Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Projet-Guy-Mollet.jpgBien évidemment, parmi les questions pressantes des enquêteurs lors de la toute première audition de Guy Mollet, vient immanquablement le dossier des avions-taxis et des innombrables déplacements organisés avec ATS. Des déplacements que M. Mollet ne nie pas, sans tout reconnaître pour autant puisqu'il affirme n'avoir participé qu'à six déplacements, dont deux payés de sa poche. Il explique s'être rendu à Carcassonne pour un projet immobilier, au Luxembourg aussi pour ouvrir un compte bancaire puis s'occuper d'une équipe du cyclisme. Et puis il y a eu Léon... Était-il mandaté par la Ville pour vendre ce bien municipal ? « Je n'ai jamais été missionné à cet effet mais M. Dalongeville était parfaitement au courant. Si j'avais trouvé un acquéreur, un contrat ou un ordre de mission aurait été rédigé a posteriori... » Était-il accompagné ? Là les réponses sont fumeuses et parfois contradictoires... Guy Mollet explique être souvent parti seul mais parfois aussi avec son ami patron de L Invest ou un bon copain à lui travaillant dans le bâtiment. Puis, au fil des dépositions de ceux qui bénéficièrent de ces déplacements, M. Mollet baisse la garde par la force des choses. Mais que des factures aient pu être établies au nom de la mairie d'Hénin-Beaumont, ah ça non ! Et si les factures évoquent régulièrement, « transport de M. le maire », Guy Mollet reconnaît que ce dernier n'a jamais mis le pointe de son escarpin dans un de ces avions-taxis. « Comment pouvez-vous en être sûr ? », demande l'enquêteur. Réponse frappée au coin du bon sens de Guy Mollet : « Je l'aurais bien vu assis à côté de moi ! » A-t-il ouvert un compte au Luxembourg ? L'homme se défend, nie farouchement même lorsqu'on lui met sous le nez un courrier attestant du contraire. La nuit est tombée et elle portera conseil... Le lendemain matin, dès son retour en interrogatoire, Guy Mollet, spontanément, avoue que, contrairement à ce qu'il avait avancé la veille, il avait bien ouvert un compte en banque eu Luxembourg. Et ce sur les conseils d'un ami commercial « car selon lui il y avait des investisseurs sur place qui pourraient me suivre ». Le compte, explique-t-il ensuite, serait aujourd'hui clôturé.

Falsification de passeport

Un compte dont on comprend vite pourquoi il a été ouvert lorsque le lieutenant menant l'interrogatoire énumère les projets en cours de l'Héninois : un important programme immobilier (450 maisons plus un hôtel et un restaurant de haut de gamme) sur un domaine appelé Peyrepicade appartenant à son ami, patron de L Invest un projet de création de base de loisir avec plan d'eau à Quillan un projet forestier sur la commune de Couiza (avec des factures impayées laissées à une société de forage)... Et puis des petites « emmerdes » un peu partout comme cette procédure de falsification de document administratif intentée à son encontre par la police des airs et des frontières de Carcassonne, Guy Mollet ayant modifié la date d'expiration de son passeport... et puis cette fâcheuse habitude de se présenter comme un investisseur connu de nombreux institutionnels, dont le médiateur de la République (« il a demandé au préfet d'organiser une réunion et à un sous-préfet de me recevoir », explique M. Mollet). Autre tendance de l'homme d'affaires de crier sur les toits qu'ils bénéficie de gros financements suisses et luxembourgois pour ses projets... M. Mollet niera dans un premier temps avoir contacté un établissement bancaire suisse avant de reconnaître en avoir contacté un « mais je ne sais plus pourquoi ! » Ah !, cette mémoire qui flanche.

PASCAL WALLART

A suivre


Source : La Voix du Nord
Samedi 11 juin 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article