Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

2 000 personnes à Avion pour le meeting de Marie-George Buffet ? Ce n'était pas gagné d'avance. La pré-campagne a été douloureuse pour le PCF et les sondages en berne auraient pu décourager certains communistes.

Mais comme l'a rappelé notre secrétaire fédéral Jean-Claude Danglot, "Ici, dans le Pas-de-Calais, on est fiers d'être communistes, on ne va pas s'égarer dans d'autres pâturages".
La Fédération communiste du Pas-de-Calais avait invité chaque section à mobiliser ses adhérents et à organiser des bus pour assurer le succès du meeting d'hier. Dans les semaines qui ont précédé le meeting, nous avions annoncé la venue de Marie-George Buffet dans un tract fédéral distribué par une société de distribution dans tout le département, dans notre bulletin de section L'Héninois.Com ainsi que dans nos bulletins d'entreprise comme L'Equipementier automobile.

La soirée a commencé dans la bonne humeur avec la Compagnie Jolie Môme, toujours formidable. Les chansons entraînantes de cette troupe engagée auront chauffé la salle.

Marie-George Buffet est arrivée à 20h, après avoir passé l'après-midi en compagnie des salariés d'Energy Plast et de syndicalistes de l'hôpital de Lens.
A la tribune, autour de Marie-George Buffet, tous les candidats communistes aux législatives dans les 14 circonscriptions du Pas-de-Calais étaient là, avec les membres du bureau fédéral, le secrétaire des Jeunesses Communistes d'Avion et des délégations de salariés d'Energy Plast et de l'hôpital de Lens.

Tour à tour, Jacques Robitail, maire d'Avion, Jean-Claude Danglot, sénateur du Pas-de-Calais et secrétaire fédéral, Alain Bocquet, député-maire de Saint-Amand et président du groupe communiste à l'Assemblée Nationale et Jacky Hénin, député européen et maire de Calais, ont pris la parole pour appeler à voter Marie-George Buffet, le seul vote utile pour battre la droite et en finir avec la misère et la précarité.

C'est à 21h que Marie-George Buffet a pris la parole. Pendant une demie-heure, elle a renvoyé dos à dos François Bayrou et Nicolas Sarkozy et martelé ses propositions pour une vraie alternative à gauche en matière de logement, de santé, de retraite, d'emploi, de service public, ou encore de sécurité sociale professionnelle.

Combative et pleine d'énergie, Marie-George Buffet a été très applaudie par le public.

Les communistes du Pas-de-Calais sont plus motivés que jamais et bien décidés à faire mentir les sondages !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

el diablo 17/03/2007 17:22

Vous lirez, ci-dessous, une lettre ouverte adressée par un militant communiste à la  candidate de la "gauche populaire et anti-libérale" à l'élection présidentielle. Chère camarade Marie-George,

Je viens de lire ton appel "pour un sursaut à gauche".
Je ne t'apprendrai probablement pas qu'à sa lecture, parmi ce qu'il reste de l'électorat du PCF, il en est qui vont comprendre que pour éviter le danger de droite, il ne leur reste plus qu'à voter PS dès le premier tour. Est-ce l'objectif ?
Comme la majorité de nos concitoyens, tu sais que l'élu de cette présidentielle, quel que soit son sexe, qu'il soit de droite ou de gauche, a déjà fait le choix du capital contre le travail. Malgré l'explosion des profits, malgré les 100 milliards de bénéfice des entreprises du CAC, tous les présidentiables refusent l'augmentation immédiate du SMIC à 1.500 euros ; tous sont sourds à ce peuple qui demande de quoi vivre, se loger, se soigner, travailler, étudier.
 
Dans ces conditions, qui peut s'étonner que, parmi les électeurs estimant qu'il n'y a plus que par la rue que l'on pourra améliorer l'existence, certains se demandent si, pour les luttes de demain, l'intérêt n'est pas d'élire un président qui leur paraît "faible", Bayrou en l'occurence ? Sans doute n'ont-ils pas remarqué que déjà, au PS, il en est qui s'agitent pour gouverner avec lui.
 Dans cette élection dont le résultat est connu d'avance, où, comme pour le Traité constitutionnel européen, les médias ont depuis longtemps choisi à la place des électeurs, alors que l'expérience de nos concitoyens les a conduit à la défiance de la gauche, n'y a-t-il rien de neuf à proposer à celles et ceux qui, le 29 mai 2005, ont su mettre en échec la nouvelle phase de l'Europe du capital, à cette classe ouvrière qui se bat contre la casse boursière de la France, à la jeunesse qui s'est mobilisée contre le CPE et à celle dont la désespérance à mis le feu aux banlieues ? Qu'est-ce qui pourrait changer la donne, sinon une utilisation insurrectionnelle du bulletin de vote ?
 
Aux électrices et électeurs à qui l'on demande de choisir à quelle sauce ils vont être mangés, ne faut-il pas proposer de crier haut et fort qu'ils refusent d'être mangés ?
 
Je te prie de croire, chère camarade, à mes sentiments communistes.
 
Jean-François A.