Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Jean-Pierre Chruszez n'a décidément pas peur des contradictions. Lundi, dans les colonnes de La Voix du Nord, il nous accusait Pierre Ferrari et moi-même d'avoir été des « résistants de la 25ème heure ». Ce n'est pourtant pas ce qu'il écrit dans son récent opus « Marine Le Pen chez les Ch'tis à Hénin-Beaumont », dans lequel il nous accuse d'avoir été des conspirateurs de la 1ère heure ! 

Jean-Pierre Chruszez évoque ainsi à la page 23 de son livre le soutien que Marie-Noëlle Lienemann, Pierre Ferrari et moi avons apporté à Daniel Duquenne mis en cause dans un tract assez abject : « La distribution du numéro de l'Affronteur, mettant en cause Daniel Duquenne nous attira une colère terrible de notre stratège de députée, exigeant l'arrêt immédiat de sa distribution. Nous venions de «commettre l'erreur qui allait nous faire perdre l'élection». Traduction : compromettre toute alliance éventuelle avec Duquenne au second tour... Cette stratégie sera indirectement révélée […] par David Noël. »

A un autre endroit, Jean-Pierre Chruszez revient sur l'épisode du retrait de délégation de Pierre Ferrari, en septembre 2008, et sur mon éviction du Bureau Municipal, qu'il continue de justifier en nous accusant d'un « manque récurrent de solidarité ».

Président du groupe majoritaire, Jean-Pierre Chruszez était à l'époque l'organisateur en chef, aux côtés de Gérard Dalongeville, de ces tristes réunions de lynchage politique. Il écrit page 19 :
« La majorité municipale exigeant à juste titre le retrait de son poste d'adjoint à Pierre Ferrari pour un manque récurrent de loyauté […] le panégyriste […] de l'ancienne ministre du logement, regardant droit dans les yeux le Maire d'Hénin-Beaumont, le menace clairement et tout naturellement [...] de révéler certains dossiers s'il franchissait la ligne jaune ».
Jean-Pierre Chruszez ajoute ensuite page 51 : « Le groupe majoritaire avait également décidé l'exclusion de David Noël pour son manque récurrent de solidarité et l'utilisation habile des moyens et des manifestations municipales pour la propagande en faveur de son parti. »
A propos de notre vote contre le budget 2009, Jean-Pierre Chruszez écrit dans son livre page 36 : « Dès le lendemain, conformément à la décision du groupe majoritaire, le Premier magistrat retire par arrêté leurs délégations à Marie-Noëlle Lienemann et à David Noël pour leur manque de solidarité lors des votes mais surtout leurs comportements très ambigus depuis plusieurs mois »

Résumons-nous : accusés d'un « manque récurrent de solidarité » en septembre, d'avoir eu des « comportements ambigus depuis plusieurs mois », d'avoir formé dès le départ un « trio de conspirateurs » (page 28) nous aurions été à en croire Jean-Pierre Chruszez des « résistants de la 25ème heure » ! Il faudrait savoir...

Les attaques de Jean-Pierre Chruszez ressemblent à l'hommage du vice à la vertu, mais l'ancien collaborateur de Jacques Mellick et de Gérard Dalongeville a tout de même raison sur un point : en tant que président du groupe majoritaire et comme organisateur en chef des lynchages politiques contre le seul pôle critique de la majorité, il est bien co-responsable de la situation ! 

David NOËL
Secrétaire de section

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article