Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Les militants communistes héninois devaient se prononcer hier sur la candidature à la présidentielle. Trois candidats se présentaient devant les suffrages des militants : Marie-George Buffet, Maxime Gremetz et Jean-Jacques Karman.
Après un débat nourri, les communistes héninois ont voté à bulletin secret. C'est ensuite Marie-Serge Opigez qui a dépouillé les bulletins de vote.

Marie-George Buffet : 20

Maxime Gremetz : 2

Jean-Jacques Karman : 0

Blancs : 2

Nuls : 0

Refus de vote : 1

Dans un deuxième temps, les militants communistes héninois se sont prononcés sur la motion qui leur était proposée par le comité fédéral :

"La section d'Hénin-Beaumont, réunie le 08 novembre, a examiné les travaux de la Conférence nationale de Villejuif et débattu avec ses militants du texte d'orientation et du bulletin de vote soumis à la consultation des adhérents.

Nous constatons que le bulletin de vote peut entraîner de la confusion entre le choix de la candidature, en l'occurrence Marie-George Buffet, qu'approuve notre section et le choix stratégique d'une candidature antilibérale sous réserve de l'accord des collectifs unitaires, qui nous pose problème.

Voter Marie-George Buffet revient à approuver, tel que cela est présenté, le choix stratégique d'une structuration durable au bénéfice du mouvement antilibéral avec le risque de dilution, à terme, de notre parti et de sa perte d'autonomie politique. Marie-George Buffet serait d'ailleurs, dans ces conditions, candidate entourée de plusieurs porte-paroles et sur un programme qui n'est pas celui du PCF, sans compter les conséquences financières pour notre parti.
Le bulletin de vote ne nous laisse pas le choix d'une alternative "Marie-George Buffet, candidate antilibérale (pourquoi pas!) présentée par le PCF".

Aussi, avec l'accord de nos adhérents, nous considérons par cette motion que Marie-George Buffet est la mieux placée pour représenter le PCF et son programme, en tenant compte du rassemblement du 29 mai et bien au delà de la nécessité de reconquérir une classe ouvrière, des travailleurs et des milieux populaires qui se sentent abandonnés.

Ce vote majoritaire de notre section pour la candidature de la secrétaire nationale du PCF a pour objet également de peser, avec notre Fédération, en faveur d'une candidature communiste au moment où certains, à l'extérieur comme à l'intérieur, militent pour une candidature non-communiste."

Après avoir donné lecture de la motion fédérale, les communistes héninois sont passés au vote.

Pour : 11

Contre : 2

Abstention : 6
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eldiablo 12/11/2006 20:25

Ce terme de "stalinisme" mis à toutes les sauces c'est en fait un peu pénible...quand je dis "petit-bourgeois" je fais référence à ces gens de "gauche" plus ou moins "bobo" qui tendent à utiliser ce terme à tous propos masquant mal leur anti-communisme viscéral. Je ne sais pas si Anna est de ces gens là mais si elle se sent visée que puis-je y faire...Précision: je suis un ex-militant du PCF (plus de 30 ans d'engagement y compris dans des directions)et je ne suis nullement nostalgique de l'URSS où les "purs et durs" du PCUS d'hier sont devenus les capitalistes voleurs du peuple aujourd'hui.

DANTON 12/11/2006 18:50

Salut Anna,Il est en effet légitime de s'interroger sur la place d'une culture politique au sein du PCF, en particulier  lorsque celle-ci a été dans un passé tout proche porteuse de pratiques politiques peu recommandables. Néanmoins, on ne peut pas reprocher au PCF d'essayer de prendre en compte les problèmes de cet "héritage" : - sur la question du manque de démocratie interne, rappelons que le principe du "pluralisme de droit" a été intégré dans les statuts du parti, en réponse à la question de la diversité politique  au sein d'une organisation qui s'était posée lors de l\\\'avant dernier congrès du parti ; (même si l'expérience n'a avouons le, pour l'instant guère été concluante)-sur la question du nationalisme, force est  de constater que ce discours politique a été relativement absent au cours de ces 2 dernières années, étant donné l'investissement non négligeable du PCF sur le projet de traité constitutionnel européen, exprimant ainsi une position forte sur la question européenne ; - maintenant, en ce qui concerne la critique de l'URSS, elle est de mon point de vue nécessaire, à la condition qu'elle n'occulte pas les critiques à formuler envers le fonctionnement  actuel de notre société.Il est en effet judicieux de rappeler que ce blog est animé par la section PCF de la ville d'Hénin-Beaumont, qui voit le Front National faire plus de 30 % à chaque élection, et  dont les délocalisations la touchent de plein fouet  (au risque de faire grincer des dents, ça m'étonnerait que les salariés de l'entreprise Faurécia, actuellement concernés par une réduction d'effectifs drastique, se sentent directement concernés par l'analyse matérialiste de l'URSS)Fraternellement,

