Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo_vdn_carre.gif|  AFFAIRE HENINOISE / UN DEMOLISSEUR QUI AVAIT LE VENT EN POUPE |

Depuis fin 2006, le roi Leon est donc nu ! Une résidence qui n'a plus que murs et portes à proposer... Et donc ne présente potentiellement plus aucun intérêt pour les pilleurs de tous poils. Et pourtant, en 2008, une société de surveillance recevra pas moins de 90 704 € pour garder un site qui n'est plus une coquille vide. D'autant plus stupide qu'une enquête de la brigade financière attestera qu'en sus, de surveillance, il n'y eut point. Ce que les dirigeants de la société reconnaîtront, parlant d'erreur de formulation... Ah ces erreurs de formulation, on les retrouve également au fil des chantiers confiés par la mairie d'Hénin-Beaumont à notre démolisseur de Léon (lire notre édition d'hier), entrepreneur qui, dès 2007, multiplie les interventions en ville dans l'opacité la plus totale puisqu'on le retrouve sous trois noms de société différents. Pratique pour brouiller les pistes. Avec, à chaque chantier, le même cérémonial. A savoir que l'entrepreneur se rendait dans le bureau du premier adjoint où Guy Mollet l'attendait avec tous les documents de marchés. Ainsi, en 2007, pour une démolition, rue Voltaire, notre homme se fait régler 62 491 € le 31 juillet puis, pour le même chantier, présente une facture de 75 518 € dix jours plus tard !

Tout ça marche tellement bien qu'un mois plus tard, il remet ça sur une démolition d'immeuble en péril, rue Brosssolette. Le 31 août, une facture de 79 474 € est présentée... et sa petite soeur suit,avec le même libellé, le 10 septembre, mais avec cette fois-ci une ardoise de 93 503 € ! Et tout cela bien évidemment, faut-il le préciser, dans le plus grand irrespect des règles des marchés publics.

Un petit jeu (qui se répétera à maintes reprises suivant le même scénario) qui devient même comique lorsqu'à la demande du maire (toujours via Guy Mollet), l'entrepreneur intervient en janvier 2008 rue Jean-Macé pour dégager des arbres tombés suite à une tempête. Là, il se retrouve nez à nez avec une entreprise d'espaces verts par ailleurs mandatée pour le même travail. Et, fort civilement, la laisse prendre en mains le chantier. Mais le rusé n'oublie pas pour autant de présenter à la Ville une douloureuse de... 106 000 € !

PASCAL WALLART

A suivre


Source : La Voix du Nord
Lundi 28 février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I


extraordinaire.
ce jour,le facho,condamné par la justice de son pays pour diffamation et qui a fait appel,semble souhaiter la nationalisation d'E.D.F  et de gaz de france,en signalant les hausses abusives
et excessives,faites sous le regne de "l'agité du bocal".
encore un petit effort ,et après avoir rejoint le M.N.R,en trahisant le F.N.,il pourrez rejoindre le P.S 62 ripoux , qui lui aussi était pour les nationalisations en 1981.
signé....A.H.



Répondre
J


merci mr BOUQUILLON et mr BIZZENESSE,le maire élu par 26 heninois de l'A.R.


j'étais au chomage,ancienne empoyée d'une superette du centre ville,près d'une église.élue grace à l'apport des voix du P.C.,des VERTS ,de la liste FERRARI,de la liste DARCHICOURT(en un mot de
tous les républicains),bien qu'incompétente .je gagnais déjà plus de 1.000 euros par mois.mais grace aux 2 zebres ci-dessus nommés,j'ai obtenu une place à la C.A.H.C.,comme J.P. CHRUZ...,par
J.P.C.


c'est cool et en plus je suis bien payé.je ne regrette pas d'avoir fait de la politique dans une équipe de bouffon.pourvu que ça dure.et je me representerais en 2014. signé  C.D


quand je vous disais qu'ils étaient pire que dalongeville,vous ne m'avez pas cru.



Répondre