Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gifDe l'orage dans l'air

La foudre attire la foudre. La réaction musclée (notre édition de dimanche) de Caroline Troy aux propos de Pierre Ferrari sur « l'affaire » des taxes en terrasses, a ulcéré le leader du Nouvel Élan pour qui ces critiques rappellent... celles du FN. «  Ces attaques diffamatoires lancées par le maire par intérim traduisent une malhonnêteté intellectuelle, dans la mesure où, soutenu par David Noël, je me suis opposé publiquement, dès le départ, aux magouilles de Dalongeville... Ces déclarations (...) sont particulièrement insultantes envers moi-même, mais aussi envers tous les républicains et démocrates de gauche et du centre qui m'entourent. Il y a une grave dérive qui démontre une fois de plus que l'équipe Binaisse n'a pas pris la mesure de la mission qui doit être la sienne et qu'au fond c'est la volonté de plaire au Front National qui prévaut. » Les demandes d'ouverture à la municipalité du Nouvel Élan auront sans doute encore plus de mal à passer.

Effet domino

S'attaquer à l'un, c'est s'attaquer aux autres. Par un effet domino propre au Nouvel Élan, la réaction de Pierre Ferrari a déclenché celles de Patrick Piret (MoDem) et de David Noël (PCF), lesquelles, on s'en doute, vont dans le même sens et laissent supposer que les relations diplomatiques entre eux et la deuxième adjointe au maire sont rompues pour un petit bout de temps.


Source : La Voix du Nord
Mardi 27 juillet 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anonymus 28/07/2010 10:38



Pouvez vous préciser quelles MAGOUILLES aviez vous décelées avec P F ??



David NOËL 28/07/2010 11:07



En m'appuyant sur le rapport de la CRC de juillet 2008, j'ai compris que le budget de Dalongeville était truqué et que Dalongeville minorait les dépenses et exagérait ou anticipait des recettes.
Par ailleurs, le montant des sommes allouées pour le gardiennage ou le recours à des sociétés extérieures me semblait disproportionné. Au mois d'août 2008, j'ai donc condamné à la télévision et
dans la presse la mauvaise gestion de Gérard Dalongeville, responsable d'une augmentation des impôts imposée par le préfet et dont Gérard Dalongeville portait la responsabilité exclusive. Dans
une interview à Libé Lille, reprenant des informations parues sur le blog de l'AR, je me suis étonné du prix des nouveaux bacs à fleur, un exemple parmi tant d'autres de surfacturation et ça n'a
pas traîné. Le soir même, Dalongeville et son clan me faisaient un véritable procès politique, m'interdisaient de bureau municipal et demandaient ma démission. Je me suis évidemment bien gardé de
donner ce plaisir à cette bande de voyous.


En octobre 2008, j'ai dénoncé la magouille politicienne que constituait le retrait de fonction de Pierre Ferrari, geste désespéré d'un dictateur cynique entouré d'une bande de lâches et de
béni-oui-ouis. En décembre 2008, j'ai dénoncé la razzia (c'était la deuxième fois) sur Nord Eclair, j'ai demandé à ce qu'on enquête afin de dévoiler la responsabilité de Dalongeville.


J'ai remis à Georges Bouquillon copie d'une facture transmise par le DGA étonné que le maire ait signé tout seul une facture pour une prestation fictive à l'Escapade. J'ai remis cette facture à
Georges Bouquillon qui avait rendez-vous le lendemain à la Brigade Financière pour remettre des documents aux inspecteurs.


La liste est longue...


Les Héninois savent pertinemment que c'est grâce à nous que l'équipe Dalongeville est tombée et que nous sommes retournés aux urnes. Ce sont nos démissions qui ont permis à la démocratie de
reprendre ses droits à Hénin-Beaumont. Accessoirement, le FN ne voulait surtout pas démissionner... Si nous ne l'avions pas fait au bon moment en anticipant la révocation de Dalongeville,
aujourd'hui, ce serait toujours l'équipe Chruszez-Legrand-Deshayes qui serait à la tête de la mairie, des gens qui ont tout avalé, tout cautionné et voté pour limoger les rares élus critiques
sous prétexte de virer des "putschistes". Honte à eux !