Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par UNEF

logo UnefL’observatoire national de la vie étudiante (OVE) publie aujourd’hui son enquête sur les conditions de vie des étudiants en 2013.

L’enquête confirme une dégradation de la situation sociale des étudiants. Ils sont près de 55% à rencontrer des difficultés financières de « moyennes » à « très importantes ».

L’UNEF rappelle au gouvernement l’urgence de poursuivre le chantier de la réforme des aides sociales engagé à la rentrée pour répondre à l’urgence sociale.

Le salariat étudiant est un obstacle à la réussite universitaire

L’OVE révèle que 46% des étudiants occupent un emploi pendant l’année universitaire et la moitié d’entre eux considère cette activité comme indispensable au financement de leurs études. Toujours selon l’enquête de l’OVE, une activité salariée diminue l’assiduité en cours et le travail personnel. Un étudiant salarié accorde 32h par semaine à ses études contre 37h pour un étudiant qui ne subit pas cette contrainte.

L’UNEF rappelle que les études représentent un job à temps plein. Elles sont  incompatibles avec le salariat étudiant, qui participe également à exclure certains jeunes des formations qui imposent la charge de travail la plus importante (classes préparatoires aux grandes écoles, premières années des études de santé…)

L’accès à l’autonomie est un parcours du combattant

58% des étudiants qui se salarient le font pour être autonomes de leurs parents. Pour ces étudiants, leur emploi représente 51% de leurs ressources annuelles. Faute d’un système d’aide sociale qui répond aux besoins des étudiants autonomes, le salariat est la principale source de financement de leurs études.

En période de crise, alors qu’il est de plus en plus difficile pour les familles de subvenir aux besoins des étudiants, l’UNEF interpelle le gouvernement sur la nécessité d’une réforme du système d’aide sociale qui prenne en compte l’autonomie des jeunes.

Santé des étudiants : un constat alarmant

La précarité se traduit par un mal-être global des étudiants. Les difficultés financières, la peur de l’échec et les craintes justifiées quant à leur avenir entrainent une fragilité psychologique importante chez les étudiants. Plus d’un étudiant sur deux se dit « stressé » ou « déprimé » quand 39% d’entre eux se déclarent « en situation d’épuisement ».

L’UNEF appelle le gouvernement à renforcer la prévention à destination des jeunes dans le domaine de la santé, notamment à travers les acteurs de terrain comme les mutuelles étudiantes.

Le constat ne suffit pas, il faut de nouveaux droits sociaux pour les étudiants.

La Ministre de l’Enseignement Supérieur s’est engagée à une montée en charge du système d’aide sociale pour mettre en place une allocation d’autonomie d’ici la fin du quinquennat.

L’UNEF revendique une mise en place urgente des 1000 aides à l’autonomie annoncées par le gouvernement en juillet dernier. Elles doivent ouvrir un nouveau droit aux étudiants : celui d’accéder à une aide pour financer leur autonomie.

L’UNEF revendique également pour la rentrée 2014 :

- La revalorisation des bourses au-dessus de l’inflation

- L’accès des 100 000 boursiers échelon 0 (exonération des droits de scolarité) à l’échelon 0 bis (aide de 100 euros par mois)

- La refonte du Fond National d’Aides d’Urgence (FNAU) et des 1000 aides à l’autonomie pour doubler le nombre d’étudiants indépendants qui accèdent à une aide sociale


Source : UNEF
Mardi 10 décembre 2013

Commenter cet article