Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Photo-VDN-rassemblement-10-01-15.jpgUn sentiment de confusion régnait, hier matin, en centre-ville d’Hénin-Beaumont suite aux appels distincts et concomitants au rassemblement de la municipalité, d’un côté, et des associations et forces de gauche, de l’autre. Deux mobilisations qui se sont finalement passées sans heurts.

Ils étaient nombreux hier, en fin de matinée, à converger vers la place Jaurès. Plus de 400, arborant tous la tristement célèbre inscription « Je suis Charlie ». Dans la foule, beaucoup d’anonymes – qui étaient loin d’être tous au courant du deuxième rendez-vous fixé en même temps place de la République – mais aussi quelques visages familiers. Dont celui de Jean-Marc Legrand, ex-maire provisoire d’Hénin et candidat divers droite aux dernières municipales. « Je suis là en tant que sous-officier de réserve aux côtés des anciens combattants, précise-t-il. Et il m’a semblé tout à fait normal d’être devant le fronton de la mairie, quelle qu’en soit l’étiquette politique, et surtout où est inscrit liberté, égalité, fraternité et où sont présents les représentants du culte musulman. »

Des représentants d’ailleurs très émus. Au premier rang desquels Mohamed Dahou, président d’Ennasr, qui, après l’allocution de l’adjoint à la culture, Christopher Szczurek et du maire, Steeve Briois, a repris les propos du discours qu’il a tenu, vendredi, lors de la grande prière à la mosquée héninoise. Une fois encore, il a exprimé « le sentiment d’horreur absolue » qu’éprouvent les citoyens franco-musulmans face à cette « barbarie qui n’a rien à voir avec l’islam ». Et adressé ses « sincères condoléances aux familles touchées par ce désastre, ce crime, ces actes qui n’ont aucune foi, aucune religion ». Puis égrainé, la gorge serrée, le nom des victimes, « tous ces héros morts en martyrs de la Liberté, piliers de la démocratie et de la République ». Avant d’appeler à ne pas faire d’amalgame.

Signature registre Eugene BinaisseUnis sur les registres

Un message applaudi et entendu par de nombreux citoyens qui n’ont pas manqué de lui faire part de leur soutien, avant de rejoindre les salons d’honneur pour signer les registres d’hommage. Des livres que sont également venus signer de leur plume les participants au rassemblement organisé place de la République. Ce qui n’a pas manqué de faire grincer les dents de la municipalité. « Ce que je trouve lamentable c’est qu’ils puissent, en cette circonstance, organiser une contre-manifestation. Même dans des périodes douloureuses où il faut faire preuve d’unité, ils continuent d’entretenir la division ! », a déclaré le maire, Steeve Briois, en marge du rassemblement qui s’est néanmoins terminé comme il a commencé. Dans le calme.

La « République » avait elle aussi ses « Charlie » !

Cent mètres à peine du parvis de l’hôtel de ville, et les acteurs ne sont plus les mêmes… Lorsque, vendredi matin, Steeve Briois apprend qu’à l’instigation de la LDH, de partis de gauche (PS, PCF, EELV, PdG) ainsi que d’associations et syndicats, un autre rassemblement d’hommage aux victimes des attentats parisiens est mis en place en parallèle de l’initiative municipale, il fait des pieds et des mains pour que ces derniers fassent machine arrière. Et rejoignent l’initiative municipale. En vain. Et même si, samedi matin, certains participants regrettaient cet hommage à deux voix, « qui perd du coup du sens » d’autres assumaient pleinement « de ne pas pleurer le piétinement de certaines valeurs aux côtés de personnes qui ne les partagent pas ». Place de la République, ils étaient environ 200 à exprimer leurs condoléances aux victimes de la barbarie, soutenus dans leur initiative par une multitude de signataires dont l’équipe de la paroisse Sainte-Claire-en-Héninois ou le pasteur Dietz représentant l’église protestante unie du bassin minier… en présence de maires, conseillers généraux et régionaux et parlementaires du secteur. Un moment de recueillement ponctué par l’intervention d’Alain Pruvot, président départemental de la Ligue des Droits de l’Homme, évacuant toute culpabilité : « ll n’y a pas de place pour une polémique qui serait particulièrement déplacée… Il ne faut surtout pas se placer dans une optique concurrentielle ! » M. Pruvot réaffirma une volonté de « lutte contre toute forme d’intolérance » en appelant à tous, dans cette période anxiogène d’incertitude qui s’ouvre « à rester unis et très vigilants ». Un moment que certains (une minorité) choisiront de prolonger à l’hôtel de ville en allant eux aussi signer les registres d’hommage, les deux familles de « Charlie » n’en faisant alors plus qu’une.

Les registres resteront disponibles à l’accueil de la mairie dès lundi.

PHOTOS CHRISTOPHE LEFEBVRE


Source : La Voix du Nord
Dimanche 11 janvier 2015


Légende photo 1 : Place de la République aux alentours de 11 h.

Légende photo 2 : Eugène Binaisse, l’ancien maire d’Hénin-Beaumont, qui était dans les rangs du rassemblement de la place de la République, a rejoint l’hotel de ville pour signer les registres...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article