Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Après Guy Delcourt, Gervais Martel, Daniel Percheron et Jean-Pierre Kucheida, c'est le député socialiste de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg qui sera l'invité d'honneur des voeux du maire, dimanche 28 janvier.

Evidemment, Arnaud Montebourg ne viendra pas en qualité de député, mais comme lieutenant de Ségolène Royal.

Arnaud Montebourg est un politicien talentueux et un orateur brillant, que l'on dit dévoré d'ambitions.

Il reste que son combat pour une Sixième République parlementaire va dans le bon sens.
Sa tribune libre dans Libération contre la Suisse et le dumping fiscal a suscité la colère des banquiers et des patrons suisses et rien que pour ça, on ne peut qu'éprouver une forme de sympathie pour Arnaud Montebourg.

Après avoir écumé tous les plateaux de télévision, Arnaud Montebourg s'est subitement rallié à la critique des médias et a juré qu'il ne mettrait plus les pieds dans des émissions people. C'est encore un bon point à l'actif du porte-parole de Ségolène Royal, même s'il vient tardivement.

En novembre 2005, Arnaud Montebourg a été un des seuls dirigeants socialistes (avec Marc Dolez et Gérard Filoche) à refuser la synthèse finale du congrès du Mans.

Pour toutes ces raisons, Arnaud Montebourg était un homme sympathique... jusqu'en juillet dernier.
Personne n'a compris pourquoi le chef de file de Rénover Maintenant s'est rallié à Ségolène Royal jusqu'à devenir son porte-parole. Huit mois après avoir refusé de voter la synthèse socialiste, ce retournement de veste spectaculaire n'honore pas son auteur.

A tout prendre, on préfère encore un Jean-Luc Mélenchon qui a oeuvré jusqu'au bout pour une candidature unitaire de la gauche antilibérale.

Arnaud Montebourg viendra donc à Hénin-Beaumont dimanche 28 et on imagine qu'il portera la bonne parole "royaliste". Venant d'un homme politique qui a trahi ses amis et ses idéaux en échange d'un plat de lentilles (et d'un futur maroquin ministériel ?), on se demande quel exemple Arnaud Montebourg pourra bien montrer à son hôte Gérard Dalongeville et aux Héninois qui viendront l'écouter.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

makhno 10/05/2007 07:22

En république, le peuple est souverain, le peuple a décidé, nous devons nous soumettre, faute de quoi, nous ne pourrions pas exiger dans la situation inverse (que je ne désepère pas voir un jour se produire), la réciproque.
Que "l'idéologie dominante" et tous les outils à son service aient  sévi pendant la campagne, cela ne fait aucun doute et c'est pas nouveau, mais c'est la règle du jeu.
Il est particulièrement important au moment où la droite dure maintenant élue s'apprête à porter des coups très grave au "pacte républicain" de respecter cette règle avec beaucoup d'attention si nous voulons être crédible auprès du plus grand nombre. C'est ce "plus grand nombre" qui m'intéresse et pas les groupuscules énervés qui prennent leurs désirs pour des réalités.
Cordialement

savary Ulrich 09/05/2007 19:50

Je partage ton avis David. Sarkozy a été élu, on ne peut pas contesté ce fait. D'autant que les manifestations violentes de quelques dizaines de personnes servent l'UMP alors que ce parti n' a pas encore dégainé son programme de casse sociale. Donc soyons calme et réfléchissons au moyen pour  donner un sens politique aux luttes. Adhérer au PCF ou à la JC peut être un moyen.
Ulrich Savary.
 

