Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Les Héninois et Beaumontois célébrent aujourd'hui le 88ème anniversaire de l'armistice du 11 novembre 1918.

En hommage aux victimes et à tous les combattants de la Première guerre mondiale, nous vous offrons aujourd'hui sur notre blog un très beau texte de Louis Barthas.

Né en 1879, tonnelier à Peyriac-Minervois dans l'Aude, militant de la SFIO et syndicaliste, Louis Barthas était déjà un militant pacifiste convaincu au moment de l'entrée en guerre. Mobilisé au 280ème régiment d'infanterie de Narbonne avec le grade de caporal, Louis Barthas participa à toutes les grandes batailles de la Première Guerre Mondiale, à Notre-Dame-de-Lorette, à Verdun, dans la Somme, et au Chemin des Dames.

Durant quatre ans, Louis Barthas rédigea son journal, qui est aujourd'hui un témoignage irremplaçable et sans consession sur les conditions de vie des soldats durant la guerre.

Louis Barthas est mort en 1952 et ses carnets de guerre ont été découverts des années plus tard par l'historien Rémy Cazals. Edités en 1978, ils ont été réédités en 2003 aux Editions La Découverte.
L'épisode de fraternisation qu'il évoque dans la scène ci-dessous se déroule à Neuville-Saint-Vaast.

"Dans cette période, la situation des troupes en ligne était lamentable. En certains endroits, boyaux et tranchées avaient complètement disparu sous l’eau, presque tous les abris s’effondrèrent et notre section fut privilégiée d’avoir un abri qui tint bon et où nos heures de travail finies nous pouvions nous réfugier et nous étendre bien entendu sur la terre humide.
[…]
Le lendemain 10 décembre en maints endroits de la première ligne les soldats durent sortir des tranchées pour ne pas s’y noyer ; les Allemands furent contraints d’en faire de même et l’on eut alors ce singulier spectacle : deux armées ennemies face à face sans se tirer un coup de fusil.
La même communauté de souffrances rapproche les cœurs, fait fondre les haines, naître la sympathie entre gens indifférents et même adversaires.
[…]
Français et Allemands se regardèrent, virent qu’ils étaient des hommes tous pareils. Ils se sourirent, des propos s’échangèrent, des mains se tendirent et s’étreignirent, on se partagea le tabac, un quart de jus ou de pinard. Ah ! si l’on avait parlé la même langue.
Un jour, un grand diable d’Allemand monta sur un monticule et fit un discours dont les Allemands seuls saisirent les paroles mais dont tout le monde comprit le sens, car il brisa sur un tronc d’arbre son fusil en deux tronçons dans un geste de colère. Des applaudissements éclatèrent de part et d’autre et l’Internationale retentit.
Ah ! que n’étiez-vous là, rois déments, généraux sanguinaires, ministres jusqu’au-boutistes, journalistes hurleurs de mort, patriotards de l’arrière, pour contempler ce sublime spectacle.
[…]
Cependant nos grands chefs étaient en fureur. […] Et nos artilleurs reçurent l’ordre de tirer sur tous les rassemblements qui leur seraient signalés, et de faucher indifféremment Allemands et Français […]. De plus, dès qu’on put établir tant bien que mal la tranchée de première ligne on interdit sous peine d’exécution immédiate de quitter la tranchée et on ordonna de cesser toute familiarité avec les Allemands.
C’était fini, il aurait fallu un second déluge universel pour arrêter la guerre, apaiser la rage et la folie sanguinaire des gouvernants.
Qui sait ! Peut-être un jour sur ce coin de l’Artois, on élèvera un monument pour commémorer cet élan de fraternité entre des hommes qui avaient l’horreur de la guerre et qu’on obligeait à s’entre-tuer malgré leur volonté."

Extrait des « Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 ».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland 29/11/2008 19:04

le monument rêvé par Louis Barthas va être érigé !!!
lisez ici http://histoiresdunord.blogspot.com/2006/12/un-autre-monument-pour-la-paix.html
(le terrain est déjà acheté, il reste à ĉoisir le sculpteur, et il y a une adresse pour envoyer des dons si vous voules aider)
l'initiateur est le cinéaste Ch Carion http://www.cinefil.com/star/christian-carion