Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Dominique-Watrin-Jean-Haja-et-Bernard-Staszewski-VDN-21-12-.jpg| RE-SOURCE AUTO PIÈCES |

Vieux de dix ans, le feuilleton Metaleurop était dans toutes les têtes, hier, à l'heure où les élus communistes du territoire rencontraient des salariés de Re-source Auto Pièces et le représentant régional de la CGT, Dominique Ben, en mairie d'Évin-Malmaison. Car bien que la casse sociale à l'oeuvre à Re-source soit de bien moindre ampleur, (on parle ici de 35 emplois menacés), c'est bel et bien le symbole d'un site industriel sacrifié, puis promis à une renaissance sur laquelle des points d'interrogation se dressent aujourd'hui, qui s'impose à tous.

Pour les communistes, l'heure serait donc venue de « demander des comptes » au groupe Sita Suez sur les engagements pris à l'époque et sur l'utilisation des fonds publics débloqués pour la requalification du site en un écopôle tourné vers l'économie verte (notre édition d'hier). « Les objectifs en terme d'emploi sont en deçà des prévisions », rappelle Jean Haja, maire de Rouvroy et conseiller régional. Autour de la table, c'est le maire d'Auby, Freddy Kaczmareck, qui se montre le plus virulent. Avec des accents très « thatchériens  » sur le mode « I want my money back ! », l'élu revient une nouvelle fois sur l'ardoise laissée par Recyclex s'agissant du chantier de dépollution de Metaleurop-Nord. « Il faut aller chercher le pognon directement là-bas  ! », tonne le maire d'Auby, qui n'a pas hésité à toquer à la porte du siège social de Recyclex, à Suresnes, pour réclamer le règlement de la note... « Rien qu'avec l'argent que Recyclex doit, on serait capable d'assurer le fonctionnement de Re-source Auto Pièces pendant des années, et même d'embaucher ! »

Mesures d'urgence

Les représentants de la commission de développement économique du conseil régional s'activent pour rencontrer les dirigeants du groupe Sita Suez avant le 3 janvier, date a laquelle le plan de sauvegarde de l'emploi doit être voté. Dominique Watrin, sénateur communiste, en appelle directement au président de la République qu'il enjoint à prendre des « mesures d'urgence. Le gouvernement peut tout de suite prendre un moratoire qui suspendrait tous les plans de licenciements en cours pour chercher des alternatives au cas par cas. Il n'y a d'ailleurs pas besoin d'en passer par une loi. » « On n'est qu'au début d'un long combat, constate Hervé Poly. On refusera très clairement toute fermeture du site. On ne peut pas nier les difficultés économiques, mais il y a là un savoir-faire, et Renault et Suez, qui sont les actionnaires d'Indra et qui font des profits, ont les moyens de pérenniser l'emploi. »  •

H. N.

Légende photo : Le cas de Re-Source Auto Pièces, né du démantèlement du site de Metaleurop, nouveau cheval de bataille des élus communistes.


Source : La Voix du Nord
Vendredi 21 décembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article