Anna 12/11/2006 18:01

La SFIC (1920-1924) avait pour objectif la rupture avec le capitalisme, mais le PCF - créé sur une base à la fois nationaliste et de pur relais des ordres venus des oppresseurs du prolétariat russe - jamais. Le stalinisme est un courant politique, et le PCF actuel en a encore des restes : la bureaucratie, le manque de démocratie interne, un peu de nationalisme. C'est une réalité, et traiter les autres de "petit-bourgeois" ne fait que montrer ton incapacité à débattre. Le "projet de société" que le PCUS portait, il l'appliquait au jour le jour : domination d'une petite minorité sur une majorité, aliénation et oppression économique et politique au profit de la classe dominante, la bureaucratie d'état (cadres du PCUS). Rien de communiste et de marxiste là-dedans. Faudrait voir à vous débarrassez des mensonges venus du passé - et appliquer une méthode d'analyse matérialiste de l'Urss !

DANTON 12/11/2006 17:27

A l'attention de El Diablo : Je pense qu'Anna désignait sous le terme de "stalinisme" le fait qu'à un moment  donné  le PCUS était plus enclin à dépenser son énergie en luttes internes qu'à s'investir pleinement dans le projet de société qu'il portait. Une critique en somme pas bien méchante, et qui ne te visait pas personnellement, du moins pas au point de traiter ton interlocutrice de "petite bourgeoise".Tout comme le stalinisme, je ne vois pas ce que la "petite bourgeoisie" vient faire dans ce débat...Fraternellement,

eldiablo 12/11/2006 12:56

Chère Anna - C'est justement parce que le PCF a abandonné l'objectif de rupture avec le capitalisme (appropriation collective des grands moyens de production et d'échanges et pouvoir du peuple travailleur) qu'il s'est marginalisé et qu'il cherche aujourd'hui le moyen de ratisser large pour sauver ce qui reste de la boutique électorale...d'où le présent débat . Un point c'est tout  et je ne vois pas ce que le stalinisme vient faire là-dedans...peut-être un réflexe de langage petit-bourgeois.

Anna 12/11/2006 01:19

Ce que je trouve dingue, c'est que l'un comme l'autre vous défendez une vision qui fait abstraction de l'objectif communiste : la prise de pouvoir collective (conquête de la démocratie) et l'abolition du capitalisme. A partir de là, vous pouvez avoir une vision différente des questions d'appareils, mais au fond le Communisme est toujours absent...Mais quand est-ce que le PCF se déstalinisera enfin pour de bon ???

eldiablo 11/11/2006 18:50

Donc, dans votre logique, on se sert des "collectifs anti-libéraux" pour tenter de faire plus que les 3,37 % de Hue. A l'électeur PCF on dit : "vous voyez bien Marie George est secrétaire du parti donc c'est la candidate du Parti" et aux autres électeurs ont dit : "Mais non MG Buffet n'est pas la candidate du (seul )PCF puisqu'elle est investie par les collectifs".C'est de l'électoralisme, de la cuisine politicienne...sans moi çà c'est clair!     

