Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Méricourt

Archives

 

Publié par David NOËL

Deleguees-CGT-Moy-Park-VDN-12-11-11.jpg|  ON EN PARLE |

Rendez-vous très instructif que celui proposé, deux fois par an, par les conseillers régionaux PC, Jean Haja et Bertrand Péricaud, aux syndicalistes des grandes entreprises du secteur.

Ce jeudi, ce fut également l'opportunité pour les élus de débriefer la séance plénière consacrée il y a peu à la conjoncture de l'industrie automobile. Qui leur laisse un goût d'inachevé, le tableau ayant été totalement complet si le tour de table avait également inclus les équipementiers automobiles. En ce sens, les élus communistes pourraient être aidés par le courrier que leur a adressé le président de Faurecia International déplorant que le conseil régional Nord-Pas-de-Calais ne l'ait jamais invité, celui-ci se déclarant prêt à rencontrer les élus de la Région... Un nouveau tour de table qui, Bertrand Péricaud le martèle, pourrait apporter un peu de visibilité « dans une industrie régie par le culte du secret, la conséquence étant que les élus ne savent rien de ce qui se trame, se bornant à donner de l'argent et c'est tout ! » Et de citer le cas de MCA Maubeuge « à qui on a réussi à faire rendre gorge car l'entreprise avait reçu des subventions de la Région pour créer 800 emplois qui n'ont jamais vu le jour. Ils ont donc dû rembourser 800 000 € ! » Un culte du secret sur lequel rebondit le secrétaire fédéral du PCF, Hervé Poly, à propos du dossier Faurecia : « Ils ne peuvent pas le dire officiellement, mais ils travaillent à ce que, dans la Région, il n'y ait plus qu'un seul site de production ! Il faut absolument que, là-dessus, on soit informé de leurs choix stratégiques qui sont également des choix de profitabilité ! »

Autre cas évoqué que celui de Moy Park, le site héninois étant, selon la déléguée syndicale CGT, Nicole Leroy, en pleine restructuration. Aux commandes, un nouveau directeur qui prendra ses fonctions la semaine prochaine « mais est déjà dans la maison depuis le 10 octobre et a fait savoir que son but était de réduire les coûts ». Et la syndicaliste d'avancer : « Après un temps d'observation, il semble déjà déterminé à enlever tous les intérimaires, ce qui représente une centaine de postes aujourd'hui et environ 350 en été... » Côté effectifs, l'entreprise compterait aujourd'hui 500 titulaires (« dont 16 embauches en décembre dernier afin qu'on ne passe pas sous la barre des 500 mais on reste encore loin des 800 emplois promis à l'origine ! ») Une entreprise dans le collimateur des élus PC, Moy Park ayant bénéficié, voici deux ans, de subventions de la Région et de la CAHC pour la création d'une nouvelle ligne de production. « On a commencé les formations d'opérateurs pour aller vers l'automatisme de la future ligne, mais on nous a fait comprendre que si la formation n'était pas totalement financée, elle s'arrêterait.... » s'inquiète l'élue CGT. Qui craint que « comme à Faurecia on vende également les murs de Moy Park ». Avec, derrière cela, les craintes légitimes que l'on imagine aisément.

P. W.

Grosses inquiétudes du côté des déléguées syndicales CGT de Moy Park.


Source : La Voix du Nord
Samedi 12 novembre 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article