Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Photo Henin-BeaumontA Hénin-Beaumont, les deux Fronts se disputent l’électorat populaire. Reportage de notre envoyé spécial.

A Hénin-Beaumont, la pauvreté vous saisit d’emblée comme cette bise aigrelette qui refroidit le printemps. Pendant des décennies, ce coin du Pas-de-Calais, en pays ch’ti, a vécu pour, par et avec les mines de charbon qui accompagnaient chaque habitant, du berceau à la tombe. Aujourd’hui, Hénin-Beaumont cherche encore une issue pour sortir de ce deuil minier qui n’en finit pas. Mais les usines qui devaient succéder aux mines n’ont pas tenu leurs promesses frelatées, balbutiées trop souvent par des «patrons voyous»; elles ferment l’une après l’autre.

Cette petite capitale de la désespérance sociale a été choisie comme lieu de leur affrontement par les deux plus «grandes gueules» de la politique française, Jean-Luc Mélenchon, la figure du Front de Gauche, et Marine Le Pen, la vedette du Front national. Pour les élections législatives des 10 et 17 juin, ils se disputent le siège de député de cette onzième circonscription formée de Hénin-Beaumont et de cinq autres communes voisines. Marine Le Pen s’est implantée dans ce fief historique des socialistes dès 2007. Avec le secrétaire général du Front national Steeve Briois – natif de Seclin, tout près d’Hénin – elle a failli emporter la Mairie en 2009; elle a été confortablement élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais en 2010. Au premier tour de la récente présidentielle, elle est passée en tête avec 31,42% des voix. Jean-Luc Mélenchon assume son statut de parachuté. S’il a choisi Hénin-Beaumont, c’est une fois de plus pour contrer «le danger frontiste» et arracher cette terre ouvrière des griffes de l’extrême droite. Au premier tour de la présidentielle, Mélenchon avait dépassé son score national dans cette circonscription avec 14,86%.

Vilaines affaires du PS

Le troisième principal candidat fait bien pâle figure. Présenté par le Parti socialiste, Philippe Kemel est un professeur d’université qui a autant de charisme qu’une endive cuite à l’eau. De plus, son investiture au sein du PS a été très laborieusement obtenue au détriment du député sortant Albert Falcon. Mais pour les socialistes, le pire n’est pas là. En 2009, le maire PS d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville, a été mis en examen pour divers délits dont la corruption. D’ailleurs, les soupçons de corruption empuantissent la fédération socialiste du Pas-de-Calais, au-delà d’Hénin. Toutefois, les chances de Kemel ne sont pas hypothéquées tant le PS reste puissant au Nord-Pas-de-Calais, malgré tout.

L’héritage du système minier

Pour comprendre les implications de l’élection la plus suivie des législatives, le meilleur connaisseur de la politique locale, Pascal Wallart, responsable de l’agence héninoise de la Voix du Nord, nous décrit la sociologie du bassin minier : «Ici, les gens ont toujours été assistés. Les patrons des mines logeaient leur personnel gratuitement. Les mineurs et leur famille bénéficiaient de soins sans bourse délier. Leurs loisirs étaient organisés et ne coûtaient pas un sou. Lorsque les mines ont fermé, les élus locaux, généralement socialistes, ont remplacé ce système en multipliant les aides et les emplois municipaux avec, à la clé, les conséquences de ce clientélisme que nous dénonçons depuis plusieurs années.»

Sur un tel terreau, le Front national ne pouvait que prospérer, constate notre confrère : «Marine Le Pen a su capter une partie de l’électorat ouvrier, notamment en s’assurant les services de Michel Janssens, ancien secrétaire de la section socialiste de Leforest.»

Guy Bedos en meeting

Jean-Luc Mélenchon peut-il tirer son épingle du jeu? Réponse de notre confrère : «Lorsqu’il a posé sa candidature dans cette circonscription, je me suis dit que ce coup de pub allait durer deux ou trois jours. Eh bien, ça ne semble pas être le cas ! La greffe entre Mélenchon et nombre d’électeurs héninois paraît prendre. Il a su donner un souffle à sa campagne en déployant une intense activité événementielle; il a même persuadé Guy Bedos de monter un spectacle à Hénin autour de sa candidature. Mélenchon fout la trouille aux frontistes !»

Supporteur de Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont et patron de la section locale du Parti communiste, David Noël reste persuadé que son favori peut l’emporter à cette législative. Mais il voit au-delà du mois de juin : «Il est possible qu’aux prochaines élections municipales, en 2014, Marine Le Pen devienne maire de la ville. Si notre candidat du Front de Gauche devient député, il disposera alors de la légitimité pour imposer l’union de la gauche et des démocrates contre elle. Et à ce moment-là, on fera barrage au Front national avec succès.»

Jean-Noël Cuénod

Légende photo : A Hénin-Beaumont, l’élection législative en cache d’autres.


Source : La Tribune de Genève
Vendredi 1er juin 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article