action 08/05/2007 18:27

Coucou à Tous.
On rappelle à tous qu'il faut se mobiliser le 16Mai.
Ce jour là, il faudra être des dizaines de milliers à paralyser la France durant des actions eclairs de toutes natures.
Si M.Sarkozy a leuré 53% de Français, il n'en va pas ainsi de la jeunesse.
Envoyons un signal à tous les pays, pour leur montrer que nous ne soutenons pas ce gouvernement pro Bush/Berlusconi.
Soyez à la hauteur de la violence des propos de Sarkozy et de son incompétence. Soyez à la hauteur du bordel qu'il va foutre pendant 5ans, et qu'il va falloir refuser en passant par la Rue, comme nous l'avons fait pour le CPE...
Bon courage

David NOËL 09/05/2007 12:11

Bonjour, Je valide ce message, mais je suis en désaccord avec vous. Nicolas Sarkozy a été élu, son élection est légitime. Il n'y a pas de raison de se mobiliser le 16 mai. Ce ne serait pas un comportement démocrate.Par contre, rien ne dit que les électeurs aient signé un chèque en blanc à Nicolas Sarkozy pour briser le droit de grève et casser le code du travail. Le moment venu, quand Nicolas Sarkozy présentera ses projets, le mouvement social devra alerter les citoyens de ce pays sur leur véritable contenu. Souvenez-vous de décembre 95 et du conflit contre le CPE. Sur des points précis, nous pouvons encore lui faire échec dans la rue, rien n'est perdu.

Benji & Aurore 16/01/2007 19:14

Cette lettre à été envoyée à chaque candidat portant l’étendard « anti-libéral » à l’élection présidentielle 2007,  à savoir Clémentine Autain, José Bové, Marie-George Buffet, Arlette Laguiller et Olivier Besancenot.
 
 
         Nous sommes deux jeunes communistes âgés de 19 ans particulièrement intéressés par l’approche des élections présidentielles, ce qui nous amène à nous pencher sur les ambitions et les programmes des différents candidats.          C’est à ce propos que nous vous envoyons cette lettre.
 
         Désunion et affrontements au sein du PS, rassemblement politique de
Le Pen et Mégret, médiatisation croissante de François Bayrou, intronisation de Nicolas Sarkozy à l’UMP, et, le plus regrettable, fiasco de la (maigre) tentative d’union anti-libérale ; voilà les événements « majeurs » qui ont pu marquer les français tout au long de la « course a l’Elysée ».
Oui, « fiasco de la tentative d’union anti-libérale » car il s’agit bien là d’un véritable fiasco. Et oui, « maigre » car cette tentative était bien maigre, ne regroupant même pas la « gauche de la gauche » mais seulement quelques candidats soucieux de leur image. (Notons que la proposition d’union planait depuis un moment dans l’esprit d’un certain Olivier Besancenot mais que les refus ont été catégoriques.) 
 
Bon nombres de vos camarades sont très certainement déçus par votre comportement, qui va à l’encontre des valeurs que vous dites porter, à savoir l’unité et la solidarité. Si vous, qui prônez ces valeurs, n’êtes même pas capable de les appliquer à petite échelle, comment voulez-vous faire croire au peuple que vous les appliquerez à grande échelle ?
Votre succès personnel est t’il plus important qu’une amélioration pour la communauté toute entière ?  Car il s’agit bien là de succès personnel, je ne vois pas d’autre mots. A vous tirer dans les pattes, n’espérez même pas
atteindre les 5%.
Le rouge de votre, de notre drapeau devrait-être celui de la honte, car paradoxalement, même Le Pen et Mégret ont réussi à s’unir.
Cependant, cette situation malheureuse fait des heureux au sein des autres partis, en particulier au sein du PS qui profite de cette situation ridicule pour détourner des voix de l’extrême gauche.
Il est vrai que certaines personnes préfèrent voter PS tout en sachant que s’ils votaient extrême-gauche, leur voix ne porterait pas ses fruits, même si les idées portées par la gauche de la gauche peuvent les séduire ; car, et ceci nous avons eu le regret de l’entendre plusieurs fois, « pourquoi voter pour eux ? De toutes façons, ils ne passeront jamais ! »
         Hélas, ils ont raison, nous savons fort bien qu’en votant extrême-gauche nous n’auront pas le frisson de découvrir si notre candidat est au deuxième tour (ce qui est fort dommage) car nous savons d’avance qu’a cause de votre désunion égoïste et obstinée, les dés sont déjà jetés, et que notre voix n’est rien de plus qu’un coup d’épée dans l’eau, voire un vote pour un concours de popularité.
 
         Pourtant, il ne tient qu’à vous de nous faire frissonner, en rassemblant
vos 3% de ci 4% de là en un joli 15%, qui pourrait peser sur la balance !
Etant donné que les intentions de vote pour Bayrou et Le Pen sont en augmentation, au détriment de Sarkolène et Ségozy, seule une union de l’extrême gauche pourrait nous faire aller au second tour.
Car comme l’à récemment dit Oliver Besancenot, « On ne se présente pas aux élections pour le fun, on veut que nos idées soient appliquées », ne restez donc pas que des beaux parleurs, porteurs de votes contestataires.
         Certains nous diront que les choses ne peuvent changer uniquement « que par des révolutions venues d’en bas, n’impliquant non pas un président de la république tout seul, ni même une centaine de personnes, mais l’action collective de centaine de milliers, de millions de femmes et d’hommes déterminés à changer leur existence. » (A. Laguiller).
A ceux-là nous leur répondons que la révolution vient aussi des urnes. Beaucoup ont considéré le 21 Avril 2002 comme une révolution, mais pourquoi pas une véritable révolution, venant de l’autre côté, du bon côté ?  « Le succès, s’il y’en à un, on le trouvera de ce côté-ci » (A. Laguiller).
Car il ne faut pas oublier que c’est des millions d’hommes et de femmes qui se dirigent vers les urnes, déterminés à changer leur existence, de manière démocratique.
 
         Même si les médias ne font pas tout, il est vrai qu’ils prémâchent l’opinion politique des français, en annonçant dors et déjà un second tour Royal (et toute sa bravitude) contre Sarkozy, et que dans ces campagne de plus en plus américanisées, la médiatisation est une des clefs du succès d’un candidat.
(Médias qui, rappelons-le, envisagent un Le Pen au second tour, mais qui excluent totalement le fait que VOUS puissiez y arriver, ce qui n’est d’ailleurs pas très étonnant aux vues de vos guéguerres inutiles).
Et justement, une union de l’extrême gauche pourrait faire parler d’elle, et permettre de dédiaboliser ces partis, qui sont plus vus comme des stalinistes bolcheviks se tapant les uns sur les autres, que comme de véritables partis démocratiques.
 
En tant que tels, il est normal que le candidat choisit pour cette union ne soit pas là pour représenter son seul parti, mais un programme commun à « la gauche de la gauche », pour enfin prôner un véritable changement.
Il est aussi normal de connaître quelques divergences d’opinions, mais pas au point de faire cavalier seul (en ayant la prétention de se croire le seul et l’unique candidat capable de représenter la gauche de la gauche), et, par la même occasion, de réduire à néant les espoirs de millions de camarades et de sympathisants.
La solution n’est pas dans la bouderie mais dans le dialogue, car l’important n’est pas dans le casting, mais dans le scénario.
Et si le véritable désaccord est de savoir qui sera le porte-parole de la coalition, pourquoi ne pas proposer un vote, non pas aux adhérents des différents partis concernés, mais à tous les sympathisants, qu’ils aient ou non leur carte de parti ?
 
Vous l’avez compris, nous vous appelons à vous unir, vous, anti-libéraux, qui ne vous soumettez pas à la loi du plus fort, mais des plus fort, car c’est l’union qui fait la force. Montrez-leurs qu’ils ont tort.
« Nous ne sommes rien, soyons tout ».
 
                  
 
                  Amitiés communistes,
 
                                                        Aurore Foucaud,
                                                        Benjamin Le Coat.