Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Les beaux tableaux et les beaux graphiques projetés en boucle dans les journaux télévisés de TF1 pour montrer tout l'intérêt d'une fusion qui fera de GDF-Suez le premier groupe gazier du monde ne tromperont personne.

En réalité, et les salariés de GDF qui ont voté à plus de 93 % contre le projet de fusion l'ont bien compris, l'objectif du gouvernement est idéologique.

L'existence des services publics est insupportable aux yeux des idéologues libéraux nourris des idées d'Hayek et de Friedman qui peuplent les instances européennes, les cabinets ministériels et la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy.

Pour des raisons électoralistes et tactiques, Nicolas Sarkozy a hésité un instant avant d'encourager les députés UMP à voter la loi de privatisation de GDF.
Mais à l'exception de quelques députés gaullistes comme Dupont-Aignan, toute l'UMP sera derrière le ministre de l'Intérieur et le Premier ministre - qui veut inscrire son nom dans l'histoire comme réformateur libéral aux côtés de Thatcher, Reagan et Raffarin - aujourd'hui, à l'Assemblée Nationale, pour brader GDF aux capitalistes dont la première préoccupation sera évidemment d'augmenter les prix du gaz pour faire du profit, au détriment des consommateurs.

Ce passage en force gouvernemental, à moins d'un an d'élections majeures qui auraient été l'occasion de débattre des services publics et notamment de la création d'un grand service public de l'énergie, est parfaitement anti-démocratique.

En cas de victoire de la gauche en 2007, les députés devront immédiatement abroger ce projet de loi et renationaliser EDF et GDF.

En attendant, les députés communistes se battront pied à pied à l'Assemblée Nationale et ont déposé plusieurs milliers d'amendements pour mettre le gouvernement devant ses contradictions et informer les citoyens du danger de la marchandisation de l'énergie.

La mobilisation des salariés de GDF et Suez le 12 septembre prochain, à l'appel de leurs syndicats, sera un moment essentiel dans le combat pour empêcher la privatisation de GDF.

Vous pouvez encore signer en ligne la pétition des député-e-s communistes et républicains pour exiger du gouvernement qu'il retire le projet de loi de libéralisation du secteur de l’énergie et de privatisation de Gaz de France.
http://www.pcf.fr/actu.php?id_actu=97
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article