David NOËL 11/11/2006 19:14

Vous ne pouvez pas dire ça. D'abord, personne ne se sert des collectifs anti-libéraux. Il y a peut-être quelques stratèges à la tête du parti qui ont imaginé le raisonnement que vous dîtes, mais la grande majorité des militants investis dans les collectifs sont sincères. Le problème, vous le savez bien, c'est que la mutation a dévasté des fédérations entières où les cellules d'entreprise ont disparu et où les sections vivotent. Pour les militants de ces fédérations, les réunions des collectifs leur permettent de renouer des liens avec des sympathisants et d'anciens adhérents du PCF qui se sont repliés sur le seul militantisme associatif ou syndical. Mais il n'y a pas de calcul de leur part. Dans le Pas-de-Calais, nous avons encore une organisation structurée et la stratégie des collectifs serait suicidaire. Quasiment tout le monde est contre. Les gens qu'on rencontre connaissent le Parti Communiste, personne ne sait ce qu'est un collectif unitaire antilibéral. Maintenant, les dés sont jetés, on ne va pas soutenir un dissident ou jeter les tracts à la poubelle. Une campagne, c'est l'occasion de porter un programme devant les citoyens. Je ne vais pas passer mon temps à battre ma coulpe parce que les tracts du national porteront le logo Gauche antilibérale au lieu du logo du PCF.

eldiablo 11/11/2006 18:17

Vous écrivez : "la catastrophe serait que les collectifs choisissent un autre candidat que Marie-George Buffet." Vous êtes donc pour un effacement du PCF en tant que tel lors de l'élection présidentielle. Dans cette logique il s'effacera des législatives et du paysage politique de notre pays...comme l'a fait le PCE en  Espagne....Finalement, c'est peut être une stratégie salutaire qui favorisera la reconstruction d'un Parti Communiste digne de ce nom dans notre pays....

David NOËL 11/11/2006 18:27

Non, pas du tout, je ne souhaite pas l'effacement du PCF lors de la présidentielle, je l'ai déjà écrit de nombreuses fois, la stratégie des collectifs me paraît dangereuse parce qu'elle désorganise le PCF, qu'elle risque de nous couper de notre ancrage populaire et de produire un discours intellectualiste keynésien et trop sociétal qui ne passera pas. Mais il y a eu un congrès, il y a eu un vote majoritaire et c'est la stratégie de rassemblement antilibéral qui l'a emporté.Maintenant, si Marie-George Buffet est choisie par les collectifs, l'effacement du PCF sera limité ; même si vous et moi analysons une candidature de rassemblement antilibéral comme un effacement du parti, les électeurs se moqueront bien de savoir si Marie-George Buffet est candidate du PCF ou des collectifs, chacun sait qu'elle est la secrétaire nationale du PCF.

eldiablo 11/11/2006 17:44

Si je puis me permettre une petite observation: votre vote majoritaire pour MG Buffet nourrit l'ambiguïté que porte cette candidature ("anti-libérale" ou "du PCF") ceci malgré votre motion de "mise au point. L'existence même de cette ambiguïté autour de la candidature de MG Buffet aurait du vous amener à vous abstenir ou a voter  blanc ou bien encore à voter pour un candidat qui se positionne clairement comme "candidat du PCF" et rien d'autre. Que ferez vous si MG Buffet est candidate "anti-libérale" hors PCF et que, par exemple, M.Gremetz se présente comme candidat communiste ?

David NOËL 11/11/2006 18:03

Je comprends votre réaction ; certains camarades ont d'ailleurs soulevé cette question au cours du débat. L'analyse que nous avons faite en comité fédéral et que j'ai défendue en comité de section, c'est que la catastrophe serait que les collectifs choisissent un autre candidat que Marie-George Buffet.Dans ce cas-là, soit le PCF va jusqu'au bout du rassemblement (et je souhaite bon courage aux camarades qui iront distribuer un tract pour José Bové à la sortie des usines...), soit il présente quand même Marie-George Buffet et donc brise les aspirations unitaires en apparaissant comme le diviseur. Dans les deux cas, on court à la catastrophe. Pour enrayer la catastrophe, le seul choix qui nous restait était de voter pour Marie-George Buffet en lui donnant une forte légitimité, que les collectifs ne pourront pas ignorer.Si Marie-George Buffet est choisie par les adhérents du Parti et par les collectifs, nous ne soutiendrons pas une candidature communiste dissidente. J'espère que Maxime Gremetz et Jean-Jacques Karman n'iront pas jusque là, ce serait dramatique. Je pense qu'au contraire, les camarades qui craignent un discours antilibéral trop fade, trop sociétal et pas franchement communiste doivent rester mobilisés et rattraper les dégâts à leur niveau. Je vous invite à lire l'analyse de La Riposte sur cette question, une analyse que je partage très largement : http://www.lariposte.com/Consultation-interne-au-PCF-le-point-de-vue-de-La.htm