Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Patrice Cohen-Seat était mardi l'invité des 4 vérités sur France 2.
La vidéo de l'émission est en ligne sur notre blog.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CMG 01/04/2007 12:40

La lutte continue contre les décrets de Robien! Le boycott du bac blanc a été voté par les enseignants du lycée Pasteur.
Pour expliquer notre action, vous lirez ci-dessous la lettre que nous avons envoyée aux parents d'élèves

LES ENSEIGNANTS DU LYCEE PASTEUR BOYCOTTENT LE BAC BLANC

Après un vote à bulletin secret, les enseignants du lycée Pasteur et du lycée professionnel se sont prononcé pour le boycott du bac blanc. La direction de l'établissement a pris acte de ce vote, et a annulé la semaine d'épreuves banalisées prévues pour les classes d'examen.

Nous sommes des enseignants responsables et soucieux de la réussite de nos élèves. Beaucoup d'actions sont menées au lycée, par nous mêmes, pour nos élèves, en dehors de nos obligations statutaires: des bacs blancs et des devoirs surveillés supplémentaires par exemple, mais aussi d'autres activités, avec un objectif plus large d'ouverture culturelle et citoyenne au monde. Ainsi, certains d'entre nous animent un centre de Ressources pour l'aide aux devoirs, d'autres s'occupent d' un club scientifique ou technologique. D'autres encore, dirigent un laboratoire, organisent des voyages culturels ou des sorties au théâtre...


Mais, d'année en année, nous travaillons dans des conditions de plus en plus hostiles:

-Les dernières réformes, notamment la loi Fillon, contestée par tous, enseignants, élèves et associations de parents, n'est qu'un vaste plan de réduction d'ambitions et de moyens pour l'Ecole. Un système à deux vitesses se met en place. Un service minimum pour la plupart, et des cours privés pour ceux qui en ont les moyens. Les familles modestes et leurs enfants sont les premières victimes de cette mort annoncée de l'Ecole pour Tous.
-Les budgets d'austérité conduisent chaque année à des milliers de suppressions de postes d'enseignants: 5000 au total à la prochaine rentrée, 701 pour l'Académie et 54 pour le Bassin minier! Notre établissement qui perd une seconde, s'engage, lui aussi, vers plusieurs années de perte de postes. Des collègues sont mutés parfois à l'autre bout de l'Académie. D'autres, de plus en plus nombreux, ont un service partagé entre plusieurs établissements. Les effectifs des classes augmentent ( sans doute plus de 30) alors qu'il est attesté que les élèves réussissent mieux dans de petites classes. Là encore, les familles et les élèves paieront la note.

- Les décrets de Robien alourdissent notre charge de travail ( 1 heure en plus par semaine, donc une augmentation de 6 % environ de notre temps de travail )Alors que toutes les études sur notre profession, y compris celles du ministère, admettent un temps de travail réel hebdomadaire compris entre 39 et 45h. Nous sommes loin des 18 heures de cours par semaine!
Ces décrets mettent aussi en place la bivalence ( enseignement de deux matières). Les professeurs de langue pourront enseigner le français ou l'histoire pour complèter leur service.C'est la qualité de nos enseignements qui est compromise. Du travail au rabais, c'est ce que veut nous imposer de Robien!

Dans ces conditions, nos tâches s'alourdissent ( cette année, la gestion informatique des orientations post-bac nous a été confiée...), notre travail devient plus lourd et plus difficile, avec plus de classes, plus d'élèves et moins de moyens. Et, comble de l'injustice, ce sont les élèves en difficultés qui pâtiront le plus de cette situation dégradée.

- Le ministre impose ces réformes à marche forcée, sans discussions ni négociations, mais tente d'avoir l'appui de l'opinion en dressant les enseignants contre les familles. La manoeuvre est grossière: diviser pour mieux régner. Au final, c'est le peuple qui trinquera tandis que d'autres, avec le bouclier fiscal, continueront de prospérer. Parfois la presse prend le relais.Ainsi, un ancien ministre divulgue, sans être désavoué, de fausses informations sur les salaires des enseignants. Il était un temps où, même les ministres de droite, défendaient les agents de leur ministère, et les respectaient.

Le boycott du bac blanc, qui s'est généralisé dans le pays, est, après plusieurs journées de grève, après de nombreuses manifestations dont une à Hénin-Beaumont, le seul moyen qui nous reste, pour maintenir la pression et ne pas lâcher prise. Nous trouverons, avec les élèves, d'autres moyens pour mettre en place une bonne préparation aux examens.Nous l'avons toujours fait dans le passé.

Mais l'urgence est aussi de nous battre pour un service public d'Education de qualité, pour nos élèves et les générations futures. Nous comptons donc sur votre compréhension, et sur votre soutien.
Dominique Lecomte  SNES lycée Pasteur