Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le dernier numéro de Manière de voir, le bimestriel du Monde Diplomatique est paru. Daté d'août-septembre 2009 et coordonné par Dominique Vidal, le numéro 106 est consacré à l'émancipation dans l'histoire, de Spartacus jusqu'à la guerre du Vietnam.

Comme toujours avec les ouvrages de cette collection à l'approche pédagogique et documentaire, ce numéro de Manière de voir s'adresse autant à des étudiants et à des enseignants qu'à des militants.

Entre révolutions et indépendances, ce numéro entrecoupé de poèmes d'Eugène Pottier, Nazim Hikmet, Aimé Césaire, Bertold Brecht ou encore Paul Eluard fait la part belle aux luttes et aux espoirs qu'elles font naître.

Un numéro à découvrir en kiosque au prix de 7 €.

I. Mouvements d’idées

Depuis que l’homme peuple cette Terre, un rêve de liberté le porte, de génération en génération. Cet espoir fou le pousse à résister à toute forme de domination. Une volonté d’émancipation qui a mobilisé des esclaves comme des serfs, le Tiers-Etat comme les prolétaires modernes.

A chaque période, il s’est trouvé des intellectuels pour accompagner ces luttes et leur offrir un fondement philosophique. Cette élaboration a convergé au XVIIIe siècle pour donner les Lumières, dont l’héritage marie raison et liberté.

Ces idées humanistes serviront de terreau à la Révolution française, qui les diffusera à travers l’Europe. Elles se réincarneront dans la seconde Révolution française : la Commune de Paris. Elles inspireront aussi les auteurs de la loi de 1905, qui organisera la laïcité de la République. Elles trouveront enfin leur pendant oriental dans la « nahda », la renaissance arabe.

De toutes les formes d’exploitation de l’homme par l’homme, la pire réside sans doute dans l’asservissement. Plus de vingt siècles après la révolte conduite par Spartacus, le monde compte encore des esclaves. Entre-temps, les trois traites — intra-africaine, arabe et coloniale — qui décimèrent l’Afrique firent des millions de victimes...

Les Lumières et la raison
Jacques Bouveresse

Le libéralisme égalitaire des Jacobins
Jean-Pierre Gross

Vaincue, la Commune est devenue un symbole
Georges Haupt

Etapes et conséquences des traites négrières
Marcel Dorigny

Un siècle plus tard, la laïcité fait encore débat
Alain Gresh

Nahda, la renaissance arabe
Anne-Laure Dupont

II. Libérations

Au fil du XXe siècle, le combat pour l’émancipation s’est incarné dans de belles pages d’histoire.

Avec la révolution d’octobre 1917 commence une aventure inachevée : celle du « socialisme réel », porteuse d’acquis populaires, mais aussi d’échecs, parfois sanglants, et d’abord en matière de libertés.

Répétition du second conflit mondial, la guerre d’Espagne (1936-1939) a mobilisé les Européens antifascistes — pas assez toutefois pour vaincre les troupes franquistes appuyées par Hitler et Mussolini.

En France aussi, le Front populaire l’avait emporté en 1936 : il restera dans les mémoires pour les conquêtes de la grève, des 40 heures aux congés payés.

Actrice majeure de cette épopée, la classe ouvrière jouera un rôle central dans la Résistance et la Libération, où Français et étrangers se mêleront.

Avec la victoire des partisans de Tito (1945), un autre modèle de socialisme s’impose : l’autogestion, anticapitaliste et antistalinienne.

Mais la victoire sur le nazisme donnera le signal d’une émancipation plus décisive encore, celle des peuples du tiers-monde.

Octobre 1917 à l’épreuve de l’histoire
Moshe Lewin

Des romans contre l’oubli de la guerre d’Espagne
Anne Mathieu

1936, le Front populaire de l’espoir à l’échec
René Bayssière

La révolution yougoslave et l’autogestion
Catherine Samary

Ces Espagnols qui ont libéré Paris
Denis Fernandez Recatala

Regards sur l’histoire coloniale en Inde
Partha Chatterjee

III. Espoirs d’après-guerre

La défaite des puissances de l’Axe a profondément modifié la carte du monde. Ces bouleversements vont, malgré la guerre froide, créer les conditions d’avancées sans précédent de l’émancipation humaine au cours des décennies qui suivent, en commençant par le Sud.

Avec la conférence de Bandung (1955), les « non-alignés » font entendre leur voix contre la domination coloniale, et face aux deux blocs. Certains peuples obtiendront pacifiquement leur indépendance, d’autres devront se battre pour l’arracher.

L’exemple des Algériens, victorieux après huit années d’un terrible conflit (1954-1962), rayonnera d’un bout à l’autre du tiers-monde. Dans le monde arabo-musulman, la Nakba palestinienne (1948) et la révolution égyptienne (1952) ont stimulé un puissant mouvement national. A son tour, la révolution cubaine (1959) déclenche un élan libérateur, qu’Ernesto Che Guevara tente d’étendre en Amérique latine. Comme en écho, Salvador Allende invente, avec l’Unité populaire, de 1971 à 1973, le socialisme à la chilienne, qu’écrasera le putsch de Pinochet. Le Vietnam, lui, l’emporte définitivement (1975), après plus de dix ans de guerre américaine.

Mais l’émancipation s’appelle aussi Mai 68, pour le mouvement ouvrier et celui de la jeunesse, Vatican II, pour l’Eglise catholique, et féminisme, pour la moitié de l’humanité...

Bandung ou l’irruption du tiers-monde
Jean Lacouture

Des « traîtres » qui sauvèrent l’honneur...
D.V.

Controverses autour du bilan du nassérisme
Kamel Labidi

Ainsi était le « Che »
Ahmed Ben Bella

Vatican II, tournant pour l’Eglise
Michel Cool

Mai 68 au miroir du cinéma
Jean-Louis Comolli

Quang Tri ou la dynamique de la victoire
Gabriel Kolko

« Une midinette aux ongles laqués »
Sylvie Tissot

Le rêve brisé de Salvador Allende
Tomás Moulian
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

R .R . 07/08/2009 23:03

attention David , Guy Mollet libéré et bientot G D , va faloir réagir !!