Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Nicolas Sarkozy a prononcé mardi 5 mai un discours lors d’un meeting, soi-disant républicain, devant quelques 3 000 militants UMP dont les candidats UMP à l’élection européenne.

Pour l’ensemble des spectateurs et des commentateurs, ce meeting de mardi soir à Nîmes, et alors qu’a démarré la campagne officielle, était sans aucun doute possible celui de l’UMP.

Pourtant, malgré la décision qui s’impose au CSA de comptabiliser le temps de parole du Président de la République dans celui de la majorité, il semble qu’en vertu « d’une phase d’expérimentation », le discours du Président serait découpé de façon totalement subjective pour ne retenir que certaines phrases.

Non seulement le temps de parole de Nicolas Sarkozy doit être intégralement comptabilisé dans celui de la majorité, mais de plus, et surtout, le coût du meeting doit être imputé aux comptes de campagnes de l’UMP. Le détournement des moyens de l’Etat à des fins partisanes et personnelles est un scandale qui n’a que trop duré !

Nous demandons officiellement que cesse ce régime d’exception, et que le compte de campagne de la liste UMP conduite par Dominique Baudis dans le Sud-Ouest soit imputé de l’ensemble des frais engagés lors de ce meeting. Le PCF entend interroger, dès aujourd’hui, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) à ce sujet. Chaque jour, le Président de la République s’exonère un peu plus de la loi et des règles élémentaires de la démocratie, cette situation doit cesser.

Olivier Dartigolles,
porte-parole du PCF

Paris, le 6 mai 2009
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

DLR1 Canal Historique 08/05/2009 15:13

DLR14ème circonscription soutient cette initiative ! Le président n'a pas a s'exprimer durant une campagne, surtout s'il use d'une expression partisane !