Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Canal + a annoncé que, faute d'une audience suffisante, la série "Reporters" était arrêtée à l'issue de sa deuxième saison.

Il nous semble que "Reporters" a fait la preuve de qualités élevées et rares. Son ambition scénaristique lui permet d'être addictive autant sur la forme que sur le fond, d'une profondeur rare à la télévision française.
Sa capacité à anticiper le réel témoigne de la richesse du travail de ses auteurs, et permet à la série d'accompagner de manière passionnante la réalité sociale et politique de son pays, qu'elle commente un peu à la manière dont "The West Wing / A La Maison Blanche" commentait l'Amérique.
Elle a su nouer une relation forte avec les téléspectateurs qui l'ont suivie avec passion, et notamment un public exigeant et disposant d'une réelle culture sérielle, d'habitude peu enclin à regarder de la fiction française.

Et si "Reporters", série ambitieuse qui ne repose pas sur des codes dans lesquels le téléspectateur se glisse maintenant sans efforts, tels que ceux de la série policière ou même médicale, n'est pas celle qui réunit la meilleure audience des séries de Canal+, il nous semble qu'elle constitue un laboratoire suceptible d'enrichir la fiction française de demain. Elle est à nos yeux un pari à faire pour l'avenir. Une série référence.

C'est pour toutes ces raisons, pour sa qualité qui nous semble avoir très peu d'équivalents en France, qu'il nous a semblé utile de mener une campagne pour faire connaître notre envie de découvrir une saison 3 de "Reporters". Histoire de mettre en lumière son caractère rare et précieux, de faire valoir l'existence de ce public à haut niveau d'exigeance, de sa relation à la série. Histoire, on l'espère de faire revenir Canal + sur sa décision d'arrêter "Reporters" ou, à tout le moins, de faire réfléchir la chaîne sur la nécessité de maintenir dans son offre de fiction des séries de haut niveau de qualité même si elles n'amassent pas (encore) de grandes foules...

Lien vers le texte : http://reporters3.over-blog.fr/

Pour signer la pétition pour une saison 3 de Reporters, c'est ici :

 



La série Reporters

C’est il y a tout juste deux ans que Canal + diffusait la première saison de Reporters. En suivant dans leur travail un groupe varié de journalistes, la série, produite par Capa Drama et créée par Olivier Kohn avec Alban Guitteny, pose un regard d’une acuité saisissante sur les mécanismes du quatrième pouvoir. Remarquablement écrite, réalisée et interprétée, elle s’est imposée à nos yeux comme une série référence. Une brillante création qui a naturellement pris sa place parmi les plus grandes fictions télévisées françaises.

Une chaîne de télé publique - TV2F -, un quotidien national - 24 heures dans le monde. Le journal est en train d’être racheté par un grand groupe, la chaîne cherche à gratter de l’audience à la chaîne privée concurrente. Dans ces deux institutions médiatiques travaillent des hommes et des femmes qui ont pour mission d'informer la France sur l'actualité, parfois publique, parfois cachée.

Reporters ausculte en profondeur les pouvoirs médiatiques, politiques et économiques tels qu’ils interagissent en France probablement comme nulle part ailleurs. Et elle en tire une matière romanesque et épique. Parce que les rouages qu’elle décrit broient plus souvent qu’à leur tour les individus, ce qui les pousse à toutes les compromissions Reporters est aussi une plongée émouvante dans les ambigüités de l’âme humaine. Ses personnages sont constamment écartelés entre l’éclat de la résistance et le confort de la soumission au système.

La première saison voyait un journaliste d’investigation, Thomas Schneider, remonter la filière d’un trafic d’armes et déboucher sur un financement occulte de parti politique. Schneider est déterminé à faire éclater cette incommodante vérité.
Une journaliste politique, Florence Daumal, retrouvait un ancien amant devenu conseiller au Ministère de l’Intérieur et découvrait le gouffre qui sépare les codes de la déontologie et leur mise en pratique.
Un fait-diversier, Michel Cayatte explorait les recoins de l’âme humaine dans la France des pavillons de banlieue ou de la ruralité.
Une jeune débutante, Elsa Cayatte découvrait les rouages de la télé et le prix de l'ambition...
Catherine Alfonsi à TV2F et Albert Lehman à 24 Heures dirigeaient ces deux rédactions, chargés de faire tampon entre leurs journalistes et les multiples pressions extérieures, qu'elles soient politiques ou économiques.
Ces deux rédactions étaient rapprochées par un événément dramatique: la prise en otage de deux journalistes dans un pays de l'ex-URSS. En coulisse, cet enlèvement donnait lieu à marchandages et coups bas politiques.

La seconde saison, dont la diffusion vient de s'achever, nous permettait de retrouver les personnages de la première, dans un contexte secoué par un attentat anti-français à Riyad en Arabie Saoudite. Un attentat dont un nouveau protagoniste, Alexandre Marchand, correspondant sur place de TV2F, est l'un des témoins. Son enquête sur les causes de cet événement va lui apprendre que l'économie est aussi une guerre qui, pour être feutrée, n'en est pas moins violente.
Parrallèlement, Florence Daumal se bat pour la direction du journal et ne tarde pas à découvrir un inattendu secret d'Etat.
Michel Cayatte retrouve un ancien sujet d'article, Thierry Augé, quand il est amené à témoigner en sa faveur au cours de son procès en révision.
Alain Massart, le présentateur du 20h, commet de son coté une faute qui ouvre un boulevard à Elsa Cayatte...

Vraie fiction, mais qui s'adosse sur une documentation fouillée sur les sujets d'actualité majeurs du moments, Reporters explore en profondeur son univers parallèle qui est presque le nôtre - mais pas tout à fait - et lui tend un miroir fascinant. Véritable thriller journalistique, la série sait provoquer une addiction tout autant physique qu'intellectuelle. Oeuvre politique, Reporters raconte la France d'aujourd'hui, comme The West Wing racontait l'Amérique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article