Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Maurice Kriegel-Valrimont est décédé mercredi à l'âge de 92 ans.
Résistant, Maurice Kriegel-Valrimont est resté fidèle jusqu'à la fin de sa vie aux idéaux qui l'animaient.

Né à Strasbourg en 1914, il entame des études de droit, avant de se faire embaucher comme employé d'assurance. Militant de la CGT et des Jeunesses Communistes, il participa aux grèves de juin 1936 avant d'être licencié.

Pendant la seconde guerre mondiale, Maurice Kriegel s'engage dans la Résistance sous le nom de "Valrimont". Chargé d'organiser la branche armée du mouvement Libération-Sud, il est arrêté à Lyon en mars 1943 en même temps que Raymond Aubrac, mais il réussit à s'évader.
Devenu responsable des Mouvements Unis de la Résistance, il participe à l'organisation des FFI : commissaire national du COMAC (le comité d'action militaire des FFI) il est aux côtés du général Leclerc et de Rol-Tanguy lorsque le général Von Choltitz, commandant de la garnison allemande de Paris présente sa reddition le 25 août 1944.

Maurice Kriegel-Valrimont participa en outre à la rédaction du programme du CNR, le Conseil National de la Résistance, un programme qui prévoyait entre autres de grandes nationalisations, la création de la sécurité sociale et le droit à la retraite pour les travailleurs.

Après-guerre, Maurice Kriegel-Valrimont entre au comité central du Parti Communiste et est élu député de Meurthe-et-Moselle de 1946 à 1958.
Exclu de la direction du Parti Communiste pour avoir soutenu la déstalinisation, il quitte le PCF en 1961, mais restera fidèle jusqu'au bout à ses idéaux communistes.
En 1999, il accepte de figurer sur la liste communiste aux élections européennes, en dernière position.

En 2004, avec Lucie et Raymond Aubrac, Jean-Pierre Vernant, Georges Séguy et Georges Guingouin, Maurice Kriegel-Valrimont participe à la commémoration du 60ème anniversaire du programme du CNR, organisée par Attac pour défendre les conquêtes sociales issues de la Résistance contre l'offensive néolibérale.

Pour réécouter la grande voix de cet homme au destin hors du commun, vous pouvez télécharger l'entretien de Maurice Kriegel-Valrimont avec François Ruffin diffusé sur France Inter, dans l'émission Là-bas si j'y suis en mars dernier.

Sa lucidité n'empêchait pas Maurice Kriegel-Valrimont de rester profondément optimiste : en plein coeur de la guerre, une poignée d'hommes qui se seraient fait traités de fous, de gauchistes, d'utopistes, ont imaginé le programme du CNR.
Maurice Kriegel-Valrimont était convaincu de l'échec inéluctable du modèle libéral et invitait les militants progressistes, anticapitalistes et altermondialistes à prendre modèle sur les résistants de 1944 pour imaginer les protections sociales de demain.
Et si nous lui donnions raison ?

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=919&var_recherche=Kriegel+Valrimont
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eldiablo 05/08/2006 21:00

...et je crois bien épouse du bushiste (ex PCF) Alexandre Adler...  

Jean-Eric 05/08/2006 09:23

Un grand bonhomme resté fidèle à ses engagements .On ne peut pas en dire autant de sa fille qui après avoir milité au sein de l'UJCML est devenu conseillère de Jacques Chirac.