Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Claire-Checcaglini.jpgVoulant raconter l'envers du décor, la journaliste Claire Checcaglini s'était infiltrée au Front National. Elle a raconté son parcours dans le livre "Bienvenue au Front - Journal d'une infiltrée", ce qui lui a valu un procès pour diffamation, dont elle sort aujourd'hui relaxée.

La journaliste Claire Checcaglini, qui s'était infiltrée pendant plusieurs mois au parti d'extrême droite pour en raconter l'envers du décor, a gagné une première manche judiciaire ce vendredi 13 juin 2014 face à Marine Le Pen. Mais outre cette affaire, la journaliste pourrait également comparaître, au tribunal de Nanterre cette fois, pour escroquerie, après une autre plainte du Front national sur les conditions dans lesquelles elle a enquêté.

Dans Bienvenue au Front - Journal d'une infiltrée (Editions Jacob Duvernet), Claire Checcaglini, qui avait pris une fausse identité pour entrer au FN, fait le récit de son militantisme au sein du parti d'extrême droite, en 2011, dans la fédération des Hauts-de-Seine, puis à Paris.

La présidente du FN avait déposé plainte en diffamation, nottament à cause d'un passage où l'auteure racontait une conversation avec un cadre, qui lui-même rapportait des propos de la présidente du FN sur son discours sur l'islam.

Les propos de Marine Le Pen sur l'islam

"Si je caresse l'islam dans le sens du poil de temps en temps, ce n'est pas pour eux (les musulmans), c'est pour les Français, qui croient encore, ces cons-là, que l'islam est une religion", racontait ce cadre frontiste, en mettant ces mots dans la bouche de Marine Le Pen. "Si je dis que l'islam n'est pas fréquentable, que c'est la pire des choses, ils me traiteront de raciste et ne voteront pas pour moi", poursuivait-il, en prêtant toujours ces propos à la présidente du FN.

Des propos qui la "font passer pour quelqu'un de particulièrement déloyal et malhonnête", avait plaidé lors de l'audience l'avocat du parti d'extrême droite, Maître Wallerand de Saint-Just. Toutefois, la 17ème chambre correctionnelle a estimé que cette malhonnêteté intellectuelle prêtée à Marine Le Pen relevait de la libre opinion mais non d'un fait précis pouvant être qualifié de diffamatoire. L'avocat du FN n'a pas précisé s'il ferait appel.

De son côté, Me Léa Forestier, avocate de la journaliste et de l'éditeur, s'est félicitée de cette relaxe face à Marine Le Pen, qui "revendique une très grande liberté d'expression mais aimerait bien être la seule à en bénéficier".

Légende photo : Pour son livre "Bienvenue au Front, journal d'une infiltrée" sorti en février 2012, Claire Checcaglini s'était faite passer pour une militante d'extrême droite.


Source : RTL.fr
Vendredi 13 juin 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article