Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Les résultats du Baccalauréat 2009 ont à nouveau mis en évidence le décalage entre les chiffres nationaux de réussite au Bac et ceux de l’Académie de Lille, inférieurs de 2 %.

Malgré cela, le Gouvernement vient d’annoncer le non-remplacement de 34 000 fonctionnaires partant en retraite en 2010, parmi lesquels 16 000 enseignants. Ces chiffres s’ajoutent aux 30 000 jeunes Assistants de Vie Scolaire dont le contrat est arrivé à terme le 30 juin dernier, autant de personnes qui avaient pris leur place dans le système éducatif pour en permettre un meilleur fonctionnement.

Le nouveau ministre de l’Education Nationale, Luc Chatel, a d’ores et déjà chaussé les bottes de son prédécesseur pour justifier cette politique de casse du service public de l’Education. Les suppressions de postes massives que notre académie subit depuis plusieurs années ont engendré une situation inédite : en fin d’année scolaire, plusieurs centaines d’élèves quittant le collège ne trouvaient pas de places dans leur lycée de secteur !
Beaucoup d’élèves se retrouvent donc contraints d’accepter une inscription dans un autre établissement, en dehors de leur secteur ou dans des couples d’enseignement de détermination qu’ils n’ont jamais demandés. Certains établissements vont jusqu’à conseiller aux parents une scolarisation dans le privé.

De nombreuses communes de la région n’ont plus les enseignants pour accueillir les enfants de 2 ans en maternelle ; et enfin dans l’enseignement supérieur, c’est une logique libérale du « financement contre performance » qui s’instaure avec la nouvelle loi LRU.

Toutes ces attaques nécessitent une réaction massive et unitaire des enseignants, des parents d’élèves et des élus attachés à un grand service public d’éducation, favorisant la réussite de tous.

Les communistes sont de ce combat là et défendront toujours l’idée que l’avenir du pays dépend pour beaucoup de l’investissement que l’on consacre à l’école.

Nous proposons notamment :

1 - que 7 % du PIB soient consacrés à l’Education

2 - la création d’un Fonds national d’action contre les inégalités

3 - des avancées concrètes vers une véritable gratuité de l’enseignement
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romain G. 07/08/2009 23:46

Lorsque les gens parlent ce qu'ils connaissent, c'est beaucoup mieux. Vous etes prof et vous savez comment sur le terrain les reformes, les difficultés sociales, les difficultés de budget s'entrechoquent. Chaque année des profs disparaissent ( au sens figuré , of course ) dans NOS colleges et NOS lycées, et les gens au discours bas de gamme , loin de la réalité , s'en réjouissent car " Au moins ça va faire travailler ces fainéants de profs " ... Mais oui bien sur... En réalité, leur expliquer que les profs font ce qu'ils peuvent , pour donner leur cour à LEUR gamins dans des classes surchargées. Ou quelle FOLIE ! Organiser un voyage linguistique ou pédagogique... C'est inutile. Notre région est lourdement frappée par l'échec scolaire pour de multiples raisons comme les difficultés sociales. Alors si en plus on coupe le budget, on supprime des postes. Ca peut pas s'arranger. Au gouvernement , ils ne cessent de répéter que " Toujours plus de poste c'est pas la solution " . Je suis d'accord, c'est pas une question simple , alors les réponses sont multiples ; profs, encadrement, psychologue , infirmière scolaire , orientation...   Parce que la réponse du gouvernement, manque cruellement de rigueur scientifique et d'intelligence. Plus de prof n'est pas la solution ne veut pas dire qu'en supprimant des profs ça s'arrange !! Non...Aussi , les conséquences du manque de moyen entraînent un cercle vicieux sans fin. Le manque d'orientation, le manque de considération de la volonté des enfants et des familles poussent la filière pro dans un n'importe quoi total. Alors quelque informations locales. Au College Gerard Philipe , la psychologue-conseillere d'orientation n'est présente qu'UNE DEMIE-journée par semaine. C'est pas de sa faute. Elle voyage toute la semaine d'établissement en établissement. Alors que l'orientation se fait réellement au collége. Et des la 4eme. 3DP6. 3DP3. Et en 3 eme , Seconde générale? Seconde prof? Bac Technologique? Bac général? Le bac pro en 3 ans... Ca aussi c'est un joli truc pondu par un ministre incapable de faire une regle de 3. A pasteur ils sont toujours incapable de l'organiser. Ils leur manquent d'ailleurs des machines, dont les crédits sont inexistants. A Darchicourt, les classes de 2nde comptent plus de 35 éleves. Je connais pas le nombre de poste qui s'en vont, mais il y en a beaucoup trop. Des profs se retrouvent à voyager le matin d'Hénin, à plus de 40 km l'apres midi... Et je crois qu'il est inutile de rappeler que dans une région comme la notre, durement frappée par la baisse du pouvoir d'achat, le chomage , l'école "gratuite" est certainement plus chere qu'ailleurs. M'enfin vous verrez les meres pres de vous, se creuser la tete pour acheter les fournitures, les livres ( Parfois plus de 200 € ) ...Surtout ne remettez pas en cause les mesures du gouvernement. Ils ont raison, la supression des postes, la coupe des budgets est bien évidemment la seule et unique solution