Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

La Voix du Nord consacrait hier un article fort instructif à la disgrâce de Stella Duneufjardin, la courageuse conseillère régionale socialiste courriéroise.

Adjointe au maire de Courrières, Stella Duneufjardin était pressentie pour succéder à Albert Facon à la mairie de Courrières avant qu'Albert Facon ne passe la main à Christophe Pilch.

La raison de la disgrâce de Stella ? Pour Albert Facon, Stella Duneufjardin a commis le crime abominable d'être une militante de l'aile gauche du PS, proche du courant Nouveau Monde d'Emmanuelli et Mélenchon, puis, après sa dislocation, du mouvement PRS de Jean-Luc Mélenchon et du courant NPS d'Emmanuelli et Peillon.

Stella Duneujardin a ainsi activement milité pour le non au référendum de 2005 et s'est opposée aux "barons" socialistes comme Albert Facon qui cultivaient l'ambiguïté. En 2004, lors du vote interne du PS, les principaux responsables de la fédération socialiste du Pas-de-Calais avaient dans un premier temps appelé sans conviction à voter non avant d'encourager leurs adhérents à renouveler leur confiance à François Hollande pour ne pas briser le parti. Comprenne qui pourra...

Stella Duneufjardin est allée jusqu'au bout de ses convictions en faisant campagne pour le non et La Voix du Nord d'hier fait la liste des bâtons dans les roues qu'Albert Facon lui a mis...

Militante fière de ses convictions, critique envers les "barons" socialistes, la façon dont ils cumulent les mandats et refusent la parité, Stella Duneufjardin a aggravé son cas en soutenant Daniel Duquenne et la section héninoise du PS alors qu'Albert Facon songeait déjà à 2012 et à sa succession et faisait un deal avec Gérard Dalongeville : soutien de Dalongeville à Facon en 2007 contre réintégration au PS et soutien de Facon à Dalongeville aux législatives de 2012...

Stella Duneufjardin paie aujourd'hui le prix de son courage politique en étant étroitement surveillée en mairie de Courrières où sa délégation d'adjointe est devenue fictive.

2007 sera-t-il le combat de trop pour Albert Facon ? Le député de la XIVe circonscription, fabiusien au temps de la splendeur de Fabius, hollandais en 2004, rallié à Ségolène Royal quand les sondages ont commencé à lui être favorables, apparaît désormais comme un diviseur et un opportuniste et est contesté dans son propre parti par les militants socialistes les plus sincères.

Notre circonscription doit être défendue par un candidat courageux, sincère, attaché à défendre le monde du travail, à sauvegarder l'emploi et à faire progresser le pouvoir d'achat.
Albert Facon n'est pas ce candidat-là ! Au contraire, Facon et ses jeux d'appareil incarnent ce qui se fait de pire à gauche en terme de calcul politicien ; face à lui, la seule alternative, c'est le Parti Communiste et Dominique Watrin, notre candidat aux législatives dans la XIVe circonscription !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Georges Bouquillon 05/11/2006 22:22

Courageux et sincère ! Ces deux qualificatifs ne riment absolument pas avec l'action du député Facon dont l'hypocrisie politique  n'a d'égale que sa soif de durer ....