Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Guillaume-Sayon-VDN-octobre-2010.jpg|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

On les prétend manipulés, inaptes à cerner les enjeux de la réforme des retraites, voire inconscients. Alors que les manifestations des lycéens secouent le pays, Guillaume Sayon défend la jeunesse qui pense et fustige celle qui casse. En 2003, c'était lui le leader lycéen à Avion. Un engagement non sans lendemain puisqu'à 23 ans, il est aujourd'hui conseiller municipal et travaille pour le Parti communiste.

PAR ÉDOUARD WAYOLLE
lens@info-artois.fr

Printemps 2003. Le gouvernement avance en terrain miné sur la réforme des retraites dite Fillon. La grogne s'organise dans la rue. Au lycée Picasso d'Avion, « une bande de potes » décide d'agir. « On parlait souvent de politique, on aimait l'histoire, se souvient Guillaume. Je m'étais alors renseigné sur l'aspect technique de la réforme. » Son idée est faite. Assemblée générale, blocage du lycée... Ce sera le premier fait d'arme de l'élève de seconde qui deviendra leader du mouvement. « L'engouement des élèves, la presse qui arrive... C'était plaisant. En se mobilisant, on s'est exprimé, on a eu la possibilité de le faire. Ça m'a conforté dans mon idée d'aller plus loin. » Rien ne destinait pourtant ce fils d'ouvrier à prendre le mégaphone et à défiler en tête des cortèges. « On parle souvent de politique avec mes parents mais ni l'un ni l'autre n'étaient engagés dans le syndicalisme ou en politique », raconte l'Avionnais.

L'héritage familial l'incite toutefois à ne regarder qu'à gauche de l'échiquier. « Je me suis cherché politiquement pendant un moment. Au lycée, je représentais les élèves au conseil d'administration. C'est là où j'ai rencontré la conseillère régionale Cathy Poly (PCF) avec qui on s'est retrouvé sur pas mal de points. » Après avoir lu notamment Marx, « inévitable si l'on veut s'engager en politique », son choix lui paraît « évident ». À 18 ans, il se carte au Parti communiste pour lutter contre ce « mécanisme de domination d'une minorité qui détient tous les pouvoirs » au détriment « d'une majorité qui se précarise d'année en année ».

Les suiveurs, les casseurs et les autres

Ses études à Lille où il obtient une licence d'histoire sont jalonnées par plusieurs mouvements, contre le CPE ou encore la réforme des universités. Conseiller municipal à Avion dès 2007, le collaborateur d'élus est aussi désormais chargé des questions jeunesse et communication à la Fédération communiste du Pas-de-Calais.

Ces derniers jours, il s'est rendu plusieurs fois au lycée Picasso rencontrer les élèves mobilisés. Pour « offrir (son) expérience », pas pour « récupérer » : « En 2003, on n'a attendu personne pour bouger. Si le gouvernement pense que les jeunes sont manipulés, ça prouve bien qu'il a une méconnaissance totale de notre jeunesse. Avec les réseaux sociaux et Internet, l'accès à l'information est totalement différent. Les lycéens ont bien compris que la réforme était un choix de vie qu'on leur imposait. »

Bien sûr dans le lot des manifestants dans le secteur et ailleurs, il y a « les suiveurs, contents de sécher les cours », voire des casseurs qui « décrédibilisent un mouvement ». Il y a aussi les autres, ceux qui « pensent que ». « La jeunesse s'intéresse aux questions politiques notamment d'ordre mondial comme la faim dans le monde et l'environnement. Mais c'est vrai, il existe aussi chez eux une méfiance vis-à-vis des appareils politiques. » Le jeune élu reste également perplexe sur l'attention qui est accordée à la parole des jeunes. « Ça évolue un peu mais généralement, on ne les écoute que d'une oreille. On les prend pour des idéalistes mais heureusement qu'ils le sont ! La jeunesse est l'âge des possibles. »

Et si Guillaume applaudit la mobilisation des lycéens, il n'attend pas moins d'eux qu'ils concrétisent cet élan par la suite. « Je souhaite que cette génération prenne conscience que l'engagement citoyen passe en premier lieu par le vote. » Une autre lutte.


Source : La Voix du Nord
Vendredi 22 octobre 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article