Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Residence-Leon.jpg|  LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ |

Une affaire qui n'en finit pas... Alors qu'hier après-midi les magistrats financiers d'Arras semblaient refermer officiellement l'affaire de gestion de fait des avions-taxis à travers un jugement essentiellement sévère pour Gérard Dalongeville et Guy Mollet, l'ancien maire d'Hénin a vite mis de l'huile sur le feu. Commentant le jugement de la CRC, il a affirmé posséder les preuves que certains déplacements aériens au Luxembourg étaient liés au financement du PS 62.

PAR PASCAL WALLART
henin@info-artois.fr

Dans cette emblématique affaire des avions-taxis qui fut la première à être mise en exergue dans le dossier d'Hénin-Beaumont, la justice financière a logiquement pris son temps pour être rendue. Mais, hier après-midi, c'est en une poignée de secondes qu'elle aura été lue dans une salle d'audience où seul Claude Chopin s'était déplacé.

Pas de surprise puisque, dans la lignée des réquisitions, les peines finales ont peu varié. En ce qui concerne le montant des vingt vols posant problème, soit 101 512,85 €, il n'y avait aucun suspense. Ces sommes réputées « irrégulièrement extraites », les quatre gestionnaires de fait des deniers municipaux héninois (Gérard Dalongeville, Guy Mollet, Claude Chopin et la société ATS) auront à la rembourser à la municipalité conjointement et solidairement (le débet d'ATS étant, lui, calculé sur la base de 91 015,60 €). Une somme « augmentée des intérêts au taux légal à compter du 22 septembre 2009 » qui sera partagée entre les comptables de fait par « parts viriles », terme juridique désignant un partage égal, opéré par tête.

Outre le débet attendu, les mis en cause (excepté ATS) ont été condamnés à des amendes pour « immixtion dans la fonction de comptable public ». Gérard Dalongeville écope de 15 000 €, Guy Mollet de 13 000 € alors que les juges ont fait preuve de mansuétude pour Claude Chopin, condamné à 4 000 €, une somme en deçà des réquisitions. Un geste récompensant sans doute la bonne volonté manifestée par l'ex-grand argentier héninois tout au long de la procédure... Hier, Claude Chopin, apparemment fort affecté, choisira de se dérober aux questions des journalistes. Quant à Guy Mollet, joint par téléphone, celui qui fut passager des 20 vols incriminés ressasse sa version des faits : « Moi, j'ai tout fait sur ordre de Dalongeville et je le montrerai. Faut voir comment il me cassait les pieds toute la journée à propos de Léon à coup de SMS... Si j'en ai profité pour mes affaires ? Ben, c'est vrai qu'entre Carcassonne et Léon il n'y a que 150 km, c'était bien pratique pour moi... Mais quand je partais au Luxembourg, c'était toujours pour rencontrer des gens qui devaient financer Léon... On a "morflé" à cause de Dalongeville et je regrette que Claude Chopin ait été impliqué là-dedans. C'est le dindon de la farce... » Changement de ton du côté de Gérard Dalongeville. Si l'Héninois "exilé" dans les Vosges explique « assumer ses responsabilités d'ordonnateur dans le dossier des avions-taxis », il avance que ce jugement fera jurisprudence « car des maires réfléchiront à deux fois avant de confier une délégation de signature et de pouvoir à un adjoint »... Rappelant d'autres jurisprudences politiques en matière de gestion de fait, Gérard Dalongeville déplore avoir à subir une sanction financière disproportionnée car « je n'ai jamais profité une seule fois de ces factures ». Ce dont, paradoxalement, les juges prennent acte... Mais il profite surtout de ce jugement pour balancer un nouveau pavé dans la mare. Et annonce qu'avec son avocat, Philippe Mathot, l'Héninois compte saisir la justice sur le but de certains déplacements aériens au Luxembourg de son ex-premier adjoint, Claude Chopin : « Je dis avec gravité que ces déplacements au Luxembourg sont liés au financement du PS et je démontrerai cela devant la justice ! » Cela ressemble furieusement à un second coup de semonce !

Légende photo : C'est en destination de la résidence de Léon qu'étaient a priori affrêtés les vols d'ATS. Juste a priori....


Source : La Voix du Nord
Mercredi 25 janvier 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article