Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Logo LDHPour le second tour des Cantonales 2011
UN SEUL MOT D’ORDRE : BARRER LA ROUTE AU F.N. !


Au lendemain du premier tour des élections cantonales, les résultats font apparaître la déroute du parti présidentiel, partout en recul, souvent en dessous de 10% dans notre département et, corrélativement, la « percée » du FN à plus de 22%. Sur 35 cantons en lice pour le second tour, 20 duels devraient opposer un candidat républicain au FN.

Faire barrage au Front national est donc, à l’évidence, un impérieux devoir pour tous les démocrates, au nom même des valeurs républicaines qui sont les nôtres.

Or, trop souvent, c’est parce qu’on s’est détourné de ces valeurs que des électeurs ont boudé les urnes : un électeur sur deux ne s’est pas déplacé. Il faut pourtant rappeler tous les enjeux d’un tel scrutin : les compétences du Conseil Général sont essentielles (financement des collèges, attribution de subventions aux associations, aide aux personnes en difficulté, APA…) et concernent donc directement la vie quotidienne de chacun.

Dès lors, la Ligue des droits de l’Homme ne peut qu’inciter les électeurs et les électrices à se mobiliser pour le second tour, d’autant plus qu’il y a danger !

En tournant le dos aux valeurs fondatrices de la République, en s’alignant sur les thèses du FN, le président Sarkozy et son parti l’UMP ont joué un jeu dangereux que la LDH n’a cessé de dénoncer. La stratégie présidentielle montre aujourd’hui à quoi elle aboutit : nombre d’électeurs ont préféré l’original à la copie, les thèses extrémistes ayant été en quelque sorte légitimées par le président aux yeux d’une droite radicale désormais décomplexée qui rêve d’une alliance avec le FN pour battre la gauche à n’importe quel prix.

Tout a été fait par ailleurs pour mettre le FN au cœur du débat politique, Marine le Pen bénéficiant d’un battage médiatique parfaitement scandaleux. Présenter les étrangers comme des criminels, montrer la jeunesse des banlieues comme une classe dangereuse… sont autant de propos discriminatoires, racistes, particulièrement nauséeux, qui sont véhiculés par ces mouvements d’extrême droite et envahissent le Net : ils circulent partout et contribuent ainsi à alimenter le vote FN. La LDH rappelle que de tels propos sont contraires aux principes mêmes de la constitution de notre République.

Enfin, il faut, encore et toujours, démonter l’imposture du F.N.. C’est en le démasquant qu’on le fera reculer, en le faisant apparaître pour ce qu’il est réellement, à savoir un parti nationaliste, populiste et xénophobe qui sème la haine et la division et qui ment effrontément aux électeurs :

Le FN champion de la laïcité ? C’est totalement faux : il a toujours été acoquiné avec les milieux catholiques les plus réactionnaires et s’oppose par exemple au droit à l’avortement.

Le FN défenseur des ouvriers ? C’est grotesque quand on connaît les liens de ce parti avec certains milieux financiers et le vrai visage du programme économique ultralibéral de ce parti extrémiste.

Le FN défenseur de la morale publique ? Plusieurs de ses membres ont eu maille à partir avec la justice, tant dans notre région que dans le Sud.

Le FN un parti respectable ? Non ! Un exemple parmi d’autres : c’est lui qui, à Hénin-Beaumont, qualifiait de pitrerie le concours régional de poésie « pour la Fraternité » organisé à l’intention des enfants par la LDH, association la plus ancienne au monde de défense des droits de l’Homme que ce même parti a osé traiter de « ligue des cloportes » !

Il importe désormais de mettre un terme aux divisions fratricides et irresponsables qui désespèrent tous ceux qui souffrent de la crise alors qu’ils rêvent d’une unité retrouvée et d’une politique économique et sociale qui réponde aux besoins criants de la société.

Alors que l’électorat de gauche avait massivement voté pour Jacques Chirac afin de contrer Jean-Marie Le Pen en 2002, les réticences de l’UMP à appeler au front républicain sont difficilement admissibles et font, de fait, le jeu du FN.

Rien ne saurait justifier aujourd’hui le refus d’appeler à voter pour le candidat républicain le mieux placé afin de barrer la route au FN.


Le 22 mars 2011


Alain PRUVOT,
Président de la Fédération LDH du Pas-de-Calais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article