Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Méricourt

Archives

 

Publié par David NOËL

Hier soir, les communistes d'Hénin-Beaumont étaient réunis en comité de section.
L'occasion de se prononcer sur la candidature de Marie-George Buffet comme le Conseil National l'avait décidé samedi.

Faute de temps, il n'était pas matériellement possible d'organiser un vote par correspondance de tous les adhérents de la section et ce sont les militants présents au comité de section qui se sont donc prononcés.

11 militants s'étaient faits excuser. A la veille des vacances, cette consultation n'a pas mobilisé nos militants et on les comprend : le mois dernier, déjà, les militants de la section d'Hénin-Beaumont avaient majoritairement voté pour Marie-George Buffet. La semaine dernière, nous avons dû consulter nos adhérents pour envoyer une motion de la section d'Hénin-Beaumont au Conseil National exigeant la candidature de Marie-George Buffet.

Hier soir, nous votions donc pour la troisième fois (en un mois !) pour désigner Marie-George Buffet. Sur 14 militants présents hier soir, 12 se sont prononcés pour le maintien de la candidature de Marie-George Buffet et deux ont voté blanc.

Les résultats sont sans appel et ont été transmis dès hier soir à la Fédération et à la direction nationale du PCF.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Maintenant que la stratégie d’effacement du PCF avec les « collectifs » est en échec, va-t-on enfin pouvoir faire voter communiste en 2007 ? <br /> <br /> Marie-George Buffet devrait annoncer sa candidature à la Présidence de la République jeudi 5 janvier 2007, au lendemain de la réunion du Conseil national de notre parti. Les leaders autoproclamés des « collectifs » de la gauche antilibérale l’ont d’avance récusée parce qu’elle est secrétaire nationale du PCF. L’opération d’effacement du PCF derrière ces « collectifs » à l’occasion des échéances électorales se trouve ainsi en échec. Nous nous en félicitons. Voilà trop longtemps, plus de six mois, que le parti est englué dans les calculs électoralistes de la « gauche de la gauche », à mille lieues des préoccupations du monde du travail et de ceux qui luttent contre la politique au service du capital. Le spectacle affligeant de la réunion nationale des « collectifs » les 9 et 10 décembre a fini de révéler leur caractère politicien, peu populaire, le vague de leurs positions « antilibérales », mais l’anticommunisme affirmé d’une bonne partie de leurs composantes. Il n’est que temps de sortir de l’impasse totale qu’ils représentent aussi bien pour l’avenir du PCF que pour l’alternative politique. <br /> <br /> Cela n’est en rien contradictoire avec le développement d’actions unitaires ponctuelles. Ces dernières semaines, l’attachement actif manifesté par de nombreux communistes à leur Parti et à son identité, comme a contrario l’allergie parfois hystérique à toute référence communiste de certains tenants des collectifs, notamment des plus arrimés à la social-démocratie, ont montré la persistance et la résistance du fait communiste dans notre pays. Pour certains, il est insupportable, pour d’autres, dont nous faisons partie, il est irremplaçable. Un potentiel existe toujours pour faire vivre le PCF malgré les choix d’effacement et de reniements idéologiques mis en œuvre depuis la « Mutation » par la direction de notre parti. Maintenant l’ensemble du Parti, mais singulièrement la direction nationale sont au pied du mur. <br /> <br /> Le Parti doit cesser d’enter en campagne à reculons, de mettre notre drapeau dans la poche. Persévérer dans ces choix, après le désaveu des derniers jours, serait proprement aberrant. Toutes les concessions à la stratégie des collectifs sont caduques. Marie-George Buffet ne doit pas se mettre en congé de ses responsabilités dans le PCF. Le Parti n’a aucune raison de payer un siège de campagne en dehors de ses locaux. Il est inconcevable de laisser M.Debons ou Mme Autain être directeur et porte-parole de la campagne, de leur donner le temps de parole du PCF dans les media… Enfin, après la leçon des collectifs pour la présidentielle, ceux qui souhaiteraient la reproduire pour la désignation des candidats aux législatives sont masochistes ou malveillants. Désignons tout de suite nos candidats !