Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Pancho 15-02-03 (illustration10)L’Assemblée Nationale a finalement rejeté le 18 février dernier la motion de censure déposée par les députés socialistes, communistes, verts et radicaux de gauche à l’encontre du gouvernement.

En choisissant mercredi 15 février de recourir à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution, Jean-Pierre Raffarin engageait la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi de réforme des modes de scrutin.

L’ensemble des formations de gauche, associées pour l’occasion à l’UDF de François Bayrou et au MPF de Philippe de Villiers, avaient décidé de mener une véritable guérilla parlementaire contre le projet de loi du gouvernement, notamment en déposant 13 248 amendements. Alain Juppé et Philippe Douste-Blazy, les initiateurs de la réforme des modes de scrutin ambitionnaient à la fois de réduire la vie politique française à un duopole UMP/PS, de limiter l’influence de l’UDF qui obtient traditionnellement de bons scores aux élections européennes, et d’exclure le Front National des exécutifs régionaux en 2004.

François Bayrou et Philippe de Villiers qui étaient montés au créneau contre la réforme des modes de scrutin, se sont vivement opposés à leurs « alliés » de l’UMP, mais ont refusé de s’associer à la motion de censure déposée par la gauche.

Avec 177 voix – il en fallait 288 pour renverser le gouvernement – , la motion de censure est donc logiquement rejetée, mais la bataille parlementaire laissera des traces ; plus divisée que jamais, la majorité a étalé au grand jour ses divisions, tandis que l’image consensuelle de Jean-Pierre Raffarin, patiemment construite à coups de déclarations toutes plus grotesques les unes que les autres (la route est droite, mais la pente est forte…), commençait à se lézarder.

A cet égard, la journée du 18 février marquera sans aucun doute un tournant majeur pour le gouvernement Raffarin et annonce un  remaniement plus que probable afin de donner un  nouveau souffle à une équipe partiellement discréditée.

David NOËL


Source : Le Bretzel
Numéro 10, mars 2003

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article