

Ne comptez pas sur moi pour faire un mea culpa qui n'a pas lieu d'être. Oui, nous nous sommes fait avoir par Gérard Dalongeville au moment des négociations. Je croyais Marie-Noëlle
Lienemann mandatée par Daniel Percheron pour placer Gérard Dalongeville sous surveillance ; au lieu de ça, Marie-Noëlle Lienemann a dû céder aux exigences de Dalongeville et nous nous sommes
retrouvés, nous les élus critiques, ultra-minoritaires sur la liste Dalongeville. C'est à Daniel Percheron et à ceux qui ont réellement soutenu Dalongeville que j'en veux.
Mais quels autres choix avions-nous ? L'alliance avec le NPA aurait été une erreur politique. On ne s'allie pas avec un parti qui veut vous faire disparaître, en organisant une OPA sur vos
électeurs et vos militants.
Une liste d'union de la gauche avec le PS canal historique et d'autres forces de gauche aurait été possible, mais ce n'était pas la stratégie choisie par l'Alliance Républicaine qui ne raisonnait
pas en terme de coalition d'union de la gauche, mais de liste de rassemblement républicain.

J'ai défendu dans la campagne et dans la majorité les idées et les valeurs du Parti Communiste. J'ai accueilli la marche des sans-papiers à Hénin, j'ai été aux côtés des salariés de Staf, j'ai
soutenu l'équipe de l'Escapade contre le désengagement de la Ville. Je n'ai pas à rougir de mon action d'élu militant et communiste et à aucun moment, je n'ai cessé de me battre contrairement à
ce que vous ne cessez d'insinuer sur les blogs où vous intervenez.

Le PCF et moi-même sommes aujourd'hui respectés à Hénin-Beaumont pour notre action et notre combat, contrairement à ce que vous essayez de faire croire, Cimarès.



antisarkodalongeville 03/05/2009 22:26

Héninois depuis ma naissance, j'ai toujours combattu le FN mais je dois dire que les dernières élections municipales ont été une grosse arnaque de la part de tous ceux qui ont soutenu la candidature de dallongeville!Aux prochaines élections je revoterai Duquenne qui est le seul à n'avoir magouillé avec dallongeville et qui soit de gauche mais si le FN venait à emporter ces élections, les vrais responsables seront cette liste "d'union de gauche" et ca me ferait bien rire et au moins j'aurais une raison de mener encore plus mon combat contre le FN (qui ne pourra certainement pas faire pire que Dalongeville et toute sa clique)!Trop facile de dire quand tout s'écroule qu'on ne savait pas!!Simple citoyen impliqué d'aucune facon dans quelque parti politique, j'ai toujours su et compris la malhonnéteté de ce maire et je l'ai toujours combattu comme le FN et ne m'en suis jamais caché!!Les vrais responsables sont ceux qui l'ont soutenu après un premier mandat déplorable et désastreux!En ce qui me concerne, j'ai toujours douté de ceux qui poigarde dans le dos pour obtenir votre place : ca ne vous rappelle personne???PS et PC vous vous êtes foutu de nous!Sur ce, je vous souhaite bonne chance mais votre crédibilité en a pris un coup!

David NOËL 04/05/2009 07:52



Vous ne pouvez pas dire ça. Nous avons soutenu Gérard Dalongeville en mars 2008 exactement comme nous avons soutenu Jacques Chirac en mai 2002, une pince à linge sur le nez et uniquement parce
qu'il y avait le FN en face.
Je me souviens très bien de 2002. A l'époque, nous avions tous pensé qu'un Président de la République élu avec 82 % des voix contre l'extrême droite, avec une majorité de voix venues de la gauche
aurait dû gouverner en républicain et en rassembleur, ce qu'il n'a pas fait en constituant un gouvernement avec son clan sur la base du seul programme de son parti. Mais ce n'était pas tout à
fait idiot que de dire qu'il aurait dû changer.
De la même manière, ce n'était pas tout à fait idiot que d'imaginer que Gérard Dalongeville, élu face au Front National, aurait pu, aurait dû changer.

