Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gifSans maire mais pas sans voix...

Fort logiquement, la démission de Daniel Duquenne a déclenché des vagues de réactions.

À commencer par les premiers concernés, le FN local, pour le moins énervé face à ce qu'il considère mordicus comme une vile manoeuvre : « On est certes agacés mais on ne pouvait pas se permettre de démissionner avant. Parce que le faire serait irréversible et qu'il reste à attendre la décision du Conseil d'État... Mais on va lancer une bataille de procédures qui va être sévère, je vous le promets, on ne va se laisser faire ainsi ! Entre autres, on va demander que soit versée au débat l'évolution de la santé de Daniel Duquenne », promet Bruno Bilde. Qui se fait un plaisir de rappeler « que si nous avons fortement contribué à la chute de Dalongeville, là c'est nous seuls qui faisons tomber Duquenne ! »

Côté Nouvel Élan, Pierre Ferrari prend acte d'une «  démission (qui) va à nouveau plonger Hénin-Beaumont dans un état d'instabilité qui ne peut qu'approfondir les déjà trop nombreuses brèches dans lesquelles certains cherchent à acculer notre ville... »

Pour le MoDem, Christine Coget rappelle que « depuis 7 mois, MM. Bouquillon et Binaisse n'ont cessé d'annoncer le retour du maire aux commandes, sachant pertinemment que l'état de santé de M. Duquenne ne le permettait pas. Ils ont ainsi volontairement et une nouvelle fois, agi dans l'opacité la plus totale, et contribué, par ce manque de transparence, à entretenir un climat de défiance entre la majorité et la population... »

Le communiste, David Noël, explique «  les Héninois et Beaumontois n'aspirent qu'à la stabilité et au retour au calme », et en profite pour appeler «  une nouvelle fois l'Alliance Républicaine à écouter la population et à appliquer le premier point de leur programme, le respect du citoyen, malheureusement oublié en cours de route  ».

Enfin, depuis sa retraite vosgienne, Gérard Dalongeville explique qu'il n'a pas souhaité, de son côté, faire appel en Conseil d'État « parce qu'en décembre-janvier, je n'avais pas le temps de travailler sur ce recours, pris par d'autres. Et puis, vu la santé de Duquenne, pas question de tirer sur l'ambulance. Enfin, notez que j'ai été le premier à acter l'inéligibilité de Daniel Duquenne en juillet... Sa démission évite l'arrivée du FN mais ne fait que reporter l'échéance car son équipe va manquer d'unité et surtout de la confiance des habitants... » 


Source : La Voix du Nord
Dimanche 09 mai 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article