Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Steeve Briois a-t-il lu Julien Freund, ce philosophe politique français, disciple de Carl Schmitt, qui expliquait qu’« Il n'y a de politique que là où il y a un ennemi. » ?
Toujours est-il que le leader du Front National héninois applique à la lettre la conception freundienne de la politique. Dès 2001, Steeve Briois a désigné en la personne de Gérard Dalongeville, son ennemi. Depuis quelques mois, c’est au PCF héninois que Steeve Briois réserve la plupart de ses attaques…

Convaincu de figurer au second tour et de pouvoir l’emporter, Steeve Briois pratique à l’égard des autres forces politiques la « politique de la caresse ». 
Avec une condescendance insupportable, il loue ainsi régulièrement les efforts de Daniel Duquenne et du PS comme de Georges Bouquillon et de Civisme et Transparence qui critiquent son ennemi intime, Gérard Dalongeville…
Mercredi encore, dans un texte plein d’autosatisfaction, Steeve Briois, évoquant les blogs de Daniel Duquenne et de Georges Bouquillon, aura loué leur « position claire vis-à-vis de la municipalité », leur présentation agréable, leurs mises à jours fréquentes…
Deux jours plus tôt, se posant en donneur de leçons, le leader du FN héninois conseillait à Daniel Duquenne de quitter le PS…
A la place de Daniel Duquenne et de Georges Bouquillon, relativement épargnés par Steeve Briois qui les traite manifestement en « idiots utiles », nous aurions depuis longtemps signifié à Steeve Briois qu’il pouvait remballer sa sollicitude hypocrite et méprisante.   

A contrario, Steeve Briois qui feint de ne pas comprendre que la section d’Hénin-Beaumont du PCF est désormais autonome, nous traite en ennemis. La présentation de notre blog ne trouve pas grâce à ses yeux. Nos mises à jour quotidiennes ne seraient destinées qu’à le copier. On croit rêver…

En réalité, les attaques du Front National héninois ont un sens : elles témoignent du désarroi des frontistes qui ne supportent pas l’activité militante que mènent les communistes héninois. Interrogés dans le film d’Edouard Mills, Au pays des gueules noires, Steeve Briois, Laurent Brice et Bruno Bilde avouaient sans complexes vouloir conquérir des « parts de marché » électoral en réalisant une OPA sur l’électorat populaire et communiste.

En nous désignant comme leurs nouveaux ennemis, Steeve Briois et ses amis ont bien compris que les communistes héninois n’auront de cesse de combattre l’idéologie du FN, de dénoncer sa volonté de focaliser le débat politique sur l’insécurité (une manière subliminale, mais que les électeurs frontistes comprennent, d’évoquer l’immigration) et d’aborder les vraies questions, qui intéressent tous les Héninois : celles de l’emploi, du pouvoir d’achat, des services publics…  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

el diablo 11/07/2006 11:07

 
Donc…je disais, en substance, qu'une gauche qui fait une politique de droite favorise l'émergence des fascistes . Ayons un peu de mémoire…1984: Mitterrand et le PS viennent d'abandonner leurs engagements de 1981. Ils ont refusés de se démarquer de l'union européenne et prônent désormais la rigueur . Aux élections européennes de juin, Le Pen, surfant sur le mécontentement populaire obtient plus de 10% des voix. 2002:  la "gauche plurielle" n'en finit pas de décevoir l'électorat populaire. Malgré les engagements communs PS-PCF de juin 1997, elle a privatisé à tour de bras. Des pans entiers des richesses publiques sont bradées au capital. Le PCF ne dit rien, pire il exécute la mauvaise besogne (cf. Gayssot avec Air France) et se donne bonne conscience ("pas de privatisation, simplement une ouverture du capital…"). Le 21 avril, Le Pen se retrouve propulsé au second tour de la présidentielle. Le PCF mutée en appendice du PS, subit une défaite historique, son candidat n'obtenant pas, pour la première fois depuis 1920, 5% des exprimés.  2007: aucun leçon n'a été tirée du côté du PCF. Il s'agit, pour le groupe dirigeant de sauver les "meubles" et puis c'est tout! C'est le temps de la lutte des…places! Il faut sauver les députés et les maires PCF et pour cela aucun reniement n'est à exclure…le monde du travail, le peuple qui souffre, n'a plus de parti, il s'apprête encore une fois à s'abstenir massivement …En clair Le Pen a encore de beaux jours devant lui, c'est bien triste mais voilà la réalité!          

 

eldiablo 10/07/2006 19:16

Je me suis permis une observation suite à votre réponse du 09/07 ci-dessous. Malheureusement, vous avez choisi de ne pas la publier (comme la présente note je le crains) N'était-elle pas pertinente à vos yeux.?

David NOËL 10/07/2006 20:26



Désolé, El diablo, je trouve vos observations souvent pertinentes, mais là, je n'ai rien reçu. Peut-être y-a-t-il eu un "bug" au moment de l'envoi de votre commentaire ?

Le seul commentaire que j'ai effacé était un commentaire vide avec un lien vers le site du PRCF de Bobigny.

Vous pouvez reposter votre commentaire si vous le souhaitez,

Cordialement,



eldiablo 09/07/2006 10:12

Franchement,  je pense que votre article a plus sa place sur un blog traitant de cuisine (politique) plutôt que sur un blog progressiste. De plus, ne craignez vous pas de favoriser le fasciste de service: en citant plusieurs fois son nom et , de fait, en lui donnant une certaine importance?...  
 

David NOËL 09/07/2006 14:22



Bonjour El diablo,

Je suis d'accord avec vous sur le fait de ne pas traiter principalement de la "cuisine politique".
Mais les lecteurs de notre blog attendent aussi notre point de vue sur les actes et les propos des autres forces politiques locales.
En l'occurence, le FN nous avait une nouvelle fois attaqués tout en caressant le PS et l'association Civisme et Transparence.
Pourquoi ces attaques ? J'ai essayé de l'expliquer et de montrer qu'elles doivent plutôt nous conforter.

Sur l'attitude à avoir face à l'extrême droite, étant donné les scores électoraux qu'elle réalise déjà, non, je ne pense pas que mon article lui donne une importance excessive. Au contraire, je
pense qu'il faut appeler un chat un chat et ne pas hésiter à rappeler à chaque occasion que le programme du FN est parfaitement libéral et réactionnaire. Je crois que c'est le devoir des
progressistes de rappeler ces évidences.
Il ne s'agit pas de jouer les moralisateurs face au vote FN, mais simplement de rappeler que c'est un vote anti-social et anti-ouvrier.

Cordialement,