Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

logo_GC.pngS’il y a au moins une morale à tirer de l’affaire Bettencourt, c’est que les simples citoyens et contribuables que nous sommes sont loin, bien loin d’imaginer ce que peut être la richesse accumulée sur plusieurs générations grâce au capitalisme triomphant.

Madame Bettencourt, bien qu’elle dilapide une partie de sa fortune en jouant les mécène, possèderait – il s’agit d’une estimation – 15 milliards d’euros à titre personnel. Quand bien même un artiste un peu indélicat aurait détourné un de ces milliards, cela reste une histoire de riches entre eux !

Selon le journal web Eco89, cette femme gagnerait mensuellement 34 millions d’euros rien qu’avec les dividendes de L’Oréal et de Nestlé, soit plus de 25 mille fois le SMIC. Et elle doit trouver les salaires des employés de L’Oréal et de Nestlé trop élevés.

25 000 fois le SMIC ! Sous l’Ancien régime, y avait-il de telles différences de fortune ? Certainement pas. Seul le capitalisme au degré auquel il est arrivé peut permettre de telles aberrations. Car il s’agit bien d’une aberration. Il faut mettre ces revenus et le capital accumulé en rapport avec le réel : 8 millions de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté, 5 millions sont mal logés. Et la France reste un pays riche, où on ne meurt pas de faim. Mais combien de millions d’hommes et de femmes dans le monde vivent avec moins d’un dollar par jour ? Pour mémoire, 800 millions d’êtres humains souffrent de malnutrition et de famine. Est-il concevable que face à toute cette misère quelques riches décadents puissent accumuler autant ? Est-ce justifiable ?

Face à cela, on nous jette à la figure les frasques de la première fortune de France, qui non seulement touche 34 millions d’euros par mois, mais bénéficie du bouclier fiscal ! Cette femme aurait reçu à ce titre en 4 ans 100 millions d’euros de l’Etat. Et ses gestionnaires de fortune organisent son évasion fiscale. De qui se moque-t-on ? Il n’y a qu’un terme pour qualifier cette situation : l’indécence. L’indécence de ces hommes et ces femmes riches à milliards, qui ne pressurent pas suffisamment le monde du travail à leur goût, appelle une nouvelle révolution.

Combien y a-t-il de familles du même niveau de fortune qui bafouent ainsi les règles communes ? Au lieu d’organiser des descentes de police sur-médiatisées dans les fameux « quartiers », nouveau terme pour stigmatiser les banlieues populaire, la police ne ferait-elle pas mieux de traquer ces délinquants en cols blancs qui agissent au vu et su des responsables politiques ? Au lieu de prendre des mesures discriminatoires envers les Roms, notamment les Roms d’Europe de l’Est qui survivent en vivant dans des bidonvilles et en récupérant ce qui reste dans les poubelles, le Sieur Sarkozy ferait bien d’envoyer les agents du fisc à ses amis du Fouquet’s : c’est là qu’est l’argent.

Il n’est pas certain que le petit trafiquant qui roule en BMW soit plus dangereux pour la société que les quelques centaines de très riches qui délocalisent, pillent les pays en y réalisant des bénéfices monstrueux, et organisent leur évasion fiscale tout en bénéficiant du fameux bouclier du même nom !

Rappelons le principe même de l’impôt sur le revenu : c’est le principe de redistribution. En collectant l’impôt, l’Etat est censé organiser la redistribution pour pallier certaines inégalités. Actuellement, l’Etat organise certes la redistribution… en faveur des plus riches. Il est temps que ça change !


Source : Gauche Communiste du PCF
lettre n°43, juillet-août 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article