Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Bondy-Blog-image-1.jpgDans le Pas de Calais, le symbole est fort et emblématique de la poussée du Front national aux élections municipales. Candidat depuis 1995, Steve Briois, a devancé le maire sortant PS de 2177 voix. Reportage.

Bondy-Blog-image-2.jpgUn sympathisant FN fait le V de la victoire et serre sa vieille mère contre lui. Son rêve se réalise, Steeve Briois, son champion, vient d’être élu maire de Hénin-Beaumont dès le premier tour. Un score de 50,26 % s’affiche enfin sur l’écran de la salle des fêtes, trois heures après la fermeture des bureaux de vote, les résultats tardant à arriver. Quelques militants frontistes laissent éclater leur joie mais ils sont très minoritaires, une petite dizaine à clamer haut et fort leur soutien à « Steeve et Marine ». Le champagne coule à flots mais ailleurs, dans un local plus excentré où le Front National fête l’aboutissement d’années d’implantation locale et de « labourage » de terrain électoral.

Dans la salle des fêtes tout près de la mairie, l’ambiance est lugubre pour les opposants du Front National. La rumeur avait commencé à bruisser dès 20 heures, et les 18 bureaux de vote mettant Steeve Briois en tête du scrutin amenuisaient, annonce après annonce, l’espoir d’un second tour. Le collectif des Jeunes Motivés de Hénin-Beaumont fait corps mais les visages sont graves et les yeux embués. Judicaëlle, étudiante de 23 ans, engagée au Mouvement des Jeunes Socialistes ne peut plus parler tellement elle a la rage. Adrien, de la Jeunesse Communiste, inscrit sur la liste d’Eugène Binaisse arrivé en seconde position, broie du noir « va les déloger maintenant qu’ils sont en place » lance-t-il, avant de quitter rapidement les lieux, très choqué.

Bondy-Blog-image-3.jpgAurélien, lycéen de 17 ans, Alexis 22 ans, opérateur en radiologie, Aymeric, 25 ans, sans emploi ou Sarah, lycéenne de 17 ans se parlent pour traverser ce moment difficile. « L’équipe d’Eugène Binaisse et la gauche en général ont fait une très mauvaise campagne » peste Alexis qui avoue sa tristesse, comme Aurélien. « On le sentait quand même venir, on a envisagé le pire scenario et malheureusement il a eu lieu… On est en train de revenir aux années 30 » redoute Aurélien. Aymeric lui, ne se dit pas surpris… « Ça fait 20 ans que le FN prépare le terrain, élection après élection ! Et avec les affaires de Dalongeville, les impôts qui ont augmenté de 85 pourcent, les usines qui ferment : les gens en ont marre… Hénin-Beaumont a voté. Nous, partisans de gauche, on est écœuré mais on va se rassembler, se mettre dans l’opposition et on ne doit rien lâcher ! ».

Dans les rues de la nouvelle ville Front National, rien ne se passe. Pas de klaxons, aucune manifestation ni célébration. La fête est confinée au local réservé par le Front National pour la soirée. Les CRS mobilisés et qui patrouillent dans leur car sont au chômage technique. En remontant de la mairie vers la place de l’église, la permanence du Front de gauche déprime aussi. La poignée de militants qui se tient sur le pas de la porte montre un grand désarroi. Frédérique, 39 ans, présidente d’une association d’aide à la personne, et 22ième sur la liste Binaisse est très déçue et inquiète. « Maintenant les gens vont devoir assumer leur choix, comme la fermeture d’assoc’ caritative comme la mienne, qui vient en aide à 400 familles… Nous avec notre liste, on s’est rallié à Eugène Binaisse pour faire barrière au Front National et on s’est fait cracher dessus pendant des semaines à cause de ça…. Alors que monsieur Bouquillon du MRC s’est présenté seul, à cause de son égo démesuré comme monsieur Dalongeville qui s’est présenté seul alors que dans 6 mois, il est en prison ! Ils portent une grande responsabilité dans la victoire du FN avec la multiplication des listes à gauche… »

Bondy-Blog-image-4.jpgDavid Noël du Parti Communiste, tête de liste du Front de gauche rallié au maire sortant socialiste avoue son amertume face au résultat, sans parler des attaques de Jean-Luc Mélenchon, l’ex candidat malheureux à la législative de 2012, qui l’accable sur son blog, lui reprochant de ne pas avoir maintenu la liste FDG. « Je déplore l’attitude irresponsable du Parti de gauche et des partisans de Jean-Luc Mélenchon qui n’ont eu de cesse pendant trois semaines de dire qu’on allait « à la gamelle », que le PCF se ralliait pour avoir des postes… Ils n’ont pas eu l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que l’on faisait cela pour faire barrage à l’extrême-droite. Moi je pense que le choix de se rallier était le seul possible…celui du vote utile. Demain nous serons la voix du monde du travail, la voix de la gauche anti libérale à siéger au conseil municipal pour lutter contre le Front National…» lui répond l’élu PC.

