Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La génération 21 avril 2002 sur le pont

Hénin-Beaumont . Les milieux associatifs, culturels ou syndicaux redoutent la victoire du FN tandis que se multiplient les appels massifs au vote Duquenne.

Correspondance particulière.

Quelques jours encore et c’est le second tour d’une élection municipale à haut risque. Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) s’est, seule certitude, débarrassé d’un maire véreux. Les habitants doivent maintenant gagner contre le Front national. Impératif : mobiliser à 100 %, en particulier les jeunes des quartiers et les électeurs de gauche.

Les jeunes, clé du scrutin

Selon Bruno Lajara, « ce sont eux qui détiennent les clés de la victoire ». À 41 ans, le metteur en scène qui sillonne le département depuis de longues années est un des membres du collectif Ouvrez les yeux, créé à Hénin dans la foulée des résultats calamiteux du premier tour, dimanche dernier. Tous les soirs, entre 18 heures et 21 heures, ce collectif se réunit au centre culturel l’Escapade. « C’est ouvert à tous, explique-t-il, nous étions 10 le premier soir, 50 mardi, et nous espérons être un millier à manifester vendredi, à 12 heures, au départ de la mairie. » Avec d’autres, Bruno Lajara estime menacées les subventions aux associations, sous prétexte de déficits. « Or, si c’est le FN (qui promet des baisses d’impôts locaux dans ce contexte) qui se retrouvait chargé de négocier auprès d’autres instances publiques le montant des dites subventions, il y a fort à craindre que les robinets ne se ferment. »

Le dernier message publié sur le blog de la section du PCF confirme le désistement de la liste Ferrari (PS, PCF, MRC, Modem) arrivée troisième dimanche dernier. La hantise : une triangulaire. Pierre Ferrari et ses colistiers ont donc unanimement décidé de se retirer. Ils appellent désormais à voter massivement et sans ambiguïté pour la liste de Daniel Duquenne. Les Verts ont aussi rendu public « leur choix responsable et raisonnable du soutien à la liste de Daniel Duquenne, identifiée par les électeurs comme la première à même de battre la liste du FN ». Dans le milieu associatif, les assemblées générales se succèdent. Parmi les organisations syndicales aussi. Dany Coolen, secrétaire de l’union locale CGT Hénin-Lens, voit dans le vote FN du premier tour (39 %), « un vote sanction, de colère ». Des élus corrompus, et toutes ces entreprises qui ont fermé (Samsonite, Masquelier, Subistatic…) : « voilà un nid tout trouvé pour un FN moribond », constate-t-il. Un FN qui, selon lui, « saute sur Hénin », avec cette idée « trop facile que le chômage est la faute aux étrangers ». Dany Coolen rappelle que « le fait d’adhérer aux idées du FN reste un des motifs d’exclusion de la CGT, qui a édité un livret sur la réalité du programme antisocial du FN tel qu’il a été testé à Toulon ou Vitrolles ». Le responsable CGT relève en outre que Daniel Duquenne « est identifié ici comme celui qui, depuis 2001, a combattu le système du maire Dalongeville ».

Une population politisée

Ali Ait Hajali, demandeur d’emploi, s’engage, en ce qui le concerne, pour « le divers gauche ». Lui, il est plutôt optimiste : « La population d’Hénin est passionnée. Plus politisée qu’on ne l’imagine. Elle a envie de participer à la chose publique. Des hommes ont failli, il faut permettre à de nouvelles têtes d’émerger. » Bruno Lajara confirme : « La génération du 21 avril 2002 est sur le pont. »

 

Laurence Mauriaucourt
Source : l'Humanité, 02-07-09
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article