Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Unis-forts.jpgLa vérité a fini par faire son chemin, le gouvernement a décidé de repousser l’âge légal de départ : ils ont osé, la fin de la retraite à 60 ans est programmée. La droite a délibérément menti aux français depuis des mois. Elle veut mettre en pièce une conquête majeure pour laquelle les salariés ont cotisé toute leur vie.

Alors que les banques et les marchés financiers, responsables de la crise financière que nous connaissons, sont portés à bout de bras à coups de centaines de milliards d’euros, la pression la plus abominable est mise sur les salariés, sur ceux qui espéraient pouvoir avoir du temps pour eux, pour leur famille et non plus sous l’autorité d’un employeur.

Nous ne laisserons pas faire cette injustice, cette expropriation du faible par le fort. L’heure est au rassemblement le plus large, de tous ceux pour qui la justice sociale a encore du sens.

Le PCF appelle les forces politiques de gauche et écologiques à déployer par tous les moyens la mobilisation et à tout faire pour assurer le succès de la journée d’action et de grève organisée par les syndicats le 27 mai.

La réforme ne doit pas passer et le PCF se battra aux côtés des salariés pour la faire échouer.

Les élu-e-s et militant-e-s communistes participeront à la journée d’action du 27 mai. Le rendez-vous est fixé à 14h30, Porte de Paris, à Lille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y


Aujourd'hui c'est un symbole (la retraite à 60 ans) qui est battu en brêche par le gouvernement, mais en réalité c'est une institution qui est visée: le principe même de l'assurance vieillesse.
Rappelons que celui-ci figurait dans le programme du Conseil National de la Résistance au même titre que l'assurance maladie et qu'ils ont été instaurés par le ministre communiste Ambroise
Croizat.


Ces régimes (maladie et vieillesse) reposaient sur quatre piliers:


- une assurance obligatoire pour tous les salariés,


- une égalité de traitement pour tous,


- une solidarité intergénérationnelle et interprofessionnelle,


- une cotisation partagée entre le salarié et l'employeur.


Il se trouve que l'assurance maladie est aussi attaquée en ce moment (à travers notre système de santé; cf la loi HSPT et ses développements comme l'ordonnance de février 2010).


En clair, c'est toute notre sécurité sociale issue de la Libération qui est remise en cause par l'équipe de Sarkozy.


Yvs LOURDEL



Répondre