Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Daniel-Dewalle-energie-eau-moins-chere.jpg| ON EN PARLE |

À l'approche de l'hiver, le collectif Énergie, eau moins chères, emmené par Daniel Dewalle, refait surface et monte directement au front. Le conseiller général communiste veut marquer les esprits et créer un précédent. Face aux hausses successives des tarifs énergétiques, le collectif a décidé d'appeler à la grève des factures à compter du 1er janvier 2013. Une démarche collective censée aboutir à des négociations tarifaires.

PAR MATTHIEU BOTTE
bruay@info-artois.fr

1. Casser la logique établie Daniel Dewalle s'est entouré de citoyens et militants pour mettre sur pied ce collectif et cet appel à la grève des factures. De la lutte contre les coupures, le collectif veut passer à l'étape suivante. « Le prix du gaz a augmenté de 60 % en sept ans, précisait Daniel Dewalle jeudi soir. On s'est demandé quels moyens d'actions on avait et comment on pouvait casser cette logique. » C'est ainsi que le collectif a été remis sur pied en juin pour lancer cet appel à la grève des factures.

2. Une démarche collective Il ne s'agit cependant pas d'une opération kamikaze. Les membres du collectif la veulent structurée et puissante. « C'est le nombre qui fera la différence. » C'est pour cette raison que des moyens ont été engagés pour notamment éditer dix mille tracts qui ne seront pas distribués en toute boîte mais de la main à la main. Daniel Dewalle veut « créer une toile d'araignée, renationaliser l'électricité et le gaz et que l'État s'en mêle. » Le principe étant de se faire connaître avant d'agir sur le site Internet du collectif ou par téléphone*. « On fera le point fin décembre. Évidemment, si on est 250, on ne sera pas assez costaud. Mais si on est 5 000, on pèsera lourd. »

3. Un grain de sable dans la machine Par grève des factures, le collectif entend paiement partiel justifié. À compter du 1er janvier 2013, les grévistes enverront le tract en guise de facture, accompagné d'un règlement équivalent à 10 % de la facture. « C'est pour mettre un grain de sable dans la machine. Leur mécanique de traitement des factures n'est pas prête à gérer ce genre de paiement. Ce n'est pas une grève totale, on montre qu'on est de bonne foi et on paiera les 90 % restants quand on pourra négocier. »

4. Démarche sans précédent Une telle démarche collective n'a pas de précédent selon Daniel Dewalle. À part peut-être la grève des loyers pour les accédants à la propriété contre la société Carpi dans les années 1980. À l'époque, un certain Marc Kopaczyk, aujourd'hui maire d'Houdain, était à la tête des grévistes.

Vingt ans après, les grévistes ont eu gain de cause. Le conseiller général aime aussi rappeler qu'un ministre belge avait lancé ce même appel avant de se raviser le lendemain, sermonné par son premier ministre.

5. Un collectif à l'affût L'autre préoccupation du collectif est de lutter contre le démarchage abusif et les arnaques. Powéo a été une des victimes par le passé de ce collectif de vigilance. Les membres du collectif sont préoccupés par la précarité énergétique qui s'étend chaque jour. « On demandera bientôt à ces familles de choisir une des énergies à sacrifier par manque de moyens de paiement. » Un argument de plus pour le collectif qui entame son travail de prospection.

Le collectif recense les volontaires sur www.energieeaumoinscheres.e-monsite.com ou par téléphone au 06.77.94.46.09.

Légende photo : Daniel Dewalle est à la tête du collectif Énergie, eau moins chères.


Source : La Voix du Nord
Samedi 27 octobre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article