Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Les résultats du premier tour des élections présidentielles de 2007 témoignent d'un important virage à droite, sensible à Hénin-Beaumont comme au niveau national.

A Hénin-Beaumont, le total des voix de gauche et d'extrême gauche  s'élève à 42,27 % des suffrages exprimés, soit 6 111 voix. Avec 3 864 voix et 26,72 % des suffrages exprimés, Ségolène Royal se taille la part du lion à gauche et arrive première à Hénin-Beaumont.

Le score de la gauche de la gauche souffre du réflexe de vote utile à gauche qui a profité à la candidate socialiste, en hausse de 10 points par rapport au score de Lionel Jospin en 2002. José Bové, Olivier Besancenot et Marie-George Buffet qui incarnaient la gauche du non au référendum de 2005 ne totalisent à eux trois que 11,40 % des suffrages (1648 voix). En ajoutant les scores d'Arlette Laguiller et de Gérard Schivardi, la gauche radicale et l'extrême gauche atteignent 14 % des voix.
Pour prendre un élément de comparaison, les listes PCF et LO-LCR totalisaient 1644 voix et un peu plus de 15 % des suffrages en 2004. En clair, la gauche de la gauche n'a pas progressé et a souffert de ses divisions.
Le seul candidat à tirer son épingle du jeu est Olivier Besancenot, qui, sans aucune force militante sur Hénin-Beaumont et sans avoir fait campagne sur notre secteur réussit un surprenant 6,40 %. Olivier Besancenot gagne trois points par rapport à 2002 quand Arlette Laguiller en perd 5, Dominique Voynet, 3 et  Marie-George Buffet, 1.
Marie-George Buffet et le PCF souffrent donc à la fois de la concurrence du PS et de celle de la LCR, tout en résistant un peu mieux que les autres forces de la gauche radicale. Avec 562 voix et 3,89 % des suffrages, notre score est au niveau du (mauvais) résultat de Robert Hue en 2002, nous perdons une cinquantaine de voix. Marie-George Buffet a pourtant fait une campagne courageuse, mais Olivier Besancenot est particulièrement télégénique ; dans une campagne présidentielle où la personnalisation de la vie politique joue à plein, il a vraisemblablement séduit beaucoup de jeunes et de nombreux ouvriers. Il dépasse Marie-George Buffet dans tous les bureaux de vote, sauf dans le 15e, à l'école maternelle Michelet.

La droite héninoise peut pavoiser. Avec très peu de militants et sans implantation sociale dans notre secteur, elle obtient de très bons scores avec 12,26 % (1 772 voix) pour François Bayrou et surtout 24,12 % (3 488 voix) pour Nicolas Sarkozy. Bayrouistes et sarkozystes auraient intérêt à s'entendre s'ils veulent faire aussi bien dimanche 6 mai. Au vu des premières réactions de Romain Plichon qui consistent à taper sur l'UDF, l'union à droite risque d'être un combat...
Nesredine Ramdani, Romain Plichon et leurs amis de l'UMP auront de toute façon à transformer l'essai lors des élections législatives de juin et aux municipales de l'année prochaine. Ce ne sera pas facile pour eux !

Ce glissement à droite de l'électorat fait une victime : avec 2 690 voix, le FN reste stable par rapport aux régionales de 2004 et aux présidentielles de 2002, mais il est en baisse en pourcentage. En 2002, il avait atteint 23 % des suffrages et 25 % aux régionales de 2004. Cette fois-ci, Jean-Marie Le Pen réalise 18,60 %. Il est en baisse de 5 points par rapport aux présidentielles de 2002 au niveau local, il perd six points au niveau national.

Le Front National est défait, mais ses idées sont victorieuses, comme l'indiquait Steeve Briois sur son blog hier matin. Elles ont été reprises par Nicolas Sarkozy. Toutes les forces de gauche doivent maintenant se mobiliser pour faire échec à Nicolas Sarkozy et à son projet de société qui fait froid dans le dos.

Malheureusement, Ségolène Royal et le Parti Socialiste ont commis de lourdes fautes politiques qu'ils risquent de payer cher le 6 mai. A l'ère de la mondialisation néolibérale et de l'ultra-capitalisme débridé, la droite s'est placée sur le terrain des valeurs : individualisme, réussite personnelle, refus de "l'assistanat"... Il est clair que les valeurs de droite parlent à un certain nombre d'électeurs.

Pour les reconquérir, la gauche devait s'inscrire dans le mouvement altermondialiste et développer une analyse et une critique radicale du capitalisme. Ce travail de renouvellement idéologique a été esquissé par Attac et la Fondation Copernic et influence largement le PCF, mais le PS n'en a tenu aucun compte et a rejeté avec mépris les "gauchistes".

Le PS risque d'en payer le prix dans les urnes le 6 mai prochain : dans le combat pour l'hégémonie culturelle, il a laissé gagner les idées de droite. Pour gagner, les socialistes comptent maintenant sur le bon report de voix des électeurs du centre-droit. En d'autres termes et malgré les réticences des militants socialistes sincères, Royal va mettre en oeuvre les conseils de Rocard et de Kouchner et mener la politique réclamée par Laurence Parisot et le MEDEF.

Les communistes d'Hénin-Beaumont se mobiliseront évidemment pour battre Nicolas Sarkozy et son projet de société ultra-libéral et réactionnaire, qui s'attaque directement au monde du travail, mais c'est sans illusions que nous appellerons à voter pour la candidate de gauche.

En attendant, la manifestation régionale du 1er mai devra être un temps fort de mobilisation pour toutes les forces du mouvement social. Nous vous appelons évidemment à y participer.

Malgré le faible score que nous obtenons sur Hénin-Beaumont comme au niveau national, le Parti Communiste reste une force incontournable comme nous l'avons montré durant toute la campagne.
Pour enrayer le virage à droite et faire gagner une vraie gauche de gauche, aidez-nous en venant renforcer le PCF !

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article