Steeve Briois en remportant le fauteuil de maire de Hénin-Beaumont qu’il convoitait depuis tant d’années n’a pas seulement provoqué le coup de tonnerre politique et médiatique du premier tour des municipales 2014. Il a aussi défait une gauche divisée et traumatisée qui cède pour la première fois un bastion jusqu’ici imprenable hérité de la SFIO, non pas à la droite mais à l’extrême-droite. Et c’est historique.

Sandrine Dionys


Source : Bondy Blog
Lundi 24 mars 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Diablo 26/03/2014 22:39


Je ne cherche pas à vous accabler et je ne participerai à aucun lynchage c'est clair. Je suis un militant communiste passionné, est-ce un défaut ?


Simplement je pense qu'en vous retirant vous avez privé les électeurs de gauche d'un liste qui dirait, clairement, A LA FOIS : Non au FN mais aussi NON
au soutien à la politique du PS, il n'est pas exclu que vous ayez renforcé l'abstention et facilité l'élection du FN dès le 1er tour. J'espère que vous ferez une analyse fine bureau par
bureau (avec comparaisons) et admettrez que vous vous êtes trompés si c'est vraiment le cas, ce que je pense .


Ex membre du PCF, toujours communiste de coeur et de raison je pense qu'une stratégie nationale d'opposition de gauche sur des bases franchement
anti UE et anti-euro sur un contenu de classe très clair est le seul moyen d'assécher le réservoir de voix populaires FN.


Il faut réfléchir aussi sur un protectionnisme intelligent et sur une sortie éventuelle de l'espace Schengen


Il faut revenir, grosso modo et pour faire court, à ce que disait le PCF sur l'Europe au moment de Maastricht et arrêter de jouer du pipeau autour du mot d'ordre absurde d' "Europe Sociale". Les
dirigeants du PCF ont changé de politique sur l'UE pour entrer au gouvernement Jospin...On voit où est l'initiateur de cette stratégie (Hue) aujourd'hui et ce qu'est devenue l'influence du PCF.


Voilà mon point de vue,


Bonne fin de  soirée

David NOËL 27/03/2014 07:09



Oui, pas de problème, Diablo, depuis que nous échangeons sur nos blogs respectifs, je vous connais et je respecte votre analyse qui est souvent très pertinente. Je sais que vous êtes un militant
passionné et j'apprécie nos échanges qui sont toujours respectueux et constructifs. 


Je pense sincèrement que le FN, qui avait réalisé 55 % au 2ème tour des législatives de 2012 et le quasi grand chelem dans les 18 bureaux de la ville l'aurait emporté quoi qu'on fasse.
Maintenant, l'heure est à la résistance et à la reconstruction pour préparer la reconquête.



Diablo 26/03/2014 12:23


Vous ne manquez pas d'air et c'est tout juste si vous n'accusez pas le PG et Mélenchon d'être responsable de la victoir du FN ! La vérité c'est que vous les avez laché quelques semaines avant le
premier tour sur ordre du sommet du PCF.


Votre propos est injuste et déloyal.


 

David NOËL 26/03/2014 22:07



Il a fallu arbitrer entre deux mauvais choix : maintenir notre liste qui ne perçait pas et être accusé d'avoir
contribué à faire élire le FN en divisant la gauche pour au final n'avoir aucun élu dans l'opposition face au FN qui avait toute chance de gagner, ou alors abandonner notre liste et fusionner
avec celle du maire sortant dans une liste de rassemblement qui nous garantissait de pouvoir avoir au moins un élu d'opposition en cas de victoire du FN, mais être accusé en faisant cela d'être
un traître au FDG et un réformiste. Entre deux maux, il faut choisir le moindre et fin février, c'est ce que j'ai fait après avoir été convaincu par mon secrétaire fédéral que c'était le moins
mauvais des choix. Tous mes camarades du PCF m'ont suivi.


En cas de victoire, nous aurions eu un groupe autonome au sein de la majorité, parce qu'il n'était pas question de sacrifier notre
indépendance politique.


J'ai demandé aux copains du PG de nous suivre. Ils ont refusé. Je ne les ai pas envoyés balader, je leur ai dit "c'est le moins mauvais des
choix, réunissez vous entre vous, votez, j'espère que vous viendrez avec nous". Ils ont dit non. Je comprends qu'ils aient dit non, mais c'est leur choix, pourquoi se déchaîner contre moi dans la
presse et sur les réseaux sociaux ? En quoi ce déferlement d'attaques contre le PCF a-t-il servi la cause commune ?