Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par PCF

assemblee-nationale.jpgPrenant prétexte de la crise, Nicolas Sarkozy et le gouvernement de droite avaient décidé en 2011 de diminuer de 5 % l'aide attribuée aux partis politiques.

Par décret, le gouvernement socialiste vient de raboter encore cette aide, et cette fois ci pour un montant de 10 %. Cette décision vient durement pénaliser les partis, notamment les moins représentés au parlement.

Cette aide bénéficie déjà essentiellement - pour plus des deux tiers – au PS et à L'UMP. Les députés communistes ont à ce propos récemment déposés une proposition de loi visant à modifier les conditions d'attribution de cette aide. L'aide financière aux Partis est en effet une contribution au débat d'idées et à une vie démocratique plus intense dans notre pays. Elle doit constituer un point d'appui permettant de faire face au bipartisme qui marque nos institutions et notre mode électoral.

Le PCF élève une protestation vigoureuse contre cette décision injuste et dangereuse.

La démagogie au prétexte de la crise ne doit pas limiter le débat d'alternative et sur la façon même d'affronter cette crise. Frapper les partis au porte monnaie, c'est frapper la vie démocratique du pays alors que le débat d'idées et d'alternatives s'avère d'une brûlante nécessité.

Commenter cet article

anonyme 23/02/2014 12:18


Il faut trouver 15 milliards d'ici 2017; et ce n'est pas faire injure aux partis politiques de participer à l'effort national que l'on demande aux salariés notamment depuis bien plus longtemps.


Alors, compte tenu de l'esprit corporatif que l'on peut regretter dans une république qui s'est forgée sur la valeur humaine de l'individu et du citoyen, on peut exiger un minimum d'efforts des
corporations -fussent-elles des paris politiques...


N'oublions pas non plus que la corporation des parlementaires tous bords confondus a su brider voire diminuer nos espoirs de retraite, mais je ne suis pas sûr qu'elle se soit limitee avec une
aussi grande rigueur.


Notre démocratie s'est forgée sur le respect du citoyen et a défini l'intérêt général qui n'est pas la somme des intérêts corporatifs.

enfin une bonne décisoi 22/02/2014 13:56


la politique n est pas faite pour enrichir les partis    eux aussi doivent se serer la ceinture