Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gif« Une manoeuvre politicienne inacceptable »

Après son surprenant retrait de délégation, Pierre Ferrari est enfin sorti du silence. Enfin, par procuration, puisque la réaction qui nous est, hier, parvenue, est au nom générique du MJS Pas-de-Calais « Nous dénonçons le retrait de délégation infligé de manière totalement arbitraire par Gérard Dalongeville, maire d’Hénin-Beaumont à Pierre Ferrari pour avoir dressé au cours d’un reportage sur France 3 le même constat que la Chambre régionale des comptes sur la catastrophique situation financière de la commune » s’insurgent les MJS. Qui dénoncent une « manoeuvre politicienne » qualifiée de « totalement inacceptable » qui « va à l’encontre de la position du PS du Pas-de-Calais tant les prétextes évoqués sont dénués de tous sens. » Rappelant la teneur des griefs de M. Ferrari, les jeunes socialistes rappellent : « L’un des rôles d’un mandat d’élu n’est-il pas d’informer la population en faisant preuve de clarté et de transparence ? » Et n’hésitent à employer les mots les plus durs pour caractériser la manoeuvre du 9 septembre : « En prenant cette responsabilité lourde de sens, Gérard Dalongeville, en plus de se priver d’un élu de terrain compétent et fédérateur, casse l’union de la gauche sans qui la victoire face au FN n’aurait pu avoir lieu lors des dernières élections municipales. Malheureusement, nous constatons à nouveau qu’à Hénin-Beaumont l’intérêt personnel prime sur l’intérêt général. C’est tout un travail, qui est brutalement stoppé par une décision utilisée à des fins politiques… Il s’agit là d’un réel déni de démocratie. M. Dalongeville, vous ne bâillonnerez pas la liberté d’expression à Hénin-Beaumont. Nous continuerons sans relâche à barrer la route à l’autoritarisme pour défendre les valeurs socialistes… »
Si la hache de guerre semblé déterrée du côté des jeunes pousses, on n’est pas encore sur le même terrain sémantique chez les élus d’expérience. Ainsi, Marie-Noëlle Lienemann, que l’on sait particulièrement courroucée par ces dernières péripéties, appelle de ses voeux un retour à la raison : « Je ne veux surtout pas jeter d’huile sur le feu dans cette histoire. Moi, je veux encore croire que le coup peut être rattrapé et qu’on arrivera à faire prévaloir l’esprit de rassemblement et de compréhension. Ce sera certes difficile mais pas impensable… » Sur le dossier d’éviction de Pierre Ferrari, alors que Gérard Dalongeville répète que « ça a été vu avec Serge Janquin, qu’il n’y a aucun problème », la députée européenne a une autre version des choses. Et explique que le secrétaire fédéral n’approuve en aucun cas cette mesure : « Il estime qu’il n’y avait aucune raison de lui retirer cette délégation et va organiser une réunion à la fédé pour essayer de calmer le jeu. »
Enfin, David Noël, qui a finalement échappé aux foudres du maire, joue à 100 % la carte de la solidarité avec son ami MJS : « Pour moi, sur ce dossier, ce n’est pas Ferrari qui a franchi le Rubicon, mais bien Dalongeville… J’estime que le maire aurait dû avoir la correction de dire en toute sincérité à Pierre les griefs qu’il lui reproche mais il ne l’a pas fait et ce n’est pas bien. Depuis 2001, on reproche à Gérard Dalongeville de museler son opposition et d’être autoritaire. Aujourd’hui, alors qu’il a la possibilité de se débarrasser de cette image, voila où nous en sommes. Je ne le comprends vraiment pas ! »


Source : La Voix du Nord
Dimanche 21 septembre 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article