Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Benjamin-Stora.jpgLe lamentable feuilleton de l’exposition Camus prévu dans le cadre de Marseille provence 2013 capitale européenne de la culture vient de connaître en cette fin d’été un nouveau rebondissement qui confirme les craintes que j’avais exprimées dès juin dernier. C’est effectivement la personnalité du commissaire de l’exposition, Benjamin Stora qui était en cause puisque voici comme par miracle que le projet est à nouveau sur les rails mais avec Michel Onfray comme commissaire.
C’est une décision qui s’apparente à un acte de censure, une chasse aux sorcières poursuivie avec ténacité par la mairie d’Aix-en-Provence, principale partenaire de MP 2013 pour ce projet.
En effet, Benjamin Stora, après d’autres, est victime des forces occultes qui dans cette ville combattent avec acharnement tous ceux qui ont soutenu le peuple algérien dans son combat pour sa liberté et son indépendance.

D’ailleurs le maire d’Aix-en-Provence a décidé parallèlement d’interdire sur sa commune toutes les manifestations célébrant le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Le remplacement de Benjamin Stora par Michel Onfray est un acte politique qu’il faut dénoncer. Je me félicite de l’attitude de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti qui a retiré le financement et le logo du ministère pour cette exposition. Je regrette que la direction de MP 2013 ait accepté ce coup de force d’une droite qui confirme sa radicalisation et ses liens avec l’extrême droite en particulier en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. J’apporte mon soutien à Benjamin Stora dont la compétence et l’engagement nous manqueront terriblement pour célébrer Albert Camus qui avait raison d’écrire dans « La peste » que La "bêtise insiste toujours".


Alain HAYOT
Délégué national du PCF à la culture
Porte parole Front de gauche de l’art et de la culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article