Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Devant le Congrès des Maires de France et contre l’avis d’un très grand nombre d’entre eux, François Fillon a confirmé que le gouvernement maintenait le projet de suppression de la taxe professionnelle.

C’est une catastrophe pour les collectivités territoriales et principalement les communes qui vont perdre plus de 11 milliards d'euros de ressources. Le Premier Ministre annonce qu’il va compenser cette perte par une dotation de l’État. Or, ces dotations de l’État sont promises à décliner lentement mais sûrement. De plus, ces dotations proviennent du budget de l’État, donc des recettes de l’impôt principalement payé par les ménages. C’est un nouveau transfert au profit des entreprises et du capital.

Les collectivités territoriales répondent aux besoins de la population et elles représentent 75 % de l’investissement public de notre pays. La suppression engagée des échelons territoriaux en 2014 reflète une volonté de recentraliser pour reprendre le pouvoir sur les compétences des collectivités territoriales. Il y a là un caractère idéologique du Président qui veut tout tenir : suppression d’emplois publics et maintenant réduction des dépenses des collectivités en réduisant le nombre de salariés.

Non seulement il ne faut pas supprimer la taxe professionnelle, mais il faut la faire évoluer pour la rendre intelligente : l’entreprise qui investit dans la recherche, dans la formation, dans une autre forme de production pour répondre aux besoins aurait le droit au bonus, mais une entreprise qui fait de la financiarisation, elle, se verrait appliquer un malus. Que les entreprises financent l’investissement public local serait plus utile que d’engouffrer leur argent sur les marchés financiers.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article