Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Fiche-de-paie-Dominique-Loiseau.jpgPour Patrick Descamps, le responsable CFTC d'Hénin-Beaumont, il y a urgence. Son collègue Dominique Loiseau, agent de la cuisine centrale gérée par l'entreprise Dupont, est au bord du gouffre.

"Dominique n'a pas résisté aux brimades répétées du gestionnaire de la société, et depuis le mois de septembre, il va de congé en congé. Ses tentatives de reprises ont échoué. Devant l'ambiance de travail dégradée, il n'imagine pas reprendre son travail dans le même service...", déplore le militant syndical.

Aujourd'hui, l'agent est acculé. Fortement ébranlé par le contexte professionnel, il doit maintenant faire face à des problèmes financiers. "C'est dramatique : sa dernière fiche de salaire s'élevait à 52,59 euros", poursuit Patrick Descamps. Devant l'urgence, le militant syndical qui a relevé d'autres cas d'agents qui ont préféré quitter le service ou qui y aspirent, s'est associé au syndicat CGT pour interpeller les élus en janvier. Puis la presse locale en février...

"Dominique Loiseau avait effectivement de gros soucis de salaire, se défend le directeur de cabinet d'Hénin-Beaumont, Maurice Lecat. Mais la ville fait le maximum pour le soutenir. Nous ne sommes d'ailleurs pas fermés à un changement de service. Même si d'autres personnes travaillent à la cuisine centrale et cela se passe correctement."

"J'ai passé un après-midi avec les agents du service et le gestionnaire que j'ai écoutés sur l'ambiance de travail. Il y avait bien quelques difficulté. Mais rien de grave. M. Loiseau est peut-être plus fragile que la moyenne dans un service où il faut être réactif. Et, je pense que le réaffecter dans un autre service en urgence peut causer plus de dégâts que de bienfaits", estimait de son côté le DRH, Sébastien Germain.

Mais le militant CFTC, qui a de nouveau rencontré le DRH le 15 mars, souligne l'urgence de la situation : "oui, Dominique Loiseau est psychologiquement très affecté par la situation. Et comment peut-il en être autrement alors qu'on n'a pas arrêté de lui taper sur la tête. Après, un agent dans un restaurant satellite est parti récemment à la retraite et il y avait là une opportunité de lui trouver une mobilité sur les 700 agents d'Hénin-Beaumont."

Patrick Descamps ne désespère pas, à force de dialogue, d'arriver rapidemment à une solution au plus vite. À la fois sur la situation financière de l'agent, et pour son avenir professionnel. Une question de survie...


Source : FNACT-CFTC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article