Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Manif-Florange.jpgLa direction d'Arcelor Mittal vient d'annoncer, lors de son CCE, la fermeture définitive des Hauts Fourneaux de Florange. Ce sont donc plus de 600 emplois qui vont être supprimés, et 1000 s'il se confirme la fermeture du secteur packaging-boissons. L'actionnaire principal Mittal montre son vrai visage : celui de l'exterminateur de la sidérurgie française.

Qui est surpris par le machiavélisme et la brutalité d'un groupe financier qui a déjà fermé de nombreux sites sidérurgiques en France et en Europe, saccageant des territoires industriels et jetant à la rue des milliers d'ouvriers, de techniciens et d'ingénieurs ? Qui peut croire aux discours de Mittal pour qui la forte baisse de la demande d'acier dans notre pays expliquerait la fermeture de Florange alors qu'il vient de distribuer 1,2 milliards d'euros à ses actionnaires ?

Les organisations syndicales, après un bras de fer d'un an et demi et malgré la viabilité du site, sont écœurés et révoltés par la décision d'un groupe qui impose une nouvelle casse sociale à un territoire qui compte 140 000 chômeurs et qui impose à la France son diktat, après avoir touché des millions de fonds publics.

Ni le Président de la République, ni le gouvernement ne peut accepter que la France se couche devant Mittal. L'État a l'obligation, dans ce contexte, d'intervenir dans le conseil d'administration d'ArcelorMittal avec la puissance publique pour refuser le démantèlement d'un fleuron de la sidérurgie française et exiger immédiatement le remboursement des millions de fonds publics versés à Mittal.

Après les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy, la gauche ne doit pas abandonner Florange. Le PCF continue de soutenir les salariés dans leur lutte pour la sauvegarde de leurs emplois.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CHEFOREVER 02/10/2012 21:38


OSONS UN GROS MOT: NA TIO NA LI SA TION !!

David NOËL 07/10/2012 19:04



Ce n'est un gros mot que pour les patrons et les socialistes. Pour les ouvriers, ce serait un espoir de garder un outil de travail performant et de sauver des centaines d'emplois.



Yves Lourdel 02/10/2012 10:18


Au delà du drame humain que serait la fermeture définitive des hauts fourneaux de Florange, que penser de ce patron voyou qui dit cyniquement aux pouvoirs publics: "j'ai décidé d'arrêter les
hauts fourneaux, je vous donne deux mois pour trouver un éventuel candidat à la reprise, et après je boucle tout" ?


Et que penser de ce gouvernement PS totalement arc-bouté sur le modèle libéral et qui écarte absolument toute idée de nationalisation?


Yves Lourdel