<br /> <br /> Le PCF doit rompre clairement avec les orientations qui ont conduit aux 3,37%. <br /> <br /> Le résultat de 2002 est la sanction d’une politique de reniement de la raison d’être de notre parti, marquée par la participation active à un gouvernement qui a loyalement servi les intérêts du capital. Il n’est pas la sanction « historique » du parti communiste en tant que tel. Il est incroyable d’entendre certains dirigeants prédire déjà un score de 2 ou 3%. Ce sont des positions de capitulation ! Elles correspondent à une orientation qui refuse de sortir des choix de la « Mutation ». Il va de soi que nous sommes tout autant opposés à ceux qui continuent de se replier sur une conception étriquée du PCF, satellisé au PS, pour garder quelques positions institutionnelles sur le terrain politicien qu’à ceux qui cherchent l’effacement du PCF et l’arrimage à la social-démocratie via la gauche mouvementiste et les « collectifs ».   <br /> <br /> Dans une certaine mesure, les résultats des listes indépendantes, présentées clairement au nom du PCF, aux régionales de 2004, notamment dans les régions Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Auvergne, ont montré des possibilités de relèvement électoral. <br /> <br /> Pour notre part, nous nous prononçons pour une campagne communiste se fixant comme priorité de nourrir le rapport de forces contre la politique au service du patronat tel qu’il se développe dans les luttes et dans la suite du 29 mai 2005. Les ruptures avec le modèle de la « gauche plurielle », avec le consensus autour de l’intégration européenne, à l’heure où le projet de « constitution » est remis en chantier, sont fondamentales. Retraites, services publics, défense de l’industrie, du droit du travail…, seul le PCF peut et doit faire monter dans le pays les positions de classes qui rendront impossibles les mauvais coups que les forces de l’alternance programment pour 2008.<br /> <br /> Sur ces bases, la campagne électorale doit être l’occasion de faire vivre le PCF. En ce qui nous concerne, nous nous engageons à continuer à le faire.
Répondre
E
Que quelques profs ou autres bobos aient voté pour Autain (ou autres "enculeurs de mouches"anti-communistes )qui n'a  jamais vu un capitaliste ailleurs que dans les cocktails organisés par le maire social-libéral de Paris çà ne fait pas de doute. Maintenant, que les ouvriers et employés aillent voter pour MG Buffet c'est une autre histoire....
Répondre
L
C'est purement et simplement un mauvais choix... car cela signifie la fin du rassemblement antilibéral... Et donc au final une candidature marie-Georges Buffet à 5 % maxi !Bref une candidature-Coluche comme on le dit !
Répondre
D
Le contraire aurait été un mauvais choix. Présenter Autain, Salesse ou Bové aurait immédiatement provoqué une grave crise au sein du Parti Communiste et notre électorat ne se serait pas reconnu dans une candidature de ce type. Dans quelques villes, quelques professeurs et étudiants sympathisants de la LCR auraient voté pour Autain ou Salesse candidats de rassemblement, mais combien d'ouvriers, d'employés, de chômeurs, en retour, auraient fait un choix inverse ou se seraient abstenus ?Il faut bien voir que les collectifs existants se réunissent depuis des mois pour discuter et encore discuter... Rien de concret n'est sorti de ces discussions, à part un programme que personne n'a diffusé et un 4 pages que personne n'a diffusé. Quelle perte de temps ! Ce n'est pas des les collectifs qu'il faut être, mais dans les luttes, sur le terrain, c'est là que nous sommes attendus.Autain, Salesse, Braouezec et les autres ne demandaient qu'une chose : la dissolution du PCF dans un nouveau PSU. Très peu pour moi, ce n'est pas mon projet politique, ce n'est pas comme cela qu'on remobilisera les électeurs qui ne croient plus en la gauche.