Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Liberte62Visages radieux des représentants de l’UMP et d’Europe Ecologie, dimanche soir, sur les plateaux de télévision. Mines déconfites au PS et au MoDem. Déjà, les responsables politiques et les commentateurs tirent les leçons du scrutin européen du 7 juin.

Victoire de l’UMP ? Avec près de 28 % des suffrages exprimés, l’UMP est certes arrivée en tête des élections, mais cette victoire en trompe-l’œil masque mal le fait que la majorité sarkozyste, privée d’alliés et sans réserve de voix est minoritaire dans le pays.

Une vague écologiste ? Si les bons scores des listes écologistes de Daniel Cohn-Bendit et José Bové qui obtiennent plus de 16 % au niveau national, devançant nettement le MoDem et dépassant le PS en Ile-de-France et dans le Sud-Est confirment la capacité des écologistes de tirer leur épingle du jeu lors des élections européennes, le vote de dimanche ne doit pas occulter le fait que pour l’essentiel, les programmes d’Europe Ecologie, du PS et du MoDem étaient très proches.
Des électeurs mouvants ont pu sanctionner la personnalité de François Bayrou et l’atonie du PS, mais les français n’ont pas délivré un blanc-seing à des écologistes dont la campagne « ni droite-ni gauche » préfigure sans aucun doute un positionnement centriste au parlement européen, loin des attentes de transformation sociale de millions de citoyens.

La déroute des listes du Parti Socialiste qui n’obtiennent que 14 élus européens est l’occasion pour les médias d’écrire une nouvelle page du feuilleton interne du PS. Benoît Hamon restera-t-il porte-parole du PS ? Martine Aubry peut-elle rester première secrétaire ?
Loin de ces questionnements du cénacle politico-médiatique, le principal enseignement du scrutin de dimanche reste l’abstention qui atteint près de 60 % des inscrits. Les députés européens de 2009 seront les plus mal élus des députés européens.

La défiance est au rendez-vous entre les peuples d’Europe et leurs représentants, mais comment accorder sa confiance à une construction européenne qui se fait au service de la finance et contre les volontés des peuples ? Malgré les « non » français, néerlandais et irlandais, ils ont continué comme si de rien n’était, ils nous ont imposé le traité de Lisbonne, copie conforme du Traité Constitutionnel Européen rejeté par référendum et adopté par les deux chambres du parlement français avec la complicité du PS.  

Dans ce contexte, le vote pour le Front de Gauche était un vote pour des élus utiles, qui seront une force de résistance au parlement de Strasbourg contre la logique libérale.

Les électeurs l’ont bien compris et le Front de Gauche, qu’on créditait de moins de 5 % des voix au début de la campagne obtient un score honorable de 6,47 %. Le PCF et ses alliés progressent par rapport aux élections de 2004, dépassant le NPA qui paie le prix de son isolement et de son refus de l’unité. La dynamique lancée par le PCF et le Parti de Gauche a permis l’élection de 5 députés du Front de Gauche qui siègeront dans le groupe de la Gauche Unitaire Européenne au parlement européen.

Dans notre département, la réélection de Jacky Hénin est une bonne nouvelle pour les travailleurs. Avec 6,84 % des voix dans la circonscription Nord-Ouest et 8,98 % dans le Pas-de-Calais, Jacky Hénin réalise un bon score qui permettra au Parti Communiste de porter la voix du monde du travail dans les instances européennes.

La progression limitée, mais réelle du Front de Gauche est la seule bonne nouvelle de cette élection sans passion qui a vu la victoire de l’abstention et la progression des droites européennes.

Alors, tandis que le gouvernement et l’UMP célèbreront leur fausse victoire, et si nous faisions du 13 juin la poursuite de ce que le Front de Gauche a ouvert le 7 juin ? Soyons nombreux dans les cortèges le 13 juin pour les salaires, l’emploi et les services publics, mais aussi pour signifier au gouvernement et à la droite qu’il y en a marre de leur politique au service des intérêts des plus riches. Ils n’ont pas voulu entendre notre message le 7 juin, crions-le plus fort !


Leçons d'une élection sans passion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article