Sur le fait que l'alliance ne se soit pas faite entre les partis de gauche et l'AR, je vous invite à regarder l'historique. Jamais, en tant que secrétaire de section PCF, Daniel Duquenne, qui
était le secrétaire de section PS légitime, ne m'a contacté pour me proposer une alliance. Au contraire, convaincu qu'il serait lâché par le PS, Daniel Duquenne, et c'est le seul reproche que je
lui ferai, s'est comporté en chef de file de l'AR plus qu'en secrétaire de section PS donnant, à l'occasion de son alliance avec l'UMP, le prétexte à sa fédération pour le lâcher.
Mais que se serait-il passé si Daniel Duquenne, au nom de la section PS héninoise avait négocié d'abord avec le PCF, les Verts, le PRG et le MJS avant éventuellement de faire l'ouverture à des
républicains du centre et de la droite ? Je ne suis pas sûr que sa fédération l'aurait lâché s'il les avait pris de court avec une alliance paraphée par les autres partis de gauche.
Il y aurait pu y avoir une alliance des partis de gauche, sur un pied d'égalité (ce que nous avons essayé de faire en créant le fameux "Club des 5"). Daniel ne nous a jamais proposé rien de tel,
ce que nous comprenions, c'est qu'il fallait accepter de rejoindre, à titre personnel et presque sans étiquette une alliance déjà constituée et dont les orientations étaient à l'époque très
"anti-partis".
J'accepte de prendre ma part de responsabilité dans l'échec de la constitution d'une liste AR-Club des 5, mais Daniel Duquenne et Georges Bouquillon ont aussi la leur.

Par ailleurs, les différents sondages indiquaient à l'époque que même si Marie-Noëlle Lienemann, si le MJS, si le PCF avaient fait une liste commune avec l'AR, nous aurions été quand même
distancés par Gérard Dalongeville qui aurait alors gagné à la tête d'une liste avec 100 % de fidèles. Oui, la liste AR aurait peut-être obtenu 4 ou 5 élus au lieu de 3 et le PCF ou le MJS
auraient été absents du conseil municipal comme le sont les Verts aujourd'hui. Aujourd'hui, avec 6 élus critiques dans la majorité qui pourraient constituer un groupe distinct plus 3 élus de la
liste Alliance Républicaine, nous sommes à 9.
Je crois avoir plus gêné Gérard Dalongeville en tant qu'allié critique dans sa majorité que je n'aurais pu le faire si j'avais figuré sur la liste Duquenne en position non éligible et que le PCF
s'était retrouvé balayé du Conseil Municipal.

On voit bien aujourd'hui qu'avec ou sans nous, Dalongeville aurait gagné, la faute à son clientélisme sans bornes. Tactiquement, je ne suis pas sûr que nous ayons si mal joué que ça. Le fait
d'avoir figuré sur la liste Dalongeville nous a permis d'affaiblir la majorité et nous donne aujourd'hui l'opportunité d'unir nos forces en conseil municipal avec l'opposition républicaine.



JACKUSE 02/05/2009 20:14

maitre CATOIRE devra changer sa défense.il annonce à tous les médias (ex.20 minutes.fr)que son client ignore l'éxistance du coffre et des billets.mais malheureusement pour les deux ,la B.F a fait un controle d'empreintes.

blogmaster 02/05/2009 16:57

Bien que je n’ai pas le même avis que vous envers les élus encore en place, je suis d’accord avec votre article, les élus actuels doivent comprendre que cette situation ne peut plus durer et qu’il faut démissionner, Hénin-Beaumont a besoin de nouvelles élections pour repartir sur de bonnes bases, mais aussi retrouver son calme loin de toutes ces turpitudes qui salissent son image.