Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le préfet propose la révocation du maire d'Hénin-Beaumont
Publié le mercredi 20 mai 2009 à 06h00

 

Après les mises en examen, le recours en annulation des élections et la suspension administrative de son mandat, la charge s'alourdit encore un peu plus sur les épaules du maire d'Hénin, dont le préfet propose maintenant la révocation.

« J'ai proposé la révocation de Gérard Dalongeville au ministre de l'Intérieur. Mais elle doit faire l'objet d'un décret en conseil des ministres pour être validée », a confirmé hier Pierre de Bousquet, le préfet du Pas-de-Calais, déjà à l'origine de la suspension d'un mois du maire d'Hénin. Suspension dont l'échéance est légalement fixée au 30 mai prochain. « Mais le décret de révocation, rarissime, précise le préfet, peut intervenir avant ou après le délai d'un mois. »

Concernant Gérard Dalongeville, trois procédures parallèles, l'une judiciaire et les deux autres administratives, sont donc en cours pouvant conduire à sa chute : les mises en examen pour détournements de fonds publics, faux en écriture et corruption passive ; le recours en annulation des élections municipales devant le conseil d'État, dont la décision est imminente ; et enfin cette requête de révocation du préfet. « On pourrait aussi dissoudre le conseil municipal, mais seulement en cas de dysfonctionnement grave ou de blocage de la mairie, si par exemple les élus ne parvenaient plus à voter aucune délibération », indique Pierre de Bousquet.

Une dernière piste est envisageable pour que les électeurs retournent aux urnes : la démission collective du conseil. Mais ça ne semble vraiment pas être le genre de la maison...


G.C.


LIBE LILLE - 20/05/09

Le préfet veut faire révoquer le maire Dalongeville


POLITIQUE - Il avait été suspendu pour un mois. Le maire ex-PS d'Hénin-Beaumont, en prison, pourrait être bientôt révoqué. Ce qui voudrait dire de nouvelles élections au sein du conseil municipal.

Gérard Dalongeville, 38 ans, mis en examen et écroué à la maison d'arrêt de Longuenesse est pour l'instant suspendu jusque fin mai. La décision de le révoquer ou pas est entre les mains de Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur.

Le maire de la petite ville du Pas-de-Calais a été mis en examen dans une affaire de détournements de fonds publics par un système de fausses factures qui implique, selon le Parquet de Béthune, autour de 900.000 euros, et pourrait aller jusqu'à 4 millions. Il est en détention provisoire depuis le 9 avril.

Le préfet a annoncé hier à Liévin qu'il voulait le faire révoquer "après la sortie du dernier rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville", précise la préfecture du Pas-de-Calais.

Conséquences si le maire est révoqué ? Il faudra en élire un nouveau au sein du conseil municipal. Il suffit de prendre le suivant après la dernier élu sur la liste pour avoir un conseil municipal complet. A moins que le recours déposé en mars 2008 juste après les élections par le Front national de Marine Le Pen et Steeve Briois aboutisse. Dans ce cas, les élections sont annulées, et l'électeur doit retourner voter.

Le FN accuse le maire d'avoir détourné les moyens de la commune au profit de sa campagne électorale. C'est le Conseil d'Etat qui doit décider. Le rapporteur public, qui présente l'affaire à ses collègues magistrats qui doivent décider, a été nommé, mais la date d'audience publique n'a pas encore été fixée.

H.S.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article