Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Piedad-Cordoba.JPGLe Procureur général de la Justice colombien vient de décider de déchoir Piedad Cordoba de son mandat de sénatrice et de déclarer son inéligibilité pour 18 ans.

Cette sanction avait été annoncée pour la première fois alors que Piedad Cordoba réalisait une tournée en Europe afin faire connaître l’action du groupe « Colombiens et Colombiennes pour la paix ». Ce groupe propose un accord humanitaire pour la libération des otages retenus par la guérilla et une issue par le dialogue au conflit armé qui dure depuis un demi siècle.

Cette décision intervient après les déclarations du Président Juan Manuel Santos accusant la sénatrice Piedad Cordoba de justifier le terrorisme après que celle-ci ait dénoncé lors d’une visite au Parlement Européen l’existence de centaines de fosses communes où on trouve des milliers de cadavres de personnes assassinées par des para-militaires voire des militaires..

Piedad Cordoba, depuis des années, ne cesse de militer en faveur de la paix et du dialogue en Colombie. On se souvient du rôle qu’elle a joué comme médiatrice en faveur de la libération des otages et de ses efforts pour la libération d’Ingrid Betancourt.

En s’attaquant à cette femme courageuse, le gouvernement de Juan Manuel Santos donne une continuité à la politique belliciste de son prédécesseur qui a toujours rejeté la voie du dialogue et de la paix.

La France et l’Union européenne doivent exprimer leur condamnation de cette acte de répression inacceptable qui vise à faire taire une voix démocratique et pacifique.

Le PCF affirme sa solidarité et toute sa sympathie à la sénatrice Piedad Cordoba. Il demande l’annulation de cette décision inique contraire à l’exigence d’une paix juste en Colombie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article