Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Pierre-Laurent-9.jpgLes communistes ne veulent pas se contenter de la politique menée par le gouvernement, qui ne répond pas assez à leurs yeux aux "aspirations populaires". Au Sénat, sur plusieurs textes, ils ont montré leur désaccord. Mais assurent ne pas être dans l'opposition au gouvernement.

Le rejet du projet de programmation budgétaire - déjà acté en commission la semaine dernière - était attendu. Il a été rendu effectif mercredi soir par une opposition des communistes, de l'UMP et des centristes. Quelques jours après avoir retoqué la proposition de loi sur la tarification progressive de l'énergie, le PCF compte bien se faire entendre au Sénat, où la majorité est fragile. "Nous sommes pour une vraie politique de gauche. On ne vote pas contre la gauche, mais contre des mesures qui ne nous paraissent pas aller dans le bon sens", avait alors expliqué au JDD.fr la sénatrice communiste Mireille Schurch à l'origine de la motion d'irrecevabilité. "Nous espérons que le gouvernement saura tirer les leçons de ce qu'il s'est passé : qu'il sera nous écouter et nous entendre", avait-elle ajouté.

Pour l'heure, les communistes ne semblent donc pas satisfaits de la manière dont les choses évoluent. Pourtant, ils ne se disent pas pour autant dans l'opposition au gouvernement. "Nous ne sommes pas au gouvernement, mais nous sommes dans la majorité", précisait Mireille Schurch. "Nous ne sommes pas dans l'opposition, nous sommes à gauche et nous voulons que la gauche réussisse", a renchéri jeudi Marie-George Buffet sur LCI. Pour la députée de Seine-Saint-Denis le sujet n'est pas là. "Ce n'est pas une question d'être dans l'opposition, la question, c'est d'être fidèles aux positions que nous avons défendues pendant la campagne électorale", a-t-elle poursuivi, regrettant que "le gouvernement multiplie les textes qui vont à l'inverse de ces aspirations populaires".

Une "force de construction"

Dans le JDD le week-end dernier, le chef de file des communistes, Pierre Laurent, avait mis en garde le gouvernement, estimant ne pas être assez entendu. L'exécutif "devrait être un peu moins à l'écoute des grands partons et plus à l'écoute de nos propositions", raillait le sénateur de Paris. Mais le patron du PCF rejetait lui aussi le terme d'opposition, préférant parler de "force de construction". "Quand les mesures vont dans le bon sens, nous les votons (…) Mais nous refusons ce qui nous paraît contraire à l'intérêt national", justifiait-il, assurant ne pas parier sur "l'échec de la gauche" au pouvoir.

Un positionnement parfois compliqué à expliquer, mais qui pourrait entraîner d'autres difficultés pour la majorité gouvernementale. En effet, les communistes n'excluent pas de s'opposer au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). "En l'état, nous le jugeons très inquiétant (…) Si nous n'obtenons pas des modifications importantes au Sénat, nous voterons contre", a déjà fait savoir Pierre Laurent.

"Une chose est sûre : nous allons continuer"

Alors pour éviter un nouveau "camouflet", terme récusé par le gouvernement, Pierre Laurent, accompagné d'Eliane Assassi et André Chassaigne, respectivement président des groupes communistes au Sénat (CRC) et à l'Assemblée (GDR), ont été reçus par Jean-Marc Ayrault à Matignon jeudi en fin d'après-midi. "Nous avons un diagnostic commun sur l'état dans lequel la droite a laissé le pays mais nous avons des divergences fortes sur les solutions à apporter", a déclaré le chef de file du PCF à l'issue de cette réunion, où a notamment été évoqué le "débat budgétaire qui cristallise ces divergences d'appréciation". Selon Pierre Laurent, le Premier ministre a fait valoir que "les équilibres atteints étaient de son point de vue intangibles, que les marges de manoeuvre n'étaient pas suffisantes pour répondre à ce que nous proposions".

"Une chose est sûre : nous allons continuer, et nous l'avons dit au Premier ministre, à défendre nos amendements et nos propositions", a conclu le communiste, en récusant "tous les propos qui consistent à dire que nous faisons cause commune avec la droite, alors que nous sommes toujours au premier rang pour la combattre". De son côté, un peu plus tôt dans la journée, si le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, avait regretté que la majorité sénatoriale ne soit pas "plus soudée", son homologue du Travail, Michel Sapin, a donné le mot d'ordre : le gouvernement doit "persuader, persuader, persuader toujours".

Légende photo : Pierre Laurent doit rencontrer Jean-Marc Ayrault jeudi. (Maxppp)


Source : Anne-Charlotte Dusseaulx (avec AFP) - leJDD.fr
Jeudi 08 novembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lourdel Yves 10/11/2012 19:58


On profite de la situation au Sénat pour rappeler au PS que son président et sa majorité à l'Assemblée  nationale n'auraient pas été élus sans l'appoint décisif des voix du Front
de Gauche. C'est bien, mais une telle position ne peux être tenue longtemps sans un développement rapide des luttes populaires. Les écolos aussi se sont exprimés dans ces sens à travers des
déclarations hier de JVP. Le comportement d'hégemonie du PS (tel que dénoncé par Filoche au congrès de Toulouse) n'est pas acceptable.


Yves Lourdel