Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gif|  AFFAIRE HENINOISE / UN DEMOLISSEUR QUI AVAIT LE VENT EN POUPE (SUITE ET FIN) |

Sans vouloir plaindre pour autant le fameux démolisseur qui, depuis le chantier de Léon, est devenu omniprésent sur Hénin-Beaumont ( lire nos deux précédentes éditions), on se demande comment l'entrepreneur a pu s'y retrouver dans l'enchevêtrement de procédures véreuses imposées par Guy Mollet.

Tout d'abord, avant chaque chantier, notre homme devait établir trois devis au nom de sociétés différentes. Et parfois, Mollet en exigeait même un quatrième, avançant à son interlocuteur qu'il n'avait qu'à créer une nouvelle société pour l'occasion... Mais le plus cocasse reste sans doute les commissions imposées par « l'apporteur d'affaire » pour chaque chantier. Tout va bien lorsqu'il s'agit d'argent sonnant et trébuchant ou de chèque, mais parfois, on atteint le grand n'importe quoi lorsque le démolisseur, pour arranger son ami Mollet, doit régler les honoraires d'un architecte de l'Aude, via deux lettres de change. Un règlement des dettes de Guy Mollet assez récurrent puisqu'on demandera ainsi au chef d'entreprise de régler régulièrement des traites pour une société de forage dans la Drôme, un intermédiaire du Loiret (l'homme derrière le Pôle automobile ou la Résidence des Peupliers) ou encore... pour le Grand prix d'Isbergues. Tout cela pour un peu moins de 53 000 €. Et l'on vous passe les quelques peccadilles enregistrées en tant que factures du Journal du pays.

Mais le gros des commissions versées au gérant du journal cher à Gérard Dalongeville est ailleurs. Tenez-vous bien : plus de 35 000 € pour la Résidence de Léon 77 435 € pour le chantier de la piscine (une simple maisonnette à abattre !) 19 500 € pour des travaux à Birembaut et, juste pour le plaisir, 1000 € pour un chantier à Carcassonne où notre démolisseur n'a jamais mis les pieds. Soit plus de 133 000 € pour M. Mollet (et au total plus de 186 000 € si on y ajoute les traites et lettres de change).

Comme le démolisseur, aujourd'hui mis en examen dans cette affaire, le confiera aux enquêteurs : « Mollet a finalement touché plus de commissions que moi je n'ai perçu d'argent sur les dossiers touchant Hénin-Beaumont ! » On vous laisse trouver la morale de cette édifiante histoire...

PASCAL WALLART


Source : La Voix du Nord
Mardi 1er mars 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article