Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

CM-Henin-06-04-09.jpg|  ÉVÉNEMENT |

C'est fait. Les délégations de Marie-Noëlle Lienemann et David Noël ont été retirées avec une confortable majorité. Les élus socialistes se sont massivement prononcés pour cette double exclusion, bravant la consigne du Parti socialiste.

PAR C. LE COUTEUX
henin@info-artois.fr

Des conseillers municipaux conspués à l'entrée de l'isoloir, un maire dont la démission est réclamée par une partie de la foule, des règlements de compte assassins. Et cela devant des médias sans cesse plus nombreux. L'image de la démocratie et de la ville d'Hénin-Beaumont n'est pas sortie grandie du conseil d'hier. Mais Gérard Dalongeville a obtenu ce qu'il voulait : couper la tête de deux adjoints ayant refusé de participer au vote du budget lundi 31 mars.

«  Il y a un an, notre équipe municipale était élue sur la base d'un contrat présenté clairement à nos concitoyens. Rien ne justifie la rupture du contrat », s'est défendue une Marie-Noëlle Lienemann mise sur le banc des accusés. S'adressant à ses collègues socialistes, elle leur a demandé «  de strictement respecter l'éthique républicaine ».

Appelée à se prononcer sur ce règlement de comptes interne à la majorité, l'opposition n'a pas laissé passer l'occasion de souhaiter la Saint-Gérard avant l'heure : «  Je vote contre la délibération d'un maire qui n'en jamais eu l'étoffe et n'en aura bientôt plus l'habit », martèle Christine Coget demandant un retour aux urnes le plus vite possible. Même exigence de Steeve Brois stigmatisant le «  bilan calamiteux et déshonorant de Gérard Dalongeville. Comment avez-vous pu emporter Hénin-Beaumont dans votre suicide collectif ? » «  Quelles turpitudes dissimulez-vous pour retirer ces délégations ? », s'emporte Pierre Ferrari quand Georges Bouquillon dénonce «  un système clanique, un système de copains ». David Noël, l'autre condamné du soir, était lui aussi chaud comme une bouillotte : «  Votre nom est synonyme d'indignité. Vous et les élus qui vous soutiennent, vous serez au Panthéon de ceux qui sont la honte de notre démocratie locale. » Marine Le Pen a ciblé Marie-Noëlle Lienemann dont elle dénonce les contradictions : «  À aucun moment vous n'avez manifesté votre opposition à ce système. » Pourtant, le FN a appelé au maintien de l'ancienne ministre PS auprès du «  roi de la faillite » pour «  boire le calice jusqu'à la lie ».

Impassible sous la mitraille quoi que visiblement contrarié par des événements (les opposants ont été applaudis, la majorité conspuée), Gérard Dalongeville a justifié la double exclusion par un manque de solidarité : «  Vous êtes sorti de l'accord des forces politiques de gauche. Quand on est adjoint on vote le budget. Vous avez défendu le débat d'orientation budgétaire en janvier pour vous abstenir en mars. C'est une manoeuvre politicienne pour prendre le pouvoir. » Sur 35 votants, 22 ont voté pour le retrait de délégation de Marie-Noëlle Lienemann (12 contre, un nul) et sur 33 votants, 22 ont voté pour celle de David Noël (11 contre).

Encore plus de monde et encore plus d'ambiance que lors du vote du budget, hier soir.


Source : La Voix du Nord
Mardi 07 avril 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article