Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Bertrand-Pericaud-VDN-13-07-13.jpgDans le Bruaysis, la rentrée sociale pourrait bien être chaude. Ce vendredi matin, une trentaine de représentants syndicaux du secteur avait répondu à l’invitation de Bertrand Pericaud, conseiller régional communiste et président de la commission du développement économique.

Hervé Poly, le secrétaire départemental du Parti communiste était également présent. Le but de cette réunion informelle, organisée dans la salle des fêtes de Divion ? « Faire le point sur les situations des entreprises du secteur, pour éventuellement porter les revendications des syndicalistes auprès de la Région », expliquait après coup le conseiller régional. Et à en juger par le ton des « invités », le moral social et professionnel n’est pas au beau fixe.

Accords de compétitivité

Dans la salle, des syndicalistes de la SNCF (Arras), Bridgestone (Béthune), Aperam, Plastic Omnium, entre autres. Pour Aperam, le conseiller régional dit être très attentif à ce qui va se passer dès la rentrée. À la fin du mois, la ligne Inox 3, qui avait été temporairement rouverte, va être remise sous cocon. Et en septembre, « on voit bien que ce qui va être à l’ordre du jour, ce sont les accords de compétitivité. Il peut y avoir un risque de chantage à la délocalisation », estime Bertrand Pericaud. Ce dont la région Nord-Pas-de-Calais se passerait bien : elle compte déjà 366 000 demandeurs d’emploi. Quant au bassin Béthune-Bruay, son taux de chômage est de 13 %, contre 10 % au niveau national. Pour Aperam, « on va donc regarder ça de très près, je vais interpeller le haut-commissaire au redressement productif (relais régional du ministère du même nom) », affirme le conseiller régional.

Mais cette réunion est allée bien au-delà du bassin Béthune-Bruay et de la région. Car le courroux exprimé par les syndicalistes et le secrétaire départemental du PCF était clairement dirigé vers le pensionnaire de l’Élysée. Avec la réforme des retraites en tête de gondole de leurs revendications. Des « c’est pas la crise pour tout le monde » fusant ça et là. L’objectif des forces en présence vendredi ? « Gagner la bataille idéologique. » Beaucoup glosant sur l’ennemi que François Hollande aurait perdu de vue : la finance.

Éviter la division

Pour ça, Thomas Boulard, le premier adjoint de Danièle Seux, tous deux présents à la réunion, a exhorté chacun à se fédérer : « Chaque syndicat ne peut veiller uniquement au respect de sa ligne rouge. Il faut éviter la division des salariés : tout ça fait la joie du gouvernement et du patronat. »

La réunion s’est achevée sur la promesse de chacun de plancher sur tous ces sujets durant l’été. Car comme l’a rappelé Henri Tobo, cégétiste béthunois, « on ne doit pas uniquement être dans la contestation, il faut qu’on soit force de propositions ». Rendez-vous est pris à la rentrée.

Légende photo : Bertrand Pericaud, conseiller régional, se dit très attentif à la situation d’entreprises comme Aperam.


Source : La Voix du Nord
Samedi 13 juillet 2013

Commenter cet article