Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

José Bové s'est donc lancé dans la course présidentielle et sa candidature, si elle va jusqu'au bout, sera une candidature de division.

Soyons clairs : José Bové est un militant antilibéral et écologiste, un altermondialiste courageux et sincère qui a payé de sa personne. Ses actions de désobéissance civile contre les OGM sont justes et nous les avons soutenues.
José Bové est un camarade et nous sommes bien dans le même camp pour peu que l'on considère que par delà les divisions, la gauche de la gauche forme bien un espace politique propre.

Il y a si peu de divergences programmatiques entre José Bové et Marie-George Buffet que tous les deux ont le même programme, élaboré par les comités unitaires antilibéraux.

Nos divergences ne sont pas programmatiques, elles sont politiques et elles comptent quand même : José Bové et ses amis veulent créer une nouvelle force politique, entre le PS et le PCF, sur le modèle du PSU des années 70 (dont les Alternatifs sont les lointains héritiers).

Un certain nombre de militants altermondialistes sont déçus par les partis politiques et auraient voulu que le PCF disparaisse et se fonde dans cette nouvelle formation.

Toute la question est donc de savoir si une éventuelle formation de type PSU dans laquelle nous nous serions inscrits aurait pu rassembler plus de militants que le PCF, être plus efficace dans les luttes et porter un programme plus révolutionnaire permettant de toucher plus largement les classes populaires.

Si cela avait été le cas, il aurait fallu y réfléchir et peser le pour et le contre, sans parti pris.

Oui, mais voilà, tout ce qui s'est passé dans les collectifs montre bien que la dynamique espérée par certains n'a pas eu lieu et n'aura pas lieu. Sauf exception, les collectifs ne se sont pas battus contre le CPE et on n'a pas entendu José Bové sur cette question ; sauf exception, les collectifs n'ont réalisé aucun travail en direction des entreprises. Les collectifs sont restés des cercles de réflexion et de discussion électoraliste sociologiquement homogènes : on y trouve essentiellement des professeurs et des étudiants et ils ont été surtout actifs dans les grandes villes universitaires.

Dans le même temps, le PCF s'est renforcé. Partout où nous menons un travail de terrain sérieux, nous gagnons des adhérents et personne ne vient nous reprocher d'utiliser notre nom et nos couleurs.

José Bové prétend aujourd'hui incarner les collectifs. Outre que cette prétention est mensongère (la majorité des collectifs ont voté pour Marie-George Buffet !), José Bové est revenu dans le jeu à la suite d'une pétition douteuse qui a recueilli 30 000 signatures qui lui ont permis d'être désigné candidat par acclamation. On est en plein dans une démarche plébiscitaire.

Les sondages, même si on sait le peu de crédit qu'il faut leur accorder, montrent qu'avec 2 à 3 % d'intentions de vote, José Bové ne crée aucune dynamique. Sa candidature ne peut donc qu'affaiblir celle d'Olivier Besancenot (qui manque de parrainages) et surtout celle de Marie-George Buffet taxée contre toute évidence d'avoir divisé la gauche antilibérale alors que sa campagne rassemble des citoyens de tous horizons, des jeunes et des syndicalistes qu'on a pu voir au Zénith, le 23 janvier dernier.

Pour toutes ces raisons, et même si on respecte José Bové, sa candidature serait une candidature de trop et une candidature de division et on espère que José Bové et ses amis le comprendront. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christophe CAVAILLES 05/02/2007 14:14

Pour un autre point de vu politique voir le blog :
http://www.christophecavailles.net
 
° )

Gaëtan 04/02/2007 22:12


Lycéens, Parents, Professeurs
Tous mobilisés le Jeudi 8 février !!
 
 La rentrée 2007 s’annonce désastreuse pour les établissements scolaires d’Hénin-Beaumont :
 
-         Suppressions de 3 à 7 postes d’enseignants à Pasteur, de 2,5 à Darchicourt
-         Effectifs en hausse dans toutes les classes ( 30 à 35 élèves)
-         Regroupements en langues, classes supprimées ou menacées ( une seconde à Pasteur)
-         Manque de moyens pour fonctionner normalement
 
Alors que des entreprises héninoises comme Sublistatic et Energy Plast,  subissent des licenciements boursiers, les fermetures de classes et les pertes d’emplois dans l’éducation amplifient la catastrophe sociale que représente le chômage.
 
Unis contre le CPE, nous avons gagné ! C’est encore possible de faire reculer de Robien et Sarkozy !!
 
Les élus du CVL et ceux du CA du lycée Pasteur vous appellent à participer à la journée de grève nationale
 
le jeudi 8 février :
 

MANIFESTATION à HENIN, rdv : 8h 30 au lycée Pasteur
 
MANIFESTATION à LILLE, départ : 14h 30, Porte de Paris
 

 
 

David NOËL 05/02/2007 11:13

Bonjour Gaëtan, nous allons mobiliser pour cette manifestation, je mettrai en ligne demain sur le blog le tract d'appel à la manifestation que nous distribuerons mercredi matin. Cordialement,

el diablo 04/02/2007 16:50

Pour peu que l'on soit à l'écoute et que l'on lance la discussion sur ce terrain, qu'entend  t-on sur les lieux de travail ? D'abord que de nombreux salariés sont totalement déboussolés et ne savent plus à quel saint se vouer : 25 ans d'alternance droite/ gauche (y compris PCF) çà laisse des traces...D'autre part que, pour beaucoup, il ne s'agira pas de voter pour un candidat et son programme mais d'utiliser un bulletin de vote, soit pour exprimer une colère (pas toujours bonne conseillère...) ou un rejet du candidat favori de la grande bourgeoisie capitaliste. Je connais des électeurs potentiels, disons, de la « gauche du PS », qui sont prêts à voter Royal ou même Bayrou dès le 1er tour pour barrer la route à Sarkozy.  On voit bien, qu’avec cette Constitution, la démocratie est bafouée et que le vote du 22 avril ne traduira pas réellement les aspirations populaires.  Avec l’expérience acquise, tant sur le plan national qu’international, je pense qu’un communiste aujourd’hui doit s’interroger sur l’attitude la plus efficace à avoir, pas tant pour battre la droite que pour définir une politique et une stratégie qui ouvre  la voie à des changements progressistes. En effet : à quoi sert de battre la droite si 5 ans après elle revient au pouvoir encore plus réactionnaire et anti-sociale ? ( à ce compte là si l’on a pas Sarkozy en 2007 nous aurons peut-être Le Pen en 2012 !). Sincèrement, il faut réfléchir à forger un autre outil que le PCF actuel qui soit l’outil du monde du travail, sortir du discours riches/pauvres et renouer avec l’analyse théorique autour d’exploiteurs/exploités. Très franchement en polémiquant autour de la candidature Buffet , Bové et autres vous êtes, de mon humble point de vue, très largement hors sujet !           
 

Laurent et Sabine 04/02/2007 13:04

Ce qui arrive à l'extrême gauche, c'est une sorte de retour de boomerang !! Comme quand je t'ai parlé de la division de la gauche et du fait que la candidature Buffet était une candidature de divisions !Et voilà !!!

David NOËL 04/02/2007 13:22

Mon cher Laurent, il faudrait que tu exposes plus clairement ton point de vue, parce que je ne vois vraiment pas en quoi notre candidature est une candidature de division.A l'exception des présidentielles de 1974 où le PCF a soutenu Mitterrand dès le premier tour dans le contexte d'union de la gauche, le PCF a toujours présenté un candidat à l'élection présidentielle. Toutes les formations politiques présentent leur candidat à l'élection présidentielle, la présidentielle sert de vitrine pour avancer des idées. Au nom de quoi le PCF devrait-il y renoncer ? Nous avions fait une alliance avec de petites organisations antilibérales, il y a eu vote, Marie-George Buffet a été désignée par 61 % des collectifs. J'entends bien les arguments de ceux qui disent "le PCF, c'est ringard, présentons un homme (ou une femme) providentiel(le), comme José Bové ou Clémentine Autain qui soit antilibéral, mais pas étiqueté communiste pour faire plus de voix". Mais c'est absurde, ce n'est pas une question d'étiquette, c'est une question de programme et de présence sur le terrain. Saborder son organisation, ce n'est pas le meilleur moyen d'être présent sur le terrain. Se fondre dans une confédération aux contours flous, ce n'est pas le meilleur moyen d'avoir